Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Juan José Domenchina, Tres elegías jubilares

Edición de Amelia de Paz, Madrid, 2008
Jacques Issorel
p. 286-288
Référence(s) :

Juan José Domenchina, Tres elegías jubilares. Edición de Amelia de Paz, Madrid, Cátedra, 2008, 18 x 11 cm., 159 p. (Letras hispánicas, 622).

Texte intégral

  • 1  Amelia de Paz est déjà l’auteur de plusieurs études consacrées à l’œuvre de Domenchina, en particu (...)

1Écrites entre 1940 et 1943, les Tres elegías jubilares, publiées par Domenchina à Mexico en 1946, n’avaient pas fait jusqu’à présent l’objet d’une réédition indépendante. Que soixante-deux ans après avoir vu le jour elles figurent désormais au catalogue de l’une des collections les plus diffusées en Espagne et ailleurs, est aussi bien une reconnaissance de leur valeur littéraire que le signe de l’intérêt qu’elles peuvent susciter auprès d’un public pour qui, dans bien des cas, la guerre civile et l’exil qui s’ensuivit ne sont plus que des références historiques. On mesurera d’autant mieux l’importance de ce choix éditorial que la poésie de Domenchina est, la plupart du temps, d’un accès difficile et que, comme celle de Góngora, dont on l’a quelquefois rapprochée, elle exige une lecture studieuse. Aussi l’introduction de Amelia de Paz (p. 11-35), complétée par les pages de « Esta edición » (p. 37-43) et les nombreuses notes en bas de page (sans appel de note, remarquons-le, afin de ne pas nuire à l’esthétique du texte imprimé) sont-elles un précieux sésame pour pénétrer dans cette poésie, tout entière inspirée par la douleur de l’exil1. Sont particulièrement éclairantes à cet égard les pages de l’introduction où l’éditrice replace la Primera elegía, composée en seulement dix jours (et longue de 985 vers) dans le contexte d’un Mexico où certains exilés espagnols continuent avec leurs plumes les combats fratricides qui ont miné le camp républicain pendant la guerre. Le déclencheur de cette élégie est, en effet, la publication par León Felipe d’un poème intitulé « El gran responsable », où il attaque Juan Ramón Jiménez, « amigo, mentor y modelo » de Domenchina (p. 16). Mais, plus qu’une défense de Juan Ramón, cette première élégie est, à la fois, une dénonciation de ce que son auteur définit comme « la verba espasmódica del loco » (comprenons León Felipe, v. 235) et une orgueilleuse affirmation de la ligne de conduite que s’est donnée Domenchina, tant dans sa vie d’homme que de poète, faite d’élévation morale et d’une « gozosa y hedonista visión de la existencia » (introd., p. 21). En témoignent ces vers que n’eût pas reniés Juan Ramón : « Soy, para ser sincero, / siempre distinto, en toda / ocasión, a los modos y a la moda » (v. 543-545).

2La deuxième élégie a, elle aussi, été composée en un temps très bref : une semaine à peine en janvier 1941. Dédiée à Manuel Azaña, décédé quelques semaines plus tôt, et écrite très justement en strophes manriqueñas, elle est un long chant de douleur où l’on retrouve les thèmes qui ne cesseront désormais de nourrir la poésie de Domenchina : le déracinement, la nostalgie, l’espoir désespéré et aussi ce que lui-même appelle dans son prologue « la inanidad […] de la facundia poética […] la ingratitud de la palabra » (p. 57). Cet aveu témoigne de la déchirure qui affligera le poète jusqu’à la fin. Il apparaît d’autant plus surprenant que Domenchina n’a cessé, avant et après la guerre civile, d’être un maître de la langue, sachant jouer de toutes les ressources sonores, visuelles même, que celle-ci et la rhétorique classique lui offraient.

3Ce n’est que deux ans et demi plus tard (5 mai-5 juin 1943) que Domenchina écrira la troisième élégie, « la más perfecta », pense Amelia de Paz (p. 32). Composée de tercets et d’hendécasyllabes blancs, elle est une descente dans les « galeries de l’âme » chères à Machado, même si le poète ne peut empêcher l’irruption de rancœurs que le temps n’efface pas : v.g. les vingt et un tercets (v. 115-177) où le poète dénonce la responsabilité de l’Église catholique durant la guerre civile, tout en affirmant son attachement à un christianisme vraiment évangélique : « Ruta de luz – de fe – no pompa externa » (v. 169). Les hendécasyllabes sur lesquels s’achève cette dernière élégie possèdent déjà l’harmonie et la profondeur de ceux qui composeront les sonnets des trois derniers grands livres de Juan José Domenchina : Pasión de sombra (1944), Exul umbra (1948) et El extrañado (1958), que l’on peut espérer voir un jour publiés par Amelia de Paz dans une édition aussi soignée et rigoureuse que celle-ci.

Haut de page

Notes

1  Amelia de Paz est déjà l’auteur de plusieurs études consacrées à l’œuvre de Domenchina, en particulier El verbo cautivo. Aproximación a la poesía de Juan José Domenchina, El Colegio de México, 2007. Elle est aussi l’éditrice de J. J. D., Obra poética (1995) en 2 vols. Voir c. r. dans Bulletin hispanique, XCVIII, n° 1 (1996), p. 235-238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Issorel, « Juan José Domenchina, Tres elegías jubilares », Bulletin hispanique, 111-1 | 2009, 286-288.

Référence électronique

Jacques Issorel, « Juan José Domenchina, Tres elegías jubilares », Bulletin hispanique [En ligne], 111-1 | 2009, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/970

Haut de page

Auteur

Jacques Issorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page