Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Luis Díaz Viana, Cancionero popular de la Guerra civil española. Textos y melodías de los dos bandos

J.-F. Botrel
p. 391-393
Référence(s) :

Luis Díaz Viana, Cancionero popular de la Guerra civil española. Textos y melodías de los dos bandos. Prólogo de José-Carlos Mainer, Madrid, La Esfera de los Libros, 2007, 301 p. – ISBN 8497346408 – ISBN-13 978-8-49734-640-5

Texte intégral

1Il s’agit de la réédition d’un livre publié en 1985 à partir de recherches menées par l’anthropologue du C.S.I.C. à la fin des années 1970, sur cette « autre littérature » qu’est la chanson, à une époque où, à propos de la littérature orale et populaire de la Guerre civile, on ne connaissait guère que le Romancero de la guerra de España de Serge Salaün.

2Le risque existe de voir une initiative et une étude pionnières – « corrigée et augmentée », comme on disait, mais sans actualisation de la bibliographie – réinvestie sur le mode de la nostalgie. Cependant, en plein débat sur la mémoire historique, une nouvelle lecture de cette étude, opportunément resituée, à travers un Préambule (pp. 19-35) et une réflexion sur l’objet de l’étude une fois celle-ci achevée, dite « Epígono » (pp. 271-286), dans l’histoire des recherches sur la Guerre civile et la littérature orale est d’une étonnante actualité.

3D’abord parce qu’elle permet de rappeler, à propos de chansons « populaires », c’est-à-dire, pour suivre la définition de Díaz Viana (p. 301), celles qui sont « connues et partagées à différents moments par beaucoup de gens » et qui sont ici évidemment liées à l’action, que, au delà des origines plus ou moins traditionnelles des mélodies ou des paroles, l’ensemble des procédés et mécanismes de création littéraire mis en œuvre sont fortement articulés à la performance. Car l’oralité littéraire, qu’il s’agisse d’une oralité primaire, mixte ou médiatisée, pour reprendre les catégories de Zumthor, est un phénomène plus ample et moins évanescent que ce qu’on appelle la tradition orale et tout un pan de la culture du peuple – en l’occurrence, la chanson – reste encore largement à considérer, y compris en dehors des contextes de conflits aigus.

4Le préambule à cette nouvelle édition, intitulé « Canciones como balas o el retumbar de un tiempo mítico », est l’occasion pour L. Díaz Viana de mettre en perspective – scientifiquement et vitalement – cette recherche pionnière en son temps, qui n’est pas une méditation à la Vázquez Montalbán, mais toujours un ouvrage positif qui fournit pour chacun des camps – le « bando republicano » (pp. 57-149) et le « bando nacional » également dit « de las fuerzas sublevadas» (pp. 151-269) – la transcription des textes recueillis à partir de sources écrites et d’informations orales ainsi que celle de la musique qui, pour les analphabètes de la partition, aurait bien mérité d’être enregistrée sur un CD –, mais aussi de systématiques et savantes considérations sur les origines et l’évolution des chansons recueillies, des plus connues, comme « Si me quieres escribir » ou « Cara al sol », jusqu’à « En pos de la vida» (sur une musique de Chostakovich) ou « Los Flechas ». C’est l’occasion d’observer que ce qui peut être considéré comme un folkore agglutinant de deux ensembles, comporte des nuances internes et se définit de façon assez contrastée par rapport à la métrique qui renvoie, dans le premier cas, à des modèles considérés comme populaires et, dans le second, à des prétentions cultistas ou à certain goût pour une artificiosité qu’on assimile souvent au « littéraire » (p. 283).

5Au delà, ce « cancionero de la guerra » est, comme le rappelle justement José Carlos Mainer dans son prologue (p. 17), « un buen pretexto para meditar lo cerca que se andan el heroísmo y la crueldad, la exaltación gregaria y la entrega más noble a una causa, el machismo más innoble y la ternura más húmeda ». C’est aussi – en permanence – une stimulante invitation à se demander, avec Díaz Viana, pour la science et pour soi – la chanson étant particulièrement utile à cet égard, car comme le dit l’auteur (p. 34) « las canciones casi siempre tiran de otros recuerdos » –, non pas comment « fue el pasado en el pasado », mais comment « el pasado se continúa o perpetúa en el presente ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.-F. Botrel, « Luis Díaz Viana, Cancionero popular de la Guerra civil española. Textos y melodías de los dos bandos », Bulletin hispanique, 110-1 | 2008, 391-393.

Référence électronique

J.-F. Botrel, « Luis Díaz Viana, Cancionero popular de la Guerra civil española. Textos y melodías de los dos bandos », Bulletin hispanique [En ligne], 110-1 | 2008, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/702

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page