Navigation – Plan du site

Maxime Chevalier nous a quittés le 20 août 2007. Il était âgé de quatre-vingt-quatre ans et le malheur ne l’avait pas épargné, mais récemment encore on le voyait quitter le Bulletin Hispanique pour prendre lentement le chemin de notre bibliothèque, où il avait toujours quelqu’un à saluer, un texte à revoir ou quelque note à compléter.

Disert, affable, courtois comme on ne l’est plus, il n’en était pas moins capable, en privé comme devant un public nombreux, de railler sans ménagement ce que bien souvent il peut y avoir de candeur dans certaines idées modernes.

Dans notre discipline, les études littéraires, il incarnait cette érudition positive qui est censée s’opposer en tout point à l’esprit théorique.

Son œuvre d’hispaniste répond dans son cheminement souterrain à une logique qui se rencontre chez peu d’auteurs, et que ne laissait pas attendre son premier grand ouvrage. Celui-ci, L’Arioste en Espagne (1530-1650). Recherches sur l’influence du « Roland furieux » (1966), avait été une très belle thèse de doctorat, mettant en jeu les ressources de la littérature comparée et celles de ce que les Espagnols, faisant du mot un autre usage que nous, appellent la “filología”. Ce premier livre et son complément, une étude parue deux ans plus tard sur les thèmes ariostéens dans la poésie espagnole, sont l’un et l’autre d’une conception toute classique, et pouvaient ouvrir la voie à une série de travaux où auraient été confrontées à nouveau sur des points très précis la littérature de Espagne et celle de l’Italie. Cette perspective bien légitime en eût séduit plus d’un qui aurait pareillement investi dans le premier chantier.

Au lieu de quoi, Maxime Chevalier, délaissant apparemment la littérature savante, faisait paraître en 1975 une première étude relevant du multiple domaine de l’oralité : Cuentecillos tradicionales en la España del Siglo de Oro. Cette reconversion inattendue, loin d’être passagère, devait alimenter par la suite la grande collection du conte folkorique espagnol, son œuvre la plus imposante, la plus nécessaire peut-être, à laquelle il travailla durant des années en collaboration avec le folkloriste Joaquín Díaz.

Dans le même temps il poursuivait la série de travaux qu’avait inaugurée quelques années auparavant sa monographie « Sur le public du roman de chevalerie ». Ces études sur le livre et la lecture devançaient tout ce qui a été écrit de sérieux en la matière. Et il n’est peut-être pas d’ouvrage de l’auteur qui ait été si souvent cité.

Une production si abondante et si diverse doit malgré tout laisser voir des thèmes récurrents, des intérêts de prédilection. Plus encore que l’histoire de la lecture et plus que celle des textes, il semble que les domaines qui ont le plus séduit Maxime Chevalier soient d’une part l’oralité du conte et de l’autre celle de la conversation telle qu’elle se pratiquait parmi les gentilshommes et les courtisans des XVIe et XVIIe siècle.

L’étude des façons de parler et des manières de dire de l’époque, savoureusement illustrée par de nombreux textes toujours comiques, souvent blessants et cruels, montre que la pique, la pointe, le sobriquet et d’autres jeux langagiers si prisés chez les Français et les Espagnols a d’abord, et définitivement, cédé le pas chez les premiers à une bienséance qui, ajouterions-nous, semble aller de pair avec une modernité. L’ouvrageintitulé Quevedo y su tiempo : la agudeza verbal, nous conduit en somme au cœur du Siècle d’Or littéraire, et suit du regard la ligne de faille qui va mettre à distance l’une de l’autre, pour un temps, deux grandes civilisations.

Ces nombreux travaux ont été plusieurs fois couronnés en Espagne, par la Real Academia de la Lengua, par un Doctorat Honoris Causa de l’Universidad Internacional Menéndez Pelayo, par le Premio Nebrija.

Des hispanistes français de notre temps, nul doute que Maxime Chevalier n’ait été l’un des plus grands.