Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Francisco de Quevedo, Comment doit être le favori ? Fameuse comédie de Don Francisco de Quevedo y Villegas

Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. Les Translatives, 2013
Sarah Voinier
p. 456-457
Référence(s) :

Francisco de Quevedo, Comment doit être le favori ? Fameuse comédie de Don Francisco de Quevedo y Villegas, traduite et éditée par Rafaèle Audoubert, Gilles Del Vecchio et Morgane Kappès-Le Moing. Préface de Alfonso Rey. Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. Les Translatives, 2013. – ISBN 978-2-86272-637-3.

Texte intégral

1À la suite de la journée d’études organisée et éditée par Rafaèle Audoubert, Gilles Del Vecchio et Morgane Kappès-Le Moing, sous le titre Comprendre Cómo ha de ser el privado de Francisco de Quevedo, publiée en 2010 par les Publications de l’Université de Saint-Étienne, les trois auteurs ont publié aux mêmes éditions, mais cette fois dans la collection « Les Translatives », une traduction française de cette pièce. Cette initiative est très heureuse à plus d’un titre : comme indiqué en introduction, elle vise d’une part à combler un angle mort dans la connaissance de la production théâtrale quévédienne en France, d’autre part à mettre en lumière la seule de ses pièces qui nous soit parvenue entière, tendant ainsi à nous offrir un exemple éloquent d’une comedia complète. Cette traduction achève une série d’études sur la question des favoris en Espagne de 1598 à 1645, mise au programme de l’agrégation externe d’espagnol pour les années 2009-2011. Le programme de civilisation du Siècle d’Or espagnol en tout point stimulant permit aux hispanistes français de renouveler l’approche du valimiento par l’étude entre autres de cette pièce, complétant les récents travaux espagnols et anglo-saxons.

2Le livre est préfacé par le professeur Alfonso Rey qui dirige actuellement à l’université de Saint-Jacques de Compostelle un travail collectif d’édition critique des œuvres en prose et en vers de Quevedo. Le philologue espagnol souligne son intérêt pour la recherche des hispanistes français dans le domaine de la littérature et de la civilisation espagnole du Siècle d’Or, toujours soucieuse, selon lui, de bien prendre en compte le contexte historique de production des textes afin d’en interpréter les différents niveaux de lecture indispensables à leur compréhension. C’est à ce travail que s’attèlent en effet les traducteurs de la pièce avec une mise en perspective très claire à la fois des évènements historiques mis en scène par Quevedo et du contexte politique de 1629, date d’écriture supposée de la pièce. Par une exposition précise et synthétique de l’avènement du valimiento sous Philippe III et de son évolution avec la figure du Comte-Duc d’Olivarès auprès de Philippe IV, le lecteur français, non initié à l’histoire du XVIIe siècle, peut profiter d’un cadrage chronologique rigoureux où convergent les données historiques, les indications biographiques et les références textuelles (comprenant à la fois plusieurs productions en prose de Quevedo et certaines études critiques) nécessaires aux analyses diverses de la pièce et des intentions du dramaturge. De même, la mise en correspondance entre personnages de fiction et personnages historiques sert de grille de lecture à une pièce totalement ancrée dans la réalité politique de son temps et permet ainsi d’en dégager la portée critique tant envers le favori Olivarès qu’envers le roi Philippe IV.

3Les traducteurs consacrent la deuxième partie de leur introduction à des considérations d’ordre linguistique qui expliquent leurs choix méthodologiques. La double difficulté de la versification et de l’écriture quévédienne particulièrement riche en jeux de mots, en ambivalences et en effets poétiques a conduit les auteurs à opter pour une traduction en prose qui, si elle respecte autant que possible l’équilibre et le nombre des vers ainsi que les figures stylistiques, renonce à rendre les rimes en choisissant à raison de privilégier le contenu du texte. Au delà de ces stratégies de traduction, l’objectif a été celui de proposer une expression la plus fidèle possible au texte original et cela en dépit des variantes présentes dans les diverses éditions espagnoles utilisées qui ajoutent encore de la complexité à l’entreprise. On ne peut que saluer la qualité du travail réalisé. La langue française est fluide et précise, la lecture en est agréable. Les efforts pour restituer le relief du texte sont souvent suivis d’images où résonnent l’inventivité et la beauté de la langue de Quevedo.

4La bibliographie étant annoncée comme sommaire, certains travaux n’ont pas été cités ou pris en compte, ils auraient pu étoffer la réflexion autour des ambivalences du discours quant au contexte historique. Par ailleurs, des analyses universitaires très fines peuvent contribuer à approfondir l’analyse du métadiscours politique, notamment sur la question de l’identification historique des personnages de la pièce. Les traducteurs et éditeurs de l’ouvrage n’ont pas manqué d’esprit de synthèse et n’ont pas perdu de vue le large lectorat que peut toucher cette traduction bienvenue. La divulgation en France d’une pièce peu connue la rend aussi plus accessible aux étudiants de licence de lettres modernes et d’espagnol. Espérons que cette traduction les motive à étudier le théâtre quévédien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Voinier, « Francisco de Quevedo, Comment doit être le favori ? Fameuse comédie de Don Francisco de Quevedo y Villegas », Bulletin hispanique, 116-1 | 2014, 456-457.

Référence électronique

Sarah Voinier, « Francisco de Quevedo, Comment doit être le favori ? Fameuse comédie de Don Francisco de Quevedo y Villegas », Bulletin hispanique [En ligne], 116-1 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/3327

Haut de page

Auteur

Sarah Voinier

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page