Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Juan José Domenchina, Artículos selectos

Fundación Banco de Santander, Madrid, 2010
Jacques Issorel
p. 803-805
Référence(s) :

Juan José Domenchina, Artículos selectos, prólogo y compilación de Amelia de Paz, Madrid, Fundación Banco de Santander, 2010, XXXVIII + 446 p. (col. Obra Fundamental).

Texte intégral

  • 1 Voir Bulletin hispanique, XCVIII, n° 1, 1996, p. 235-238 et ibid., III, n° 1, 2009, pp. 286-288.

1En publiant en 1995 l’œuvre poétique complète de Juan José Domenchina (Obra poética, Madrid, Castalia-Comunidad de Madrid), dix ans plus tard « Cuarenta poemas inéditos de Juan José Domenchina» (Nueva Revista de Filología Hispánica, t. 53, n° 1, 2005, pp. 129-162) et, en 2008, une édition critique des Tres elegías jubilares (Madrid, Cátedra), Amelia de Paz a donné une deuxième jeunesse à des textes jusque-là difficilement accessibles1. Elle poursuit aujourd’hui cette tâche en publiant 90 (sur plus de 400) des articles de critique littéraire que, d’abord sous le pseudonyme de Gerardo Rivera, ensuite sous son patronyme, Domenchina fit paraître dans la presse madrilène de 1931 à 1936, puis dans des revues et des journaux mexicains de 1940 à 1959, année de sa mort en exil.

2Comme l’explique l’éditrice dans « Criterios de edición », ces articles concernent la littérature espagnole – surtout la poésie contemporaine –, les littératures européennes – particulièrement la production française –, et la littérature hispano-américaine, avec une nette prédominance de la poésie et du roman mexicains. Quatre articles, enfin, relèvent de la « especulación teórica » (p. XXVI). C’est dans l’un d’eux que l’on trouve la formule qui pourrait servir d’épigraphe à toute l’œuvre critique de Domenchina : « Para mí no existen autores, sino libros » (« El dolor de la crítica », p. 73). Gerardo Rivera, dont les critiques acérées valurent à leur auteur de durables inimitiés, se plaint ailleurs de « la falta de comentadores íntegros » et du trop-plein de « glosadores circunstanciales y oficiosos » (« Un monólogo dialogado », p. 303), allant même jusqu’à affirmer que « la crítica, en España, por lo que a las letras se refiere, es una simple abstracción : una sede vacante. No existe » (« El cotarro crítico », p. 91). Aussi Domenchina se sent-il, dès ses premiers articles, investi d’une mission : « Ser […] el cedazo que separe la harina del salvado », comme l’écrit Amelia de Paz dans son prologue (p. XIII).

3Si Pío Baroja (« un talento de tercer orden », p. 89), Pedro Salinas (« los glaciales madrigales psicotécnicos del autor de Vísperas del gozo », p. 159), José Bergamín (« el prototipo del parodista [...] que no “hace”, sino que “rehace” », p. 83) et même Jorge Guillén (« suele [...] desmesurar artificialmente el volumen de las cosas tratando de magnificarlas », p. 47) ne trouvent pas grâce à ses yeux, en revanche, il se plaît à décrire, avec talent et dans une belle et riche langue, les qualités de Gabriel Miró (« Con un libro de Miró en la mano, el lector siente la vida torrencial y sincrónicamente con todos los sentidos », p. 77), de Vicente Aleixandre (« una arrebatadora lección de belleza », p. 201), de Rafael Alberti (« la voz dicharachera [...] pero siempre vital y nunca docente, del joven lírico andaluz », p. 159), de Miguel Hernández qui, dit-il, réussit à concilier « puericia », « primicia » et « pericia » (p. 269), et de Federico García Lorca (« el único poeta joven auténticamente popular », p. 239). Ses articles sur Azorín, Unamuno, Valle-Inclán, Juan Ramón Jiménez, Ortega y Gasset, Rómulo Gallegos, mais aussi ceux consacrés à Balzac, Stendhal, Proust, Valéry, sont d’une telle profondeur que presque un siècle après avoir été écrits, ils continuent d’être une précieuse introduction à l’œuvre de ces divers écrivains. Tout aussi perspicaces sont les quatre articles que Domenchina consacra à Antonio Machado. On ne les trouvera pas ici mais réunis par Amelia de Paz dans Semblanzas machadianas (Santander, La Sirena del Pisueña, col. 22 de febrero, 2009, 59 p.). Certaines appréciations de Juan José Domenchina ont, toutefois, mal résisté à l’épreuve du temps. Aux œuvres de Ramón Pérez de Ayala – à qui il promet le Prix Nobel –, de Feliciano Rolán ou de Enrique Díez-Canedo, la postérité est loin d’avoir accordé le même et généreux crédit que, en son temps, Juan José Domenchina.

4Amelia de Paz intitule son prologue « Epitafio de Domenchina » (p. XI-XXV). Dans ce texte où elle allie avec bonheur rigueur scientifique et qualité d’écriture, elle décrit l’itinéraire de Domenchina, de l’adolescence à la fin désespérée dans un México où il se sentit toujours étranger. À l’instar de Domenchina, elle possède le sens de la formule et termine par ces mots : « Fue corajudo y bueno, lo leyó todo, murió de España. Descanse en paz, Domenchina ».

Haut de page

Notes

1 Voir Bulletin hispanique, XCVIII, n° 1, 1996, p. 235-238 et ibid., III, n° 1, 2009, pp. 286-288.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Issorel, « Juan José Domenchina, Artículos selectos », Bulletin hispanique, 113-2 | 2011, 803-805.

Référence électronique

Jacques Issorel, « Juan José Domenchina, Artículos selectos », Bulletin hispanique [En ligne], 113-2 | 2011, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 22 avril 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1475

Haut de page

Auteur

Jacques Issorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page