Navigation – Plan du site
Actualité d’une page française de l’après-guerre civile

Les compagnies de travailleurs étrangers (CTE) en France à la fin de la Troisième République

Vincent Parello
p. 233-250

Résumés

Cet article analyse la création des compagnies de travailleurs étrangers (CTE) en France à la fin de la Troisième République. Par un décret-loi du 12 avril 1939, environ 55 000 réfugiés espagnols furent contraints au travail obligatoire, principalement au service des armées, dans l’agriculture et dans l’industrie de l’armement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2019.

Plan

Le cadre légal des compagnies de travailleurs étrangers
L’organisation des compagnies de travailleurs étrangers
Le fonctionnement des compagnies de travailleurs étrangers

Aperçu du texte

À la fin de la Troisième République, et avec l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne, en septembre 1939, les conditions de vie des réfugiés espagnols allèrent de Charybde en Scylla. En gros, trois possibilités s’offraient à eux selon leur condition: le rapatriement en Espagne, le départ vers un nouveau pays d’accueil (Amérique Latine et URSS principalement), ou l’installation en France. Les enfants dont les parents résidaient en Espagne, les orphelins, les femmes et leur descendance qui ne pouvaient justifier que leur soutien naturel se trouvait sur place, les malades et les invalides qui s’étaient réfugiés en France « non pour fuir des représailles politiques mais pour se soustraire aux dangers de la Guerre civile », furent vivement encouragés à quitter leur pays d’accueil dans les plus brefs délais. Seuls étaient autorisés à demeurer dans l’Hexagone, les réfugiés valides susceptibles d’occuper un emploi salarié, les invalides, les blessés et les « incurables » qui ne po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Parello, « Les compagnies de travailleurs étrangers (CTE) en France à la fin de la Troisième République », Bulletin hispanique, 118-1 | 2016, 233-250.

Référence électronique

Vincent Parello, « Les compagnies de travailleurs étrangers (CTE) en France à la fin de la Troisième République », Bulletin hispanique [En ligne], 118-1 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2019, consulté le 29 mars 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/4328 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.4328

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page