Navigation – Plan du site
Première partie

De quoi le récit est-il le nom ?

Federico Bravo
p. 539-547

Résumés

La réflexion se développe dans la perspective d’une double extension du concept d’autoréférence visant, d’une part, à placer la syntaxe, souvent délaissée au profit du sémantique, au cœur du travail de mise en miroir de l’écriture et, d’autre part, à penser l’autoréférence en lien avec l’instance interprétante comme une mise en cause du moi, mieux que comme une mise en cause du texte.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Rapportée à l’œuvre de fiction, l’autoréférence est elle-même une fiction, un simulacre dont les semblants et faux-semblants récursifs, les mises en miroir, les réalisations en boucle et autres effets « gigogne », « poupée russe », « vache qui rit » etc. ne sauraient masquer le caractère éminemment artefactuel. Un roman qui parle de lui-même est avant tout un fantasme qui relève d’une vision quasiment animiste du réel. Encore faudrait-il en effet, pour qu’un roman parle de lui-même, qu’il soit capable de parler ; or autant commencer ces « réflexions » par un truisme, un roman, ça ne parle pas. S’il fait parfois semblant de le faire c’est en vertu d’un travail de subjectification, celui-là même qui permet, par exemple, de prêter fictivement la parole à un animal ou à un être de langage comme dans les charades : mon premier..., mon second..., mon tout... Les jeux spéculaires et les enchâssements narratifs et métanarratifs ne changent rien à l’affaire et ne confèrent pas au métarécit u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Federico Bravo, « De quoi le récit est-il le nom ? », Bulletin hispanique, 116-2 | 2014, 539-547.

Référence électronique

Federico Bravo, « De quoi le récit est-il le nom ? », Bulletin hispanique [En ligne], 116-2 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/3362 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.3362

Haut de page

Auteur

Federico Bravo

Université de Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page