Navigation – Plan du site

Présentation

Présentation

Depuis 1898, le Bulletin Hispanique, revue scientifique et, dès sa création, véritable institution de l’hispanisme français et international, n’a cessé d’évoluer en s’adaptant aux horizons toujours renouvelés de la recherche, tout en maintenant le haut niveau d’exigence et de savoir auquel ses prestigieux fondateurs et ses directeurs successifs l’ont astreint. Ses miscellanées, reconnaissables à leur couleur bordeaux et crème, s’ouvrent largement sur les espaces ibérique et ibéro-américain, sans distinction d’époques, de domaines ou de méthodologies : histoire, civilisation, langue et linguistique, littérature et questions d’actualité. Depuis 1998, le Bulletin Hispanique publie régulièrement deux séries de « numéros spéciaux », monographiques, coordonnés par des spécialistes français et étrangers et couvrant l’une « l’Institution littéraire » en Espagne (série verte), l’autre des thématiques en mouvement : poétique, narratologie, traductologie, histoire contemporaine (série grise). La revue publie des comptes rendus d’ouvrages et une liste des livres reçus.

Collection sur Persée 1899 - 2007 http://www.persee.fr/collection/hispa

Dernier numéro en ligne
119-1 | 2017
Autorité et pouvoir dans le théâtre du Siècle d'Or

Autoridad y poder en el teatro del Siglo de Oro
Bulletin Hispanique - Tome 119 - n° 1 - juin 2017
Informations sur cette image
Crédits : Autorisation de l'artiste

On connaît l’interprétation défendue par José Antonio Maravall, qui voyait dans le théâtre du Siècle d’Or une machine de propagande du pouvoir. Les choses ne peuvent pas être aussi simples dans une société et une culture aussi complexes et qui ont vu naître des dramaturges tels que Lope ou Calderón et des narrateurs comme Cervantès. Que le théâtre du Siècle d’Or ait défendu le système ne peut se dire sans en nuancer divers aspects. Le présent volume du Bulletin Hispanique aborde certains de ces problèmes appliqués à  une large liste d’auteurs. Au premier plan, Tirso de Molina et Calderón, mais aussi des auteurs et des pièces moins connus : le criollo Peralta Barnuevo, la Epístola de Amarilis a Belardo, Enríquez Gómez, Pérez de Montalbán ou Lope de Liaño. Les points de vue sont tout aussi vastes et variés : depuis l’annotation philologique jusqu’aux thématiques morales, mythiques et anthropologiques ; les genres et conventions ; les problèmes de traduction et de transposition à d’autres contextes culturels ; les figures incarnant différents modes de pouvoir ; la survivance ou la caducité des modèles ; la relation théorie/pratique ; sans oublier la question classique de l’inconstante fortune des favoris ou ce symbole central des emblèmes politiques : le cheval.

Notes de la rédaction

Avec le soutien du GRISO (Grupo de Investigación Siglo de Oro) de l'Université de Navarre.