Navigation – Plan du site
Troisième partie

Quel référent pour les romans de la post-mémoire au début du XXIe siècle ?

Catherine Orsini-Saillet
p. 773-786

Résumés

Nous entendons montrer la confusion qui peut exister, dans deux exemples de romans de la mémoire ou de la post-mémoire (Martina la rosa número trece d’Ángeles López et El día de mañana d’Ignacio Martínez de Pisón), entre écriture référentielle et autoréférentielle et remettre en question la distinction qui se fait habituellement entre la nature endogène de l’autoréférence et la nature exogène de l’opération de référence. C’est la genèse de l’écriture qui devient alors le principal référent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

Le pacte référentiel malmené ou le référent perdu
L’autoréférence implicite : El día de mañana et le roman choral
L’autoréférence peut-elle être de nature exogène ?

Aperçu du texte

Dans l’« Introduction » au volume Référence et autoréférence dans le roman espagnol contemporain, Geneviève Champeau écrivait, il y a vingt ans, que « l’histoire du roman espagnol contemporain, au cours de ce dernier demi-siècle, semble osciller entre les deux pôles référentiel et autoréférentiel. Principalement réaliste des années 40 au début des années 60, jusqu’au déclin du “réalisme social”, il développe par la suite un retour réflexif de l’écriture sur elle-même qui a suggéré à Gonzalo Sobejano l’expression de “novela ensimismada” ». Depuis la date où ont été publiées ces lignes, un nombre non négligeable d’auteurs espagnols ont continué de renforcer le lien entre le roman et le « monde », poursuivant ce retour à la pratique d’une « écriture ouvertement référentielle » opéré par les représentants de la « nueva narrativa » dans les années 80. Depuis lors, nous pouvons également observer la consolidation de certaines tendances et tout particulièrement le boom du roman de la mémoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Orsini-Saillet, « Quel référent pour les romans de la post-mémoire au début du XXIe siècle ? », Bulletin hispanique, 116-2 | 2014, 773-786.

Référence électronique

Catherine Orsini-Saillet, « Quel référent pour les romans de la post-mémoire au début du XXIe siècle ? », Bulletin hispanique [En ligne], 116-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/3555 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.3555

Haut de page

Auteur

Catherine Orsini-Saillet

Université de Bourgogne, EA 4182

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page