Navigation – Plan du site
Retraduire les classiques

Oubli versus prolifération de Maître François Rabelais dans la Péninsule Ibérique

vigueur et vicissitudes des traductions catalanes et espagnoles
Xus Ugarte Ballester
p. 493-506

Résumés

L’objet de cet article est, après avoir donné un aperçu global de l’histoire chronologique des versions rabelaisiennes dans la Péninsule ibérique, de se centrer sur les deux dernières traductions catalanes (1985 et 2011) afin de présenter des exemples lexico-syntaxiques de l’évolution de la langue de traduction.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article s’inscrit dans le cadre du groupe de recherche consolidé (2009 SGR 736) «Textes littéraires contemporains: étude, édition et traduction» de l’Université de Vic.

Texte intégral

1Le changement de décennie semble particulièrement propice à Rabelais dans la Péninsule ibérique. Est-ce dû aux incertitudes et aux déceptions d’une crise cyclique qui réconcilient le lecteur avec les auteurs classiques les plus désinhibés, ceux qui mettent le doigt sur la pérennité du grotesque de l’humanité mais qui surtout nous poussent au rire ?

2Il convient de nous féliciter de la parution en février 2011 de la seconde traduction de Gargantua i Pantagruel en catalan de la main d’Emili Olcina, traducteur littéraire mais surtout écrivain, ainsi que de la publication en espagnol des cinq livres (Gargantúa y Pantagruel. Los cinco libros) au mois de novembre de la même année, dont la traduction a été faite par Gabriel Hormaechea pour une maison d’édition barcelonaise.

3Il a fallu attendre le XXe siècle pour pouvoir lire Rabelais en catalan, espagnol et galicien. Malgré les 300 ans d’attente, les différentes traductions rabelaisiennes des traducteurs pionniers (Lluís Faraudo de Saint Germain pour le catalan et Eduardo Barriobero y Herrán pour l’espagnol), réalisées au cours des trois premières décennies du siècle dernier, sont devenues quelque peu anachroniques pour le lecteur d’aujourd’hui. La version complète de Gargantua i Pantagruel de la main de Miquel Àngel Sánchez – Férriz en 1985, a atteint l’objectif de proposer un texte moderne, agile et rigoureux. Emili Olcina, en 2011 a voulu adapter Rabelais à la langue parlée du nouveau siècle, la dotant d’une syntaxe fluide et de dialogues proches des scripts. Alicia Yllera et Gabriel Hormaechea nous offrent, ce nouveau siècle, les livres de Rabelais en espagnol, dans des versions impeccables.

4Le titre de l’article pourrait laisser croire que nous traiterons de toutes les versions de Rabelais faites en catalan ou en espagnol dans la Péninsule. Le travail serait bien trop ambitieux pour le propos de ce texte, c’est pourquoi nous centrerons l’étude sur les trois versions catalanes (1929, 1985 et 2011) et plus spécialement sur les deux dernières pour vérifier si le quart de siècle qui les sépare a laissé une empreinte dans le langage ou la conception linguistique de la traduction d’un auteur classique.

5Néanmoins, sachant que l’un de nos objectifs est d’exposer un panorama des versions rabelaisiennes en Espagne, nous présentons ci-dessous un état succinct de la question et, en annexe, la liste des traductions actuelles en espagnol, galicien et catalan.

Les traductions de Rabelais en Espagne

Castillan

6Alicia Yllera synthétise magnifiquement les conditions défavorables à la réception de Rabelais en Espagne (Yllera 2010 : 95-115). Les titres et sous-titres de son article nous aident à nous faire une idée d’ensemble des relations franco-espagnoles : « Une époque de méfiance », « Un long manque d’intérêt », « Rabelais proscrit ? », « Un long silence ». En effet, premièrement il est publié à un moment où la littérature française n’intéresse pas les Espagnols ; deuxièmement, il est interdit par les index ecclésiastiques ; et finalement il écrit dans une langue difficile. C’est pourquoi François Rabelais a été quasiment ignoré en Espagne, sauf par de rares érasmiens (p. 112).

7La première traduction castillane de Gargantua est de 1905, réalisée par Eduardo Barriobero y Herrán (Torrecilla en Cameros [La Rioja] 1875 - Barcelone, 1939), un homme politique à la vie fort mouvementée (Yllera 2010 : 108). Il était républicain radical de gauche, avocat, Président du Parti Républicain Fédéral, directeur de journaux et de collections littéraires, écrivain, Président du Bureau Juridique de Barcelone, nommé par la CNT, emprisonné plusieurs fois, y compris sous le gouvernement républicain et fusillé à Barcelone par les franquistes en février 1939 après un procès très sommaire. Selon Yllera, sa ferme volonté de vouloir faire connaître Rabelais en Espagne mérite « toute notre admiration et notre indulgence pour les nombreuses erreurs et omissions de sa traduction » (2010 : 109). D’après ses propres déclarations (Barriobero 1923 : I : 25 cité par Yllera 2010 : 109, note 48) son Gargantua n’a pas eu de succès en Espagne. Les deux nouvelles éditions auraient été vendues entièrement en Amérique latine. L’article que consacre Bravo (2002) à Barriobero est une longue revendication de la personnalité de l’avocat anarchosyndicaliste. Sans mentionner les critères traductologiques ou la qualité du texte traduit, Bravo considère que l’humaniste est le premier à faire connaître Rabelais ; la diffusion n’est donc pas issue des milieux académiques ou de l’université, mais de l’avant-garde républicaine de gauche, de la maçonnerie et du secteur intellectuel de l’anarchisme (2002 : 8).

8Après plus de quarante ans de silence, les éditions espagnoles de Rabelais se multiplient. On pourrait parler des vicissitudes d’une vingtaine de versions, remakes et rééditions, allant de la publication, à plusieurs reprises, du texte de Barriobero sous le nom d’un autre traducteur tout en passant par des critères de traductions mal définis. Selon Bravo (2002 : 8) l’appropriation ou le piratage de la traduction de Barriobero se produit au moins à quatre occasions. Yllera (2010 : 109-110) documente en détail toutes ces reprises en Espagne et en Amérique latine. Malgré la prolifération de Gargantuas en espagnol, pour lire un Rabelais de qualité il faudra attendre les années quatre-vingt-dix du siècle dernier, lorsque les textes sont établis sur des critères nettement plus philologiques. Ce sont les traductions de Íñigo Sánchez-Paños, Camilo Flores Varela et Alicia Yllera.

9Heureusement ce nouveau millénaire nous offre deux versions excellentes des quatre livres de Rabelais en espagnol, de la main d’Yllera (1999, 2003, 2009, 2010) et les cinq livres d’Hormaechea (2011).

10Les éditions d’Yllera sont de véritables éditions critiques très érudites de l’œuvre : une introduction extrêmement bien documentée et une bibliographie exhaustive accompagnent chaque livre, d’abondantes notes explicatives en bas de page complètent l’appareil. Il convient de souligner que la traduction plus récente de Gabriel Hormaechea suit un critère très différent. En premier lieu les cinq livres sont rassemblés en un seul volume. Le traducteur a choisi de ne pas suivre un modèle d’édition critique mais de présenter un texte suivi sans interférences de notes de bas de page. Par contre pour faciliter la lecture et la compréhension de l’œuvre, comme le traducteur l’indique lui-même dans la « Note à la présente édition » (p.72), chaque livre est précédé de présentation et chaque chapitre de notes explicatives. Ces notes constituent un résumé du chapitre dans le style de celui qui précède les scènes d’une pièce de théâtre auquel s’ajoutent des explications contextuelles de type historiques ou culturelles qui ont pour but de faciliter la lecture de l’œuvre à un lecteur actuel moyen.

Galicien

11Henrique Harguindey Banet a traduit Gargantúa e Pantagruel (1991) et le Cuarto Libro (2004).

Basque

12Il n’y a pas encore de version rabelaisienne en langue basque. Et pourtant, les basques doivent une faveur à Rabelais : selon l’entrée de Wikipedia Literatura escrita en euskera durante el siglo XVI 2, le premier auteur qui publia un texte écrit en basque fut Rabelais, en 1542, trois ans avant Bernat Etxepare. Ce prêtre navarrais aurait publié Linguae Vasconum Primitiae en 1545 à Bordeaux, selon l’Etxepare Euskal Institutua ou Institut Basque Etxepare3. Ainsi, dans le chapitre V de Gargantua (Les propos des bien yvres), un ivrogne prononce une invitation à boire « Lagona edatera! »  Ami, à boire! »), et ce déjà en 1534.

13La deuxième édition de Pantagruel (1542) ajoute un paragraphe, prononcé par Panurge (chapitre IX), qui deviendra le premier texte complet imprimé en basque. D’après le bascologue Julien Vinson (1843-1926), ce texte est en dialecte souletin ou bas-navarrais4. Il s’agit de la réponse multilingue de Panurge aux questions posées par Pantagruel sur l’identité du premier.

Jona andie guaussa goussyetan beharda erremedio beharde bersela ysser lada. Anbates otoy y es nausu ey nessassu gourray proposian ordine den. Nonyssena bayta fascheria egabe, gen herassy badiasadassu noura assia. Aran hondouan gualde eydassu naydassuna. Estou oussyc eguinan soury hin er darseura eguy harin. Genicoa plasar vadu.

Les traductions catalanes

  • 5 «Mal hauria pogut ressonar dins un ambient semblant la joiosa rialla franca i sensual de l’epicuris (...)

14Les causes de l’absence de Rabelais en Catalogne seraient identiques à celles du reste de l’Espagne. En effet, la première traduction catalane n’est publiée que quatre ans après la version espagnole de Gargantua (1905). Cependant, il n’y a pas d’indices laissant supposer l’existence d’un contact entre ces deux pionniers rabelaisiens. Il est intéressant de relever certaines hypothèses suggérées pour expliquer l’absence de traductions espagnoles pendant trois siècles : pour Barriobero, il s’agit « de la liberté de langage de Rabelais et la rudesse de ses attaques contre l’Église, contre la philosophie bâtarde, contre le droit « sophistique » et contre un trône qui n’est basé que sur l’orgueil et le despotisme » (Yllera 2010 : 108). Faraudo, dans le Proemi del traductor, attribue la méconnaissance de Rabelais en Catalogne au climat d’intolérance qui régnait en Espagne à l’époque de l’écrivain, incompatible avec l’épicurisme pantagruélique5.

15Le philosophe, homme politique et écrivain Eugeni d’Ors, l’un des principaux théoriciens et inspirateurs du Noucentisme, préconisait en 1911 que « [traduire], c’est le meilleur chemin pour incorporer rapidement notre petite culture à la Culture du monde entier » (D’Ors, Eugeni, « Les incorporacions », La Veu de Catalunya, p. 1, 16 mars 1911). Dans le même article, alors qu’avaient été publiées deux années auparavant les versions de Pronòstich pantagruelí et des Cròniques, il loue la qualité de ces transferts et regrette que « le mal le plus grave de la Catalogne est de ne pas s’être embarquée dans les navires pantagruéliques quand ils sortaient de Thalassa […] parce que dans ces navires se trouvait l’esprit de la Renaissance. » (Ugarte 2006 : 67).

16C’est donc en 1909 qu’un général de l’armée, bibliophile, francophile et érudit, Lluís Faraudo de Saint-Germain, prépara le terrain avec Les grans e inestimables Croniques del gran e enorme gegant Gargantua et Pronòstich pantagruelí. Sa contribution rabelaisienne se poursuivit en 1918 avec L’Educació de Gargantua et La joventut de Pantagruel. En 1929 Gargantua vit le jour, tandis que Pantagruel traduit demeurait sous forme manuscrite. Le deuxième traducteur de Rabelais est Miquel Àngel Sánchez-Férriz, auteur de Gargantua i Pantagruel (1985) (Ugarte 2006 : 63). Le troisième est Emili Olcina, traducteur littéraire mais surtout écrivain, dont la traduction vient de paraître en 2011.

17Il faut aussi préciser qu’il existe une traduction inédite de Víctor Compta des cinq livres de Rabelais, qui a obtenu le Prix de Traduction Vidal Alcover 2001 décerné à Tarragone. Enfin, nous ne pouvons passer sous silence la remarquable adaptation –anonyme– de Gargantua pour les jeunes chez l’éditeur Proa, à Barcelone (1987).

Les trois traducteurs catalans

Lluís Faraudo i de Saint-Germain (Lluís Deztany) - 1909, 1929

18Militaire, érudit médiéviste, éditeur de textes anciens et traducteur, Lluís Faraudo de Saint-Germain a souvent utilisé le pseudonyme de Lluís Deztany. Dans le cadre de la Societat Catalana de Bibliòfils, il impulsa avec Moliné Brasés la collection Recull de Textes Catalans Antics (1906-1912). Il a été membre de l’Institut d’Estudis Catalans et de la Reial Acadèmia de Bones Lletres.

19En ce qui concerne son activité comme traducteur, Faraudo a traduit Cervantès (Les dues donzelles, 1947), Swift (Gulliver, 1913 ; La batalla entre llibres antics i moderns, 1947) et, surtout, François Rabelais. L’excellente traduction de Pronòstich pantagruelí (1909) et de Gargantua (1929) lui a valu d’entrer à la Société des Études Rabelaisiennes de Paris. Toutefois, il semble que Faraudo ait traduit l’œuvre complète de Rabelais, alors que seule une petite partie en a été publiée ; en effet, les renvois successifs ainsi que les difficultés éditoriales n’ont pas permis la publication de la majorité de ses traductions (Ugarte 2006 : 64-65).

Miquel Àngel Sánchez-Férriz - 1985

20Né en 1948 à L’Hospitalet de Llobregat, il est l’auteur de la première version complète de Gargantua i Pantagruel en catalan (1985). Traducteur professionnel, il a été traducteur au Conseil de l’Union européenne de 1985 à 1988 et chef de l’unité de traduction à la Commission européenne de 1988 à 1998. Il a traduit du français, de l’anglais, de l’italien, du danois, de l’allemand et du portugais vers le catalan, le castillan, le français et l’anglais.

  • 6 L’information a été fournie par M.A. Sánchez-Férriz à travers une correspondance maintenue par cour (...)

21En ce qui concerne l’idée de la traduction, il semble bien qu’il ait accepté la proposition de traduire Gargantua et Pantagruel qui lui a été faite par le truchement du directeur de la collection Les millors obres de la literatura universal  de la maison d’édition catalane Edicions 62. À la surprise de Sánchez-Férriz, Rabelais demeurait « libre », parce que d’autres plumes plus « importantes » n’avaient pas voulu prendre le risque de s’attaquer aux textes de l’humaniste français6. Dans sa note du traducteur, il mentionne qu’il s’est servi des versions castillanes de García-Die (1972 et 1976), de la version italienne de Bonfantini (1953) et, tout particulièrement, de celle de Faraudo (1929).

Emili Olcina Aya - 2011

  • 7 Nous tenons à remercier Monsieur Olcina qui a eu la gentillesse de répondre à un questionnaire sur (...)

22Né à Barcelone en 1945, Olcina est un écrivain de romans et d’études littéraires divers ; il a publié aussi des prologues et des éditions critiques. Il a traduit des œuvres de l’anglais et du français vers le catalan et l’espagnol. En février 2011 les éditions Laertes publient sa version de Gargantua et Pantagruel 7.

23C’est lui qui a proposé à la maison d’édition Laertes avec laquelle il travaille depuis longtemps, une nouvelle version catalane de Rabelais, car celle de Sánchez-Férriz (1985) est épuisée. En ce qui concerne les traductions consultées, Olcina avoue ne pas avoir lu les versions catalanes avant son travail afin de ne pas se laisser influencer. Par contre, il a consulté la traduction anglaise de Thomas Urquhart (1653) et l’italienne de Gildo Passini (1925). Selon notre traducteur, celle d’Urquhart était proche chronologiquement des textes de Rabelais, et elle est excellente du point de vue littéraire, bien que excessivement libre d’après les critères actuels. Olcina a spécialement apprécié la fraîcheur et l’imagination d’Urquhart. En revanche, il considère la traduction de Passini simplement correcte, sans plus.

24L’explication d’Olcina du caractère inédit de Rabelais en catalan et en castillan jusqu’au XXe siècle, et pendant la plupart de l’après-guerre espagnole tient à l’exaltation extrémiste que fait l’auteur de la réalité physique du corps humain, ce qui a incommodé à la fois les grandes religions (christianisme, islam, judaïsme) et les systèmes éthiques prédominants.

La langue et le style

25Faraudo a utilisé un style archaïsant tout en imitant « notre ancienne langue en essayant de la synchroniser avec le rabelaisien volontairement vieilli d’un siècle ». Selon Sánchez-Férriz (1984 : 91), cette érudite « reconstruction archéologique » ne pouvait faire fonction de traduction vulgarisatrice pour un lecteur catalan des années quatre-vingt d’autant que la figure de celui-ci ne peut être définie d’un point de vue statistique. Cette conscience linguistique permet à la langue de sa propre version de 1985 d’être fluide et compréhensible, adoptant ainsi le style qui convenait à Rabelais alors que les écrits de Faraudo présentent une rhétorique ancienne, avec une syntaxe pleine de phrases longues et subordonnées (Ugarte 2006 : 66). Faraudo écrit, en plein 1929, le prologue de Gargantua avec une orthographe propre, caractérisée par l’usage de la proposition ab (pour amb), de l’écriture des occlusives en position finale (vicissitut, catalec) ainsi que d’une accentuation irrégulière (Prat – Vila 1979 : 43).

26Son critère traductologique est la littéralité maximale, tant dans l’ordre des mots que dans le choix de la forme la plus proche de l’original. Il faut remarquer, en outre, les trouvailles et les traductions ingénieuses des nombreux jeux de mots et idiotismes de Gargantua. Pour illustrer ce style, lisons la première phrase de l’ « Advertiment » qui précède les notes de Gargantua (1929 : 247) : « No pertany al traductor d’afegir comentaris (difícilment originals) a l’obra de Rabelais, ja de prou temps a ençà glosada en sa totalitat i per menut en els incomptables treballs especialitzants i en les divulgades, tant com magistrals, edicions franceses. »

27Pour Sánchez-Férriz, les différents registres et niveaux de langue, les jeux de mots, le lexique archaïsant et la prolifération des noms propres ont été les écueils principaux. Pour y faire face, il précise que son principal critère de traduction a été de tenter de « maintenir au maximum la littéralité [du texte] comme moyen d’en préserver l’esprit ».

  • 8 Voir note 6.

28Selon Emili Olcina, les difficultés étaient diverses et il y en avait d’énormes (certainement, les jeux de mots figuraient parmi les premières) : néanmoins, le souci constant était de maintenir en catalan la même richesse littéraire atteinte en français par Rabelais. Le défi principal n’était donc pas le lexique, mais les mécanismes littéraires. Il déclare avoir voulu résoudre le texte comme écrivain plutôt que comme traducteur8.

  • 9 Cette affirmation erronée a heureusement été corrigée dans quelques articles de presse postérieurs, (...)

29Notre traducteur de 2011 avoue qu’il a plus de vocation comme écrivain que comme traducteur. C’est pourquoi, à notre avis, il évite (supposons avec l’accord de la maison d’édition) les mots « traducció » et même « versió » dans la page de couverture et quatrième page de couverture, partout remplacés par « edició ». Il y a même une erreur grave à la dernière phrase de la description de la quatrième page de couverture, où l’on lit « ofereix per primera vegada en català el text íntegre de Gargantua i Pantagruel ». Pourtant, il est évident que Sánchez Férriz avait fait la même chose vingt-six ans avant »9. La brève « Nota a l’edició » fait seulement référence aux notes et est suivie par l’ « Introducció », un prologue très savoureux sur Rabelais et son œuvre. Bien entendu, il ne mentionne pas les traductions précédentes, ni en catalan ni dans une autre langue.

30Finalement, pour lui une traduction n’a d’intérêt que du point de vue de la militance littéraire. D’après Olcina, il faut créer des ponts entre les cultures, entre les littératures, afin de faire connaître les bons auteurs. Il manifeste que depuis quelque temps il se sent séduit par la richesse de la littérature africaine noire postcoloniale.

Les notes du traducteur

31Pour aider le lecteur à mieux comprendre l’étendue de la richesse du texte, Sánchez- Férriz a inclus deux cent quarante-six notes pour Gargantua et deux cent quarante-cinq pour Pantagruel, avec la traduction des phrases latines ou d’autres langues, afin d’offrir des éclaircissements techniques ou terminologiques. Si ces chiffres peuvent paraître élevés, ils demeurent faibles par rapport à Faraudo qui, avec une exubérance digne de Rabelais, n’écrit pas moins de six cent seize notes rien que pour le Gargantua. Elles montrent une érudition vaste et peu commune, avec des allusions constantes aux classiques comme Horace, les Évangiles, le Décaméron, Curial e Güelfa, Eiximenis, etc (Ugarte 2006 : 67).

32Sánchez-Férriz est de l’avis qu’il faut introduire des notes si l’éditeur décide de faire une édition critique et non de poche. Dans son cas, il a eu du mal à convaincre son éditeur pour ce qu’il considérait être un devoir par respect à la fois pour l’auteur et le lecteur.

33La version de 2011 contient deux cent onze notes pour Gargantua et cent quarante-cinq pour Pantagruel. Olcina considère que, idéalement, le texte littéraire devrait être autosuffisant mais dans le cas de Rabelais, la distance culturelle entre la France du XVIe siècle et la Catalogne actuelle est excessive pour être comprise sans médiation. Les notes, donc, rendent plus agile la lecture, évitant des arrêts de lecture causés par la perplexité ou l’incompréhension.

L’évolution

34Devant l’évidence du style archaïsant de la version de 1929 et dans le but de nous centrer sur le vieillissement des versions, nous n’examinerons que celles de 1985 et 2011.

35Nous nous posons à présent ces questions : y a-t-il eu des changements de langue entre la version de 1985 et celle de 2011 ? Correspondent-ils à l’évolution du catalan – ou bien aux nouvelles préférences des lecteurs ou des éditeurs – vingt-six ans après?

36Dans les exemples suivants extraits du livre de Pantagruel nous avons signalé des différences de style (OB, Observations, si c’est le cas) entre les deux traducteurs (SF Sánchez-Férriz ; EO Emili Olcina).

1) « Gregoys, Gentilz, qui furent buveurs eternelz » (Pantagruel, ch. 1)
SF : […] els grecs i els gentils, que foren eterns bevedors
EO
 : […] sinó també els grecs, uns pagans que eren bevedors eterns
OB : temps verbal différent ; omission de « Gentilz » à EO, ordre substantif –adjectif.

2) […] « mist les Allemans par le derriere, qui firent diables de humer : “Her, tringue, tringue !”  de doublet en case » (Pantagruel, ch. 12)
SF : Posà al darrera els alemanys que començaren a beure com dimonis: Her, tringue, tringue! seguit seguit
EO : Va col·locar els alemanys per allà darrere, i van beure com dimonis: Herr, trinka, trinka!, ara hi som i ara hi tornem
OB : temps verbal différent ; modernisation de « tringue » par « trinka », avec k, plus facilement repérable par le lecteur.

3) « […] vint à Orleans, et là trouva force rustres d’escholiers » (Pantaguel, ch. 5)
SF : […] vingué a Orleans. Allà trobà força rústecs estudiants
EO : […] va anar a Orleans, i va trobar-hi molts estudiants pagerols […]
OB : temps verbal et ordre des mots différent.

4) « Lors commença le pauvre Lymousin à dire. Vée dicou gentilastre. Ho sainct Marsault adiouda mi, hau hau laissas aquau au nom de dious, et ne me touquas grou » (Pantagruel ch. 6)
SF : Vée dicou, gentilastre. Ho!, sainct Marsault adjouda my!
(traduction note 41) : « Ep ! dic, gentilhome. Oh, sant Marcial, ajuda´m ! Au, au, deixa anar, en nom de Déu, i no em toquis més !»
EO : Vée dicou, gentilastre. Oh, sant Marsalt, ajuda-mi ! Hau, hau, deixaus.me anar, nom de Deou, i no me tuquis pas.
(traduction de Vée dicou, note 23: « Ep, dic jo ».)
OB : Olcina fait une traduction dans une langue inventée, qui rappelle le limousin mais qui est facilement compréhensible pour un catalan. Sánchez- Férriz donne la traduction dans une note.

5) Décrivant les premiers mots de Gargantua à sa naissance :
« “À boire ! à boire ! à boire !”, comme invitant tout le monde à boire, si bien qu’il fut ouy de tout le pays de Beusse et de Bibaroys ».
SF : A beure, a beure, a beure !, com invitant tothom a beure, de tal manera que se´l sentia per tot el país de Beuze i pel Bibarais
EO : Beu ! Beu ! Beu !, com si convidés tothom a beure, de tal manera que el van sentir a tot el país de Beuxes i a tot el Vivarais.
OB: lexique et temps verbal différent

6) (Gargantua, Prologe de l’auteur)
« A l’exemple d’icelluy vous convient estre saiges, pour fleurer, sentir et estimer ces beaulx livres de haulte gresse, legiers au prochaz et ardiz a la rencontre ; puis, par curieuse leçon et meditation frequente, rompre l’os et sugcer la sustantificque mouelle ».
SF : Seguint-ne l’exemple, us convé ser sagaços en flairar, copsar i estimar aquests llibres d’alta ensunya, lleugers en l’encalç i ardits en l’encontre ; després us cal, mitjançant una lectura atenta i freqüents meditacions, trencar l’os i xuclar el moll substanciós.
EO : Us convé seguir l’exemple i tenir seny per ensumar, sentir i estimar els bonics llibres ben grassos, fàcils d’empaitar però valents a la topada. Després, per mitjà d’una lectura atenta i una meditació freqüent, trenqueu l’os i xucleu-ne el moll substanciós.
OB : lexique et syntaxe.

7) Titres de chapitres
XV « Comment Gargantua fut mis soubz aultres pedagoges »
SF : XV Com Gargantua fou encomanat a d’altres pedagogs
EO : XV Com Gargantua va ser confiat a altres pedagogs
V. « De l’enfance de Pantagruel »
SF : IV De la infància de Pantagruel
EO : IV Sobre la infància de Pantagruel
XVII « Comment Pantagruel eut victoire bien estrangement des Dipsodes, & des geans »
SF : XXVIII Com Pantagruel aconseguí la victòria ben estranyament sobre els dipsodes i els gegants
EO : XXVIII Com Pantagruel va obtenir la victòria, d’una manera ben estranya, sobre els dipsodes i els gegants

37À notre avis, ces exemples montrent une excellente maîtrise de la langue de la part des deux traducteurs : richesse lexicale, bonnes solutions traductologiques et syntaxiques. Cependant, les différences entre les deux versions sont rendues manifestes au fur et à mesure que la lecture avance.

38Le Gargantua i Pantagruel de 2011 a voulu adapter Rabelais à la langue parlée du nouveau siècle, la dotant d’une syntaxe fluide, de dialogues proches des scripts et de vocabulaire connu par un lecteur cultivé moyen. La version de 1985 a atteint l’objectif de proposer un texte moderne, agile et rigoureux ; cependant, le profil correspondrait à un lecteur plus cultivé ou plus habitué à des textes littéraires classiques.

39À partir des exemples évoqués, on peut se rendre compte que Sánchez Férriz utilise toujours le perfet simple (passé simple), tandis qu’Emili Olcina choisit le pretèrit perifràstic (passé composé), courant dans le catalan standard parlé et écrit. Olcina préfère les paraphrases parce qu’elles sont moins condensées et facilitent l’explication. En ce qui concerne la syntaxe, il essaye d’adapter l’ordre des mots à la langue standard. Il cherche à effacer tout anachronisme linguistique et à simuler que les protagonistes des dialogues sont des personnages actuels. Dans la version de 1985, Sánchez-Férriz ne semble pas vouloir occulter qu’il s’agit d’une version moderne d’un livre ancien.

40Et c’est là un des points de controverse : devrait-on quasiment oublier qu’il s’agit d’un texte du XVIe ? Quelques traducteurs en langue anglaise, comme Burton Raffel qui a traduit en 1990 Gargantua and Pantagruel, ont fait le choix d’éliminer les notes dans le but de faciliter la lecture. Gabriel Hormaechea vient de faire de même dans sa version castillane de 2011.

41Devrait-on donc éprouver les mêmes émotions, le même effet qu’un lecteur de la Renaissance ? Ce qui est évident est que la toilette faite par Olcina à Gargantua i Pantagruel devrait permettre que Rabelais soit lu, ou au moins connu par les étudiants et les professeurs de littérature de l’enseignement secondaire et universitaire. Ce rajeunissement devrait aider à gommer la réputation d’incompréhensible attribué à l’humaniste ; avec un guidage correct, centré sur les chapitres les plus remarquables – ou amusants, on a le choix –, l’esprit humaniste et comique de Rabelais pourrait faire partie de l’acquis culturel de notre jeunesse.

42Au risque d’être considérée comme trop optimiste ou naïve et sachant que la politique de distribution éditoriale ou culturelle du pays n’y contribue guère, nous nous félicitons néanmoins de la parution de ce Rabelais catalan du nouveau millénaire, tout un exercice stylistique d’humour et de créativité excellent.

Haut de page

Bibliographie

Bravo Vega Julián, « Eduardo Barriobero, primer traductor español de Rabelais » dans Salinero MJ et Iñarrea Ignacio (eds), El texto como encrucijada. Estudios Franceses y Francófonos, Logroño, Universidad de la Rioja, t. II, 2003, p. 513-524.

Etxepare Euskal Institutua. Site de l’Institut Basque Etxepare [En ligne] [Page consultée le 20 février 2012] Disponible sur :

http://www.kultura.ejgv.euskadi.net/r46-etxep2/es/contenidos/informacion/etxepare_euskal_institutua/es_etxepare/etxepare.html

D’Ors Eugeni, « Les incorporacions », La Veu de Catalunya, 16 mars 1911.

Faraudo Lluís, « Proemi del traductor » « Advertiment », dans Rabelais François, Gargantua, Barcelone, Llibreria Verdaguer, 1929.

Literatura escrita en euskera durante el siglo XVI http://es.wikipedia.org/wiki/Literatura_escrita_en_euskera_durante_el_siglo_XV

Prat Enric ; Vila Pep, « Lluís Faraudo de Saint-Germain i la traducció catalana de Rabelais », Serra d’Or, janvier 1978, p. 41-43.

Rabelais François, La vie très horrificque du grand Gargantua, Paris, Garnier-Flammarion, 1968.

Pantagruel (ed. 1532) Site d’Athéna. [Page consultée le 20 février 2012] Disponible sur : http://athena.unige.ch/athena/rabelais/rabelais_pantagruel.html

Raffel Burton, « Translator’s Preface » dans Rabelais François, Gargantua and Pantagruel, New York/Londres, Norton, 1990.

Sánchez-Férriz Miquel Àngel, « A propòsit de Rabelais en el V centenari del seu naixement », Serra d’Or 298-299, 1984, p. 91.

— « Nota sobre la traducció » dans Rabelais François, Gargantua i Pantagruel, Barcelone, Edicions 62, 1985, p. 10-11.

Ugarte-Ballester Xus, « Les traductions catalanes de Rabelais », Études Rabelaisiennes, Tome XLIV, 2006, p. 63-78.

Yllera Alicia, « La réception de Rabelais en Espagne », Études Rabelaisiennes, Tome L, 2010, p. 95-115.

Haut de page

Annexe

Traductions de rabelais

Catalan

Pronòstich pantagruelí cert veritable et infal.libre per l’any perpetual novament compost a profit e avisament de gents aturdides et moxardes de natura per Mestre Alcofribas Arquetricli del dit Pantagruel, Barcelone, Serra y Rusell, 1909. Traduction de Lluís Deztany (Lluís Faraudo de Saint Germain).

Les grans e inestimables Croniques del gran e enorme gegant Gargantua contenint sa genealogia, la grandesa e la forsa de son cors. Aximeteix los meravellosos fets d’armes que feu per lo rey Artus- com per avant veureu, Barcelone, La Académica, 1909. Traduction de Lluís Deztany (Lluís Faraudo de Saint Germain).

L’Educació de Gargantua i La joventut de Pantagruel, Barcelone, Col.lecció Minerva, Duran i Alsina, 1918. Traduction de Lluís Deztany (Lluís Faraudo de Saint Germain).

Gargantua, Barcelone, Llibreria Verdaguer, 1929. Traduction de Lluís Deztany (Lluís Faraudo de Saint Germain).

Gargantua i Pantagruel, Barcelone, Edicions 62, 1985. Traduction de Miquel Àngel Sánchez-Férriz.

Gargantua, Barcelone, Fanal de Proa, 1987. Adaptation anonyme.

Gargantua i Pantagruel, Barcelone, Editorial Laertes, 2011. Traduction d’Emili Olcina.

Castillan *

Gargantúa, Madrid, López del Arco, 1905. Traduction d’Eduardo Barriobero y Herrán. Réedition Madrid, Aguilar, 1967.

Gargantúa y Pantagruel, Barcelone, Plaza y Janés, 1965. Traduction de Juan G. de Luaces.

Gargantúa. Pantagruel, Barcelone, Zeus, 1971. Traduction de Jaime Uyá Morera.

Gargantúa y Pantagruel, Barcelone, Bruguera, 1971. Traduction de Teresa Suero Roca et José María Claramunda.

Gargantúa y Pantagruel, Barcelone, Salvat, et Madrid, Alianza, 1971. Traduction d’Alfredo Darnell.

Gargantúa, Barcelone, Juventud, 1972. Traduction d’Antonio García-Die Miralles de Imperial.

Gargantúa, Madrid, AKAL, 1986. Traduction de Juan Barja.

Gargantúa, Madrid, Hiperión, 1986. Traduction d’Íñigo Sánchez Paños.

Gargantúa, Madrid, Alianza, 1992. Traduction de Camilo Flores Varela.

Gargantúa, Madrid, Cátedra, 1999, 2006, 2008. Traduction d’Alicia Yllera.

Pantagruel, Madrid, Cátedra, 2003, 2009. Traduction d’Alicia Yllera.

Tercer libro de Pantagruel, Madrid, Cátedra, 2009. Traduction d’Alicia Yllera.

Cuarto libro de Pantagruel, Madrid, Cátedra, 2010. Traduction d’Alicia Yllera.

Gargantúa y Pantagruel (Los cinco libros), Acantilado, Barcelona, 2011. Traduction de Gabriel Hormaechea.

*Les fréquentes rééditions, totales ou partielles ou les éditions latinoaméricaines ne sont pas incluses.

Galicien

Gargantúa e Pantagruel, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia, 1991. Traduction d’Henrique Harguindey Banet.

Cuarto Libro, Ames-Bertamiráns, Laiovento, 2004. Traduction d’Henrique Harguindey Banet.

Haut de page

Notes

2 http://es.wikipedia.org/wiki/Literatura_escrita_en_euskera_durante_el_siglo_XVI

3 http://www.kultura.ejgv.euskadi.net/r46-etxep2/es/contenidos/informacion/etxepare_euskal_institutua/es_etxepare/etxepare.html

4 http://www.euskomedia.org/PDFAnlt/reveus/02054056.pdf

5 «Mal hauria pogut ressonar dins un ambient semblant la joiosa rialla franca i sensual de l’epicurisme pantagruèlic» (La joyeuse plaisanterie franche et sensuelle de l’épicurisme pantagruélique aurait pu mal retentir dans une ambiance semblable).

6 L’information a été fournie par M.A. Sánchez-Férriz à travers une correspondance maintenue par courrier électronique dans laquelle il a gentiment répondu à un questionnaire sur les critères de sa traduction (février 2004).

7 Nous tenons à remercier Monsieur Olcina qui a eu la gentillesse de répondre à un questionnaire sur des particularités de cette traduction (9 juillet 2011).

8 Voir note 6.

9 Cette affirmation erronée a heureusement été corrigée dans quelques articles de presse postérieurs, qui ont été jusqu’à présent la seule réception critique de la traduction de Gargantua i Pantagruel. Il s’agit surtout de Castillo, David : La pèrdua progressiva del patrimoni, El Punt-Avui, 15/03/2011. Quelques mois après, le 17 septembre 2011, la Maison d’édition a organisé un débat sur la traduction de Rabelais avec Miquel Àngel Sánchez-Férriz et Emili Olcina à l’occasion de la Setmana del Llibre en català.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xus Ugarte Ballester, « Oubli versus prolifération de Maître François Rabelais dans la Péninsule Ibérique », Bulletin hispanique, 115-2 | 2013, 493-506.

Référence électronique

Xus Ugarte Ballester, « Oubli versus prolifération de Maître François Rabelais dans la Péninsule Ibérique », Bulletin hispanique [En ligne], 115-2 | 2013, mis en ligne le 14 février 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/2683 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.2683

Haut de page

Auteur

Xus Ugarte Ballester

Université de Vic

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page