Navigation – Plan du site
Première partie

Référence et autoréférence dans les romans de José María Merino

le motif de l’île dans El centro del aire (1991), El heredero (2003) et El lugar sin culpa (2007)
Natalie Noyaret
p. 611-624

Résumés

S’il s’avère possible de trouver un référent extérieur à quelques-unes des nombreuses îles qui servent de support aux trois œuvres analysées, force est de reconnaître que l’auteur pratique une référentialité peu marquée, distanciée, comme absorbée par la fiction. Plus encore, à travers le motif de l’île, ces romans ne font rien d’autre que se désigner eux-mêmes, que parler d’eux-mêmes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

L’île et ses déclinaisons (dans les trois romans)
Des îles, en référence. Mais quelles îles ?
Hyper-littéralité et motif de l’île

Aperçu du texte

À dire vrai, je ne voyais guère de sens à me tourner vers un autre écrivain que José María Merino à l’heure de rendre hommage à celle qui, percevant déjà là une grande écriture, sut m’orienter vers lui et son œuvre après avoir accepté, en 1996, d’être ma directrice de thèse. De fait, Geneviève Champeau allait guider et suivre ma recherche pendant une bonne quinzaine d’années, et je ne saurai jamais assez dire combien je lui en suis reconnaissante. Reconnaissante – cela va sans dire – de la formation qu’elle m’a donnée, mais aussi, comme je viens de le signaler, de m’avoir orientée vers « l’écrivain de León », ainsi qu’on désigne parfois – et à juste titre – José María Merino, pourtant né à La Corogne, en 1941. Dès lors que j’ai eu découvert cet auteur – en 1996, il avait déjà publié, après des débuts en poésie, trois recueils de nouvelles, trois livres d’aventures « pour la jeunesse », et quatre romans, dont La orilla oscura qui lui valut le Premio de la Crítica en 1985 –, je n’ai e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Noyaret, « Référence et autoréférence dans les romans de José María Merino », Bulletin hispanique, 116-2 | 2014, 611-624.

Référence électronique

Natalie Noyaret, « Référence et autoréférence dans les romans de José María Merino », Bulletin hispanique [En ligne], 116-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/3430 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.3430

Haut de page

Auteur

Natalie Noyaret

Université de Caen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page