Navigation – Plan du site
Comptes Rendus

Francisco Delicado, La lozana andaluza

Galaxia Gutenberg, Barcelona, 2007
Joseph Perez
p. 281-282
Référence(s) :

Francisco Delico, La lozana andaluza. Edición y estudio preliminar de Jacques Joset y Folke Gernert. Centro para la edición de los clásicos españoles. Galaxia Gutenberg. Círculo de lectores, 2007, 596 p.

Texte intégral

  • 1  On pense en particulier à la note 21.15 de la p. 386 : «se puede relacionar otra vez Ven-ecia con (...)

1Cette édition, publiée dans la Biblioteca clásica que dirige Francisco Rico, se recommande par la qualité et la sûreté de l’appareil critique, des annotations et des commentaires de Jacques Joset et de Folke Gernert. Elle reprend, au besoin pour les rectifier ou les améliorer, les observations des éditeurs précédents, notamment celles de A. Vilanova (Barcelone, 1952), B. M. Damiani (Madrid, 1969), G. Allegra (Madrid, 1980), C. Allaigre (Madrid, 1985)… Les leçons retenues et les explications proposées sont convaincantes, sauf sur quelques points secondaires. La Lozana abonde en mots et en phrases équivoques de caractère érotique ; il n’était pas nécessaire d’en rajouter et de voir du sexe partout1. On est sceptique aussi sur les commentaires au mamotreto II : on y vante les compétences culinaires de Lozana et les éditeurs y voient une allusion à des coutumes juives ou moriscas; il s’agit plus simplement de cuisine méditerranéenne, à base d’huile d’olive et de fritures, alors que, dans la Meseta – et l’Andalousie repeuplée par les Castillans –, on préférait le lard et le pot-au-feu. Au moment de l’expulsion des juifs, le chroniqueur Bernáldez, curé de Los Palacios, ne s’y trompait pas : [Los judíos] nunca perdieron el comer a costumbre judaica de manjarejos y olletas de adefina, manjarejos de cebollas y ajos refritos con aceite, y la carne guisaban con aceite, ca lo echaban en lugar de tocino y grosura por excusar el tocino. On s’étonne enfin que les éditeurs, qui, en commentant le mamotreto LXII, rappellent opportunément la légende du juif errant, ne l’aient pas évoquée en annotant le mamotreto XVI : les cinq écus qu’on demande àLozana pour prix d’un diamant représentent bien le capital d’un juif, mais à condition de penser aux cinq pièces de monnaie que le juif errant avait toujours en poche.

Haut de page

Notes

1  On pense en particulier à la note 21.15 de la p. 386 : «se puede relacionar otra vez Ven-ecia con Venus».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Perez, « Francisco Delicado, La lozana andaluza », Bulletin hispanique, 111-1 | 2009, 281-282.

Référence électronique

Joseph Perez, « Francisco Delicado, La lozana andaluza », Bulletin hispanique [En ligne], 111-1 | 2009, mis en ligne le 28 juin 2012, consulté le 29 août 2014. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/964

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page