Navigation – Plan du site

Yves Aguila au présent

Claude Allaigre et Jean-Marc Pelorson
p. 5-10

Nous adressons nos plus vifs remerciements à Nadine Ly pour son substantiel apport à notre témoignage. Ses remarques et ses informations bibliographiques ainsi que les témoignages personnels qu’elle a mis à notre disposition ont fourni son socle d’objectivité à cet amical hommage.

Aîné de trois enfants, né à Arudy (Pyrénées Atlantiques) le 21 novembre 1934, Yves Aguila a fait ses études secondaires au lycée Louis Barthou à Pau, puis ses études supérieures et sa carrière universitaire à Bordeaux, où il s’est éteint le 16 janvier 2014 ; mais la proximité dans nos mémoires d’un grand ami, la présence de sa pensée vivante, de ses engagements, nous interdisent de parler ici de lui au passé.

Présence de l’ami

Quand sa boulimie de lecture lui en laisse le loisir, Yves en jouit simplement : une balade en montagne dans les chères Pyrénées de sa jeunesse aragonaise (il a habité avec ses parents à la gare internationale de Canfranc pendant dix-sept ans), où il se plaît à pêcher dans les lacs ou les gaves, ou bien à fureter dans les bois en quête de champignons. Et, pour le régal de ses proches et de ses amis – car, chez Nadine et lui, c’est, comme on dit, la maison du bon dieu – il cuisine avec méthode et talent des plats qu’il affectionne, gigot d’agneau, lamproie à la bordelaise ou entrecôte de Bazas. La liste est loin d’être exhaustive, mais le point d’orgue c’est, à l’espagnole, le sobremesa où de joyeux compagnons évoquent tel film, telle chanson, et commentent à bâtons rompus des lectures plus ou moins récentes, en français et en espagnol. Ses goûts en ce domaine couvrent un large spectre où l’on peut toutefois privilégier deux axes : analyses politiques et sociales d’une part, et, d’autre part, tout ce qui est plus proprement littéraire : poèmes, chansons et récits divers, ceux notamment qui jettent sur le monde le regard décalé de l’humour. C’est ainsi que, s’il a lu in extenso Le Capital de Karl Marx, il adore les contes, nouvelles et romans de Marcel Aymé, chez qui il trouve un écho à sa propre façon de voir le monde, critique mais aussi amusée, en dépit d’un certain pessimisme. Ces deux axes peuvent interférer : Yves rappelait en certaine occasion une lecture « copieusement hilare » de Los de abajo de Mariano Azuela, et il a même repéré chez Marx un passage du Capital où l’activité des voleurs est abordée en tant que production immatérielle avec une démonstration, fort amusante à ses yeux, de son utilité sociale.

Présence du chercheur

Tous les témoignages, tant de ses amis et de ses collègues que de ses étudiants, s’accordent à voir dans le sens de l’humour le trait dominant de sa personnalité. Yves lui a significativement consacré une partie de son activité de recherche : pendant deux ans il a animé un séminaire sur Humour et politique en Amérique Latine, dont il réunit et présente les résultats dans un livre, publié en 2006. Et c’est à la fin de cette même année 2006 que la vénérable Maison des Pays Ibériques, aujourd’hui fermée et en attente de travaux, retentit comme jamais des éclats de rires les plus joyeusement érudits, à l’occasion du colloque international Figures, genres et stratégies de l’humour en Espagne et en Amérique Latine qu’il y organise et dont il édite et présente les actes en 2007.

De ce goût de l’humour il faut toutefois préciser les aspects et indiquer les limites, car s’il rit de bon cœur à la lecture du rabelaisien Marcel Grancher, aux loufoqueries d’Eduardo Mendoza, à la cynique impassibilité du Camilo José Cela des apuntes carpetovetónicos, ou à la noirceur sardonique d’Ambrose Bierce, son humour va bien au-delà, joue sur d’autres gammes et définit une manière de vivre, une philosophie de la vie. Confronté de longue date à la maladie, pendant ses années d’étudiant déjà (ce qui l’a retardé, mais pas empêché d’être reçu premier à l’agrégation), son humour consiste à dédramatiser par une mise à distance, une minimisation qui a pour but de banaliser son état et de rendre plaisante sa compagnie. Face aux pires ennuis il a eu, depuis lors, toute sa vie, la même attitude de noblesse et de générosité et, y compris devant l’inéluctable, le même courage souriant. Ce terme d’humour d’ailleurs doit être nuancé pour rendre compte d’une autre facette de la personnalité d’Yves Aguila, à savoir, selon une autre acception, non plus une relativisation, mais au contraire une acceptation franche, directe, absolue, en tout pessimisme, de notre « native agonie » pour parler comme Mallarmé, ou de la « farsilla trágica » pour le dire comme Eliseo Diego : un humour prenant acte par un valeureux sourire de l’humaine condition, colorant ainsi chez lui d’une lumière particulière ce que les Espagnols appellent la hombría.

Mais, comme dit plus haut, l’humour chez Yves trouve sa limite : elle est dans l’engagement. La colère et l’humour sont incompatibles et certaines situations suscitent chez Yves des colères homériques allant jusqu’à la fureur. Bien qu’ayant trouvé auprès de Nadine, au plan personnel, la paix du cœur et la sérénité familiale, et ce en dépit d’un certain sentiment d’échec causé par de décevantes luttes antérieures (on n’oublie pas son implication entière et courageuse en tant que secrétaire de cellule dans l’Université des années post-68), il n’a jamais accepté sans réagir le sort réservé aux opprimés. Autant Yves admire le regard que les victimes portent sur elles-mêmes quand elles parviennent à rire de leur propre malheur, autant il hait le regard de ceux qui, par mépris de caste ou par simple élitisme, ironisent sur les victimes, auquel cas l’humour chez lui cesse et fait place à une explosion de colère. Cette colère n’est pas aveuglement : Yves a une conscience aiguë des limites de l’humour, et il a même esquissé une théorisation de ses rapports avec le militantisme. Dans un article intitulé « Paco Ignacio Taibo II : quand l’humour flirte avec la politique » (2006), il écrit : « On ne peut pas dire que la contradiction théorique entre la prise de distance, donc la relativisation, inhérente à l’humour, et la prise de conscience militante de l’engagement, étrangère à cette relativisation, se trouve résolue autrement que par intermittence, et quasiment par accident, pourrait-on dire ».

Et il n’y a pas que l’humour qui doive s’incliner dans la lutte contre la souffrance et l’humiliation : la création littéraire, la recherche esthétique, aussi. Quand Luis Sepúlveda déclare esthétiquement mauvais les témoignages de la littérature carcérale hispano-américaine (atroces récits auxquels Yves consacre sa recherche depuis plusieurs années), la réponse est sans équivoque. Dans « Aproximación a las escrituras carcelarias en Hispanoamérica », sa contribution à Prisons d’Amérique latine : du réel à la métaphore de l’enfermement, Hommage de l’ERSAL à Yves Aguila (Presses universitaires de Bordeaux, 2008), il introduit une citation de Mirta Macedo, assistante sociale injustement emprisonnée, en ces termes : « No comparto en absoluto el juicio condenatorio de Luis Sepúlveda para quien los testimonios sobre la cárcel son mayoritariamente muy malos… Las últimas palabras serán pues de una asistenta social, no de una escritora ». La générosité n’a cure de la forme quand il s’agit de rendre compte de ces témoignages. En revanche, c’est bien ce mélange, féroce et tendu, de drôlerie et d’indignation dénonciatrice dont il est coutumier, qui préside à l’écriture de l’extraordinaire « Autobiografía del Palacio Negro » (prison mexicaine inaugurée en 1900 par Porfirio Díaz), publiée dans l’Hommage à Milagros Ezquerro, Théorie et fiction (2009).

Présence d’Yves et projection : les nombreux et copieux dossiers laissés sur la littérature carcérale préparent un important livre à venir. A l’annonce de son décès, Alfredo Alzugarat, écrivain uruguayen avec lequel il correspond, auteur notamment de Trincheras de papel. Dictadura y literatura carcelaria en Uruguay (2007) et coordinateur de El Libro de los libros (2013), écrit à Nadine :

  • 1 Il s’agit de El Libro de los libros, Catálogo de la Biblioteca Central del Penal de Libertad (1973- (...)

¡Qué cruel paradoja encierra su mensaje! Por un lado, quizá las palabras más hermosas que he recibido con respecto a mi obra; por otro, la noticia de que quien las dijo ya no está. Es sencillamente terrible. Siempre pensé que el libro1 no había llegado, que nuestro correo era muy lento, que tal vez el francés también. Lo tuve siempre como el mayor interlocutor en la materia en el extranjero, uno de los pocos dedicado a tan extraña y para mí entrañable especialidad, siempre pensando en lo interesante que sería hablar más directamente o conocerlo en persona, y ahora veo que ni siquiera llegué a tiempo para agradecer sus palabras... Creo que hay que hallarle una continuidad a la obra de su esposo.

Ouverture d’esprit et polyvalence caractérisent les recherches d’Yves. S’il convenait de les hiérarchiser selon l’importance quantitative, on pourrait dire, au vu de la thèse de plus de 800 pages intitulée Monopole d’État et changements sociaux dans le Mexique des Bourbons. 1765-1810, qu’ Yves est avant tout historien, comme l’attestent aussi d’importants articles au nombre desquels on peut citer, parmi bien d’autres : « Le journalisme scientifique en Nouvelle Espagne : Alzate et Bartolache (1768-1773) », in L’Amérique espagnole à l’époque des Lumières, CNRS, Paris, 1987 ; « Albores de la seguridad social en México, 1770. La Concordia de la manufactura de tabacos », Jahrbuch für Geschichte Lateinamerikas, Anuario de Historia de América Latina, n° 24, 1987 ; « Analyse sociale et philosophie pratique : autour de la notion de besoin en Nouvelle Espagne, à la veille de l’Indépendance », in Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines, CNRS, 1990, ou encore : « Monnaie et société en Nouvelle Espagne », publié en 1993 dans un numéro spécial du Bulletin Hispanique.

Certes, selon les exemples prestigieux légués à l’hispanisme français par Marcel Bataillon et par Noël Salomon, Yves s’est engagé résolument dans la voie de l’historiographie au prix des efforts requis par une formation « sur le tas » et par le choix d’un sujet géographiquement éloigné, qui a exigé la consultation de fonds d’archives et autres documents en Espagne et bien sûr au Mexique, ce pays tant aimé, sa deuxième « patrie ». Mais replacer en leur temps, grâce à une abondante documentation, les controverses et les luttes liées à l’introduction, dans le Mexique des Bourbons, de monopoles d’État visant à réglementer la production et la consommation de l’alcool et du tabac n’amène pas Yves à traiter son sujet (sous couleur de conjurer tout danger d’anachronisme) comme un faisceau de réalités lointaines et obsolètes. L’attention à cette historicité ne devient pas chez lui historicisme. De même que Salomon ne cache pas le poids du présent dans l’intérêt qu’il porte au thème paysan dans l’Espagne du Siècle d’Or, Yves n’occulte pas sa sympathie pour les luttes menées par les ouvriers de la Concordia, annonciatrices d’un syndicalisme moderne.

Mais si Yves a accepté, à la demande de Noël Salomon, de se faire historien, sa première inclination (à laquelle il renonce pour la thèse sans d’ailleurs le regretter) est « littéraire » et poétique. Elle trouve heureusement à s’épanouir non pas seulement par la nécessité de préparer de jeunes hispanistes aux programmes de Licence et surtout d’Agrégation-CAPES, mais par une ferveur authentique et une remarquable sensibilité au langage, aux mots et aux rythmes de la pensée et de l’écriture, dans de nombreuses et excellentes études (dont il ne parle pas) sur des écrivains hispano-américains (Mario Benedetti, Horacio Quiroga, Paco Ignacio Taibo II ...) : témoins le commentaire (1998) de La región más transparente de Carlos Fuentes, écrit dans une prose devenue poétique, tout en demeurant « claire, brève et pertinente » comme la définit Eduardo Ramos Izquierdo et, en 2010, à mi-chemin entre histoire sociale et politique, linguistique et poétique, l’analyse des décimas injurieuses ou des parodies de langages populaires qui illustrent, en 1805, l’antagonisme entre Gachupines et Créoles, dans « Autour du discours polémique en Nouvelle Espagne » (Bulletin Hispanique, Tome 112, 1). Témoin également la contribution d’Yves en tant que traducteur, au volume de la Pléiade sur la poésie espagnole constitué par Nadine. Et lorsque, condamné à la pénombre des soins intensifs, Yves mène son dernier combat, qu’il pressent lucidement comme perdu d’avance, c’est le romance del prisionero qu’il se récite à voix haute.

Revenons à la thèse soutenue en 1985, il y a donc presque trente ans. Pourquoi est-elle demeurée inédite, alors que Joseph Pérez, devenu « directeur » de cette recherche après la mort de Salomon, avait insisté auprès d’Yves non seulement pour qu’il aille jusqu’au bout mais pour qu’il la publie comme le jury unanime le lui recommandait ? Excès de modestie et absence totale de carriérisme à coup sûr. Mais sans doute aussi désir de s’investir, de se dévouer ailleurs au plus vite.

Présence du militant

Cet ailleurs est proche et il absorbe une large part de son activité universitaire. Dès son entrée en tant qu’Assistant à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Bordeaux, en 1968-1969, Yves est élu à l’assemblée chargée de préparer l’application de la loi Faure, et il est membre de la commission chargée de la rédaction des statuts de l’université (1969-1970). Pendant les cinq années suivantes, il est élu au Conseil de l’Université et à la Section permanente et il est membre de la Commission des Statuts et de la Commission Vie de l’étudiant. Anticipant de quelque trente ans sur les orientations actuelles de l’université, Yves engage ses forces, ses idées et son temps pour ouvrir l’Université aux non-bacheliers, développer le service de la formation permanente, fomenter le recyclage des professeurs des lycées et collèges et surtout pour œuvrer à l’ouverture de nouvelles filières, déjà « professionnalisantes ». C’est ainsi qu’il fonde, avec son collègue angliciste Philippe Rouyer, l’OCLEA (Organisme commun des Langues Étrangères Appliquées), dont il assure d’ailleurs temporairement la direction. Il est alors chargé de mission de l’Université auprès du monde du travail. Au titre de la Formation continue, il organise et dirige les stages dits Granet, pour former 90 jeunes de niveau bac par an aux métiers du secrétariat et il crée, met en place et dirige un stage d’un an (niveau bac + 3) pour la préparation aux concours administratifs. Cette activité est malheureusement interrompue par une grave maladie et plusieurs longs mois d’absence de l’Université.

Les années 90 consacrent, sur deux plans, ses talents d’administrateur et de rassembleur charismatique, par la direction de l’UFR d’Études ibériques et ibéro-américaines d’une part et l’animation de la recherche américaniste à Bordeaux d’autre part. Pour ce qui est de l’administrateur, son autorité, son énergie et son rayonnement humain lui permettent de transfigurer les tâches ingrates de la gestion non seulement par l’analyse rigoureuse des difficultés et des moyens de les surmonter, mais aussi par la volonté d’instaurer un climat de fraternelle solidarité apte à dépasser les habituelles frictions et les problèmes liés aux politiques universitaires.

Pour ce qui est du chercheur et de l’américaniste, après la disparition du GIRDAL (créé par Bernard Lavallé) qu’il avait eu l’occasion de diriger, il fonde, à la demande de plusieurs collègues et notamment de Sara Bonnardel, l’Équipe de Recherche sur l’Amérique Latine (ERSAL), qu’il dirige et anime pendant une dizaine d’années. L’ERSAL offre ainsi aux enseignants chercheurs et aux doctorants un espace de formation, de débats et de création qui pérennise et renouvelle la traditionnelle vocation américaniste de l’hispanisme bordelais. Yves est également à l’origine de l’implantation, à la Bibliothèque Universitaire de Bordeaux, d’un CADIST Amérique latine, dont il a longtemps assuré la direction. Sous son impulsion et au prix d’une fédération avec le Groupe interdisciplinaire d’analyse littérale (GRIAL) et le groupe de recherche sur la Caraïbe Hispanique (CARHISP), l’ERSAL devient le socle d’une équipe de recherche élargie, l’EA 3656 AMERIBER, dont la fécondité et le prestige sont unanimement reconnus.

Toute une vie au service de la collectivité universitaire : l’espace ne permet pas de s’y attarder, mais il convient de rappeler qu’au fil des multiples et successives réformes de l’Université, Yves a également mené une activité pionnière en matière de renouvellement de la pédagogie. Il faudrait ici ajouter tant de témoignages, émanant des présidents, des administratifs, des collègues et des étudiants : ils sont unanimes à reconnaître ce que l’université Bordeaux Montaigne, l’américanisme et l’hispanisme bordelais lui doivent.

Toute une vie placée, par sa richesse même, sous le signe de l’urgence. Ou d’une haute exigence envers lui-même. Mais aussi d’une patience à toute épreuve et d’une capacité de concentration –semblable à celle du joueur d’échecs– devant laquelle il nous est arrivé parfois de nous sentir, même rassurés par la bonté d’un inoubliable sourire, presque intimidés.

Notes

1 Il s’agit de El Libro de los libros, Catálogo de la Biblioteca Central del Penal de Libertad (1973-1985), Alfredo Alzugarat, Coordinador de edición, Biblioteca Nacional, Uruguay, 2013.

Haut de page