Navegação – Mapa do site

115-2 | 2013
Les traductions vieillissent-elles ?

Paris les 10-11-12 octobre 2011
Couverture 2-2013
Informações sobre esta imagem
ISBN 978-2-86781-908-7

 « Les traductions vieillissent-elles ? ». La question posée par le journaliste Didier Jacob à l’occasion de la polémique qui suivit la nouvelle traduction en français de The Great Gatsby de la main de Julie Wolkenstein en 2013a été le point de départ des réflexions ici menées sur l’activité traductrice. Des questions corollaires viennent immédiatement à l’esprit : qu’entend-on par le « vieillissement » d’une traduction ? Car la notion de vieillissement est, elle aussi, fort labile. Les motifs – ou les insatisfactions du traducteur – qui poussent à la retraduction sont-elles uniquement d’ordre esthétique ? Serait-ce donc une affaire de mode, selon une lecture au pied de la lettre de la citation de Charles Sorel : « C’est le privilège de la traduction de pouvoir être réitérée dans tous les siècles, pour refaire les livres selon la mode qui court » ? Doit-on rajeunir, toiletter, faire peau neuve périodiquement ? Doit-on être de son temps ?L’interdisciplinarité de la réflexion, alliant linguistes, littéraires, comparatistes et traducteurs dans les différentes langues romanes a nourri et enrichi le questionnement sur la traduction et la retraduction en diachronie, tant du point de vue de l’émetteur que du récepteur. Alliant la réflexion théorique à la pratique des textes et des traducteurs, cet ouvrage prétend interroger le vieillissement, réel ou supposé, des traductions, et, plus généralement, ce qui pousse à sans cesse retraduire.  

Notas da redacção

Avec le soutien du Conseil Scientifique, de l’École Doctorale IV (Civilisations, Cultures, Littératures et Sociétés) et du CRIMIC (EA 2561) de l’Université Paris-Sorbonne.