Navigation – Plan du site

Nains et bouffons à la Cour des Habsbourg d’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles

Hélène Tropé
p. 73-105

Résumés

Ce travail est consacré aux nains et aux bouffons qui vécurent à la cour d’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles et à leurs portraits. Après avoir examiné les différentes façons de les désigner à cette époque, l’article montre qu’ils symbolisaient un espace de liberté dans une cour à l’étiquette particulièrement rigide.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2017.

Plan

Les bouffons au palais : origine, vie quotidienne et destin
Usage de son impunité par le bouffon. La libre parole et ses limites
Don Francesillo de Zúñiga, bouffon de Charles Quint
Francisco Bazán, bouffon de Charles II, devant l’Inquisition
Barberousse, bouffon de Philippe IV
Le bouffon représenté
Les portraits de bouffons et de nains avant Vélasquez
Les portraits de bouffons et de nains peints par Vélasquez
Le prince Baltasar Carlos avec un nain et La leçon d’équitation
L’engouement pour les bouffons et leurs portraits sous Philippe IV
Les trois nains et le bouffon de la Torre de la Parada, personnages assis
Don Juan Calabazas
Francisco Lezcano dit « le Biscaïen »
Don Diego de Acedo
Sebastián de Morra
Les portraits de nains debout
Pablo de Valladolid
Don Juan d’Autriche et Barberousse

Aperçu du texte

Jouissant d’impunité, comme le fou, et figure, comme lui, d’une constante réversibilité qui met le monde à rebours, le bouffon est choyé par le roi. Il traverse l’histoire de l’art en laissant derrière lui de nombreuses énigmes. Les bouffons de la cour d’Espagne, qui furent légion et suscitèrent de très abondantes et riches représentations iconographiques, constituent à n’en pas douter un sujet de choix pour l’histoire de l’art.

Les rois de la Maison d’Espagne en raffolaient. Les peintres réalisèrent de nombreux portraits de ces personnages, ce qui n’est pas une nouveauté car les bouffons et les nains sont des figures fréquentes dans l’art européen. Toutefois, dans nulle autre cour que celle d’Espagne ne résidèrent autant de bouffons et de nains ; nulle part ailleurs les peintres de cour ne les prirent autant pour sujets de leurs œuvres, ces tableaux étant ensuite exposés dans les palais du roi par paires ou en groupes. Le phénomène de l’engouement pour ces curieux personnages mérite...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Tropé, « Nains et bouffons à la Cour des Habsbourg d’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles », Bulletin hispanique, 116-1 | 2014, 73-105.

Référence électronique

Hélène Tropé, « Nains et bouffons à la Cour des Habsbourg d’Espagne aux XVIe et XVIIe siècles », Bulletin hispanique [En ligne], 116-1 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 26 mars 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/2844 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.2844

Haut de page

Auteur

Hélène Tropé

Université de la Sorbonne Nouvelle, CRES-LECEMO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page