Navigation – Plan du site

Présentation

Présentation

La préhistoire du Bulletin hispanique remonte à l’apparition des Annales de la Faculté de Bordeaux en 1879, puis de celle, en 1895, de la Revue des Universités du Midi et, en 1899, des Annales de la Faculté des Lettres de Bordeaux et des Universités du Midi. Officiellement fondée en 1899, la revue, l’un des principaux organes de l’hispanisme français et international, présente une singularité : son orientation pluridisciplinaire affirmée dès sa fondation. La revue accueille des travaux portant sur la langue, la littérature et la civilisation ou l’histoire de l’Espagne et de tous les pays de l’Amérique hispanophone, publiés dans les numéros dits miscellanées. En alternance avec ces numéros, le Bulletin Hispanique publie des numéros thématiques et les résultats de recherches internationales coordonnées, qui ouvrent des voies transversales dans tous les domaines de l’histoire culturelle. Une série de numéros spéciaux est ainsi consacrée à la formation de l’institution littéraire en Espagne, aux fondements épistémologiques de la critique littéraire ou à l’histoire du Parnasse espagnol, par exemple. Ouverte aux contributions des plus jeunes, la revue a consacré l’un de ses numéros spéciaux aux actes d’un colloque organisé par de jeunes chercheurs, membres scientifiques de la Casa Velázquez de Madrid, sur la parole poétique. Elle publie deux numéros par an, des comptes rendus et une liste des ouvrages reçus.
 

> La collection complète des anciens numéros du Bulletin hispanique est disponible sur Persée.

Dernier numéro en ligne
118-1 | 2016
La Guerre Civile espagnole aujourd'hui (1936-2016)

La Guerra Civil española hoy (1936-2016)
Bulletin Hispanique - Tome 118 - n° 1 - juin 2016
Informations sur cette image
Crédits : Autorisation de l’artiste

Les travaux qui composent ce volume montrent comment la Guerre Civile a été un événement déterminant dans l’expérience individuelle et collective non seulement en Espagne mais aussi en France. Son empreinte marque le présent parce qu’elle a survécu, à travers leurs héritiers et la mémoire collective, à ceux qui en ont été les acteurs. Bien des polémiques restent ouvertes, par exemple celles qui concernent l’ouverture des archives ou l’interprétation des faits, conséquence en définitive d’une guerre mal refermée en son moment, amplifiée par la dictature franquiste et mal négociée par la transition politique vers la démocratie. Au plan historiographique, il s’agit d’une étape continuellement actualisée par des débats universitaires auxquels se sont ajoutés ceux qui ont accompagné les mouvements sociaux, certains d’entre eux figurant dans ce Dossier.