Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX

Gobierno de España, Ministerio de Educación, IFIIE (Instituto de Formación del profesorado. Investigación e innovación educativa), Madrid, 2010
Marie-Hélène Soubeyroux
p. 485-486
Référence(s) :

Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX. Gobierno de España, Ministerio de Educación, IFIIE (Instituto de Formación del profesorado. Investigación e innovación educativa). – Madrid, 2010, 449 p.

Texte intégral

1L’ouvrage récemment publié par le Ministère de l’Éducation espagnol dans sa collection IFIIE et dont l’édition a été préparée par Julio Ruiz Berrio, Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer, est une remarquable synthèse des derniers travaux de recherche réalisés par la communauté scientifique des historiens spécialistes de l’éducation en Espagne aux XIXe et XXe siècles. Il fait suite à un précédent volume essentiellement consacré à l’enseignement primaire et le complète en s’intéressant à d’autres niveaux d’enseignement, comme l’école maternelle ou l’université, et d’autres aspects du monde de l’éducation tels que le syndicalisme du corps enseignant...

2En deux volets, huit chapitres théoriques, pris en charge par les meilleurs spécialistes des domaines traités (Manuel de Puelles Benítez , « Política de la educación y políticas educativas » ; Carmen Sanchidrián Blanco, « Historia de la infancia. Historia de la educación infantil » ; Antonio Viñao Frago, « La enseñanza secundaria » ; José María Hernández Díaz, « La universidad : aspectos institucionales » ; Jean-Louis Guereña, « La universidad. Vida universitaria » ; Aida Terrón Bañuelos, « Estatuto socioeconómico y activismo sindical del profesorado » ; Alejandro Tiana Ferrer, « Los manuales escolares » ; Julio Ruiz Berrio, « La educación social ») et une très abondante bibliographie de quelque 190 pages intégrant les publications les plus récentes (jusqu’en 2009), un bilan est dressé et de nombreuses pistes et perspectives sont ouvertes.

3Manuel de Puelles Benítez ouvre la réflexion en définissant la politique de l’éducation, une discipline universitaire à part entière en Espagne, qui s’intéresse à l’histoire des réformes scolaires. Il souligne aussi l’existence de nombreux travaux de recherche sur les politiques éducatives dans l’enseignement universitaire alors que rares sont ceux qui portent sur l’enseignement primaire et secondaire. Un constat que partage Antonio Viñao Frago qui observe l’absence d’une synthèse d’histoire de l’enseignement secondaire dans l’Espagne contemporaine. Ce sont en effet plutôt des établissements spécifiques ou des périodes (le franquisme, la restauration démocratique) qui ont fait l’objet d’enquêtes et de publications favorisées par les politiques locales des autonomies. Viñao Frago regrette de même la rareté des études portant sur les programmes et les matières. Il suggère de nouveaux sujets de recherche comme la dépuration du corps enseignant du secondaire, les élèves filles des lycées ou les auteurs de manuels scolaires. L’apparition ou l’apprentissage des langues vivantes étrangères mériteraient aussi une étude approfondie et globale. L’histoire des disciplines est d’ailleurs mise en relation avec la « manualistique » par Alejandro Tiana Ferrer qui présente cette dernière comme un objet récent d’étude et fait référence au grand projet MANES sur les manuels depuis le XIXe siècle qui a abouti entre autres résultats à l’élaboration d’une importante bibliographie consultable sur Internet. Parmi les publications sur le sujet, Tiana Ferrer met en bonne place le volume monographique de la revue Historia de la educación de 2000 sur les manuels scolaires dans l’histoire.

4En ce qui concerne l’histoire de l’université, José María Hernández Díaz et Jean-Louis Guereña s’accordent à dire qu’il s’agit d’un domaine d’études traditionnel avec une abondante production sur les plus grandes et les plus prestigieuses universités, Salamanque, Alcalá et d’autres, depuis le Moyen Age jusqu’à l’époque contemporaine, la moins traitée. Cependant, que ce soit au niveau de l’institution en tant que telle ou à celui de ses acteurs, professeurs et/ou étudiants, de nombreux champs sont encore à couvrir en fonction de la complexité et des spécificités de chaque établissement d’enseignement supérieur comme le fait remarquer José María Hernández Díaz. Jean-Louis Guereña affirme finalement la nécessité de passer d’une histoire parcellaire, sans en nier toutefois l’utilité, à une histoire globale.

5Les textes de Manuel de Puelles Benítez, Carmen Sanchidrián Blanco et Julio Ruiz Berrio se rejoignent enfin sur l’importance des liens entre politiques éducatives, histoire de la famille et histoire sociale. Julio Ruiz Berrio montre les liens entre société et éducation à tous les niveaux et au sein des nombreuses institutions. La présence ou l’absence de famille entourant l’enfant, qu’il soit élève ou élève en puissance, ne peut en effet que déterminer le type d’éducation reçue et les choix éducatifs des familles orientent forcément les politiques. Carmen Sanchidrián note que l’évolution de l’histoire de l’enfance a eu beaucoup d’impact ces dernières années sur l’historiographie de l’éducation des jeunes enfants. Aida Terrón abonde aussi dans ce sens lorsqu’elle cite des travaux novateurs qui révèlent l’émergence d’une histoire sociale du professorat depuis les années 70 du XXe siècle. Ces travaux qui tendent à ébaucher un profil sociologique du corps enseignant et intègrent beaucoup de biographies et même d’autobiographies d’enseignants participent aussi depuis quelques années à la récupération d’une mémoire historique professionnelle et collective.

6Nous ajouterons aux différents et très riches bilans et apports du livre de Berrio, Guereña et Tiana Ferrer que c’est peut-être finalement dans le cadre de la prosopographie que le travail en histoire de l’éducation pourrait être renouvelé à partir de l’exploration et de l’exploitation de revues pédagogiques dont les fondateurs, auteurs et collaborateurs font partie intégrante d’un réseau de diffusion des techniques de transmission du savoir. Le livre d’Antonio Checa Godoy, Historia de la prensa pedagógica en España, publié en 2002, constitue à cet égard une excellente base de données répertoriant les différentes revues publiées sur tout le territoire espagnol, mais il faut aller au-delà et s’attacher à la lecture et à l’analyse du contenu de ces publications tout en menant de véritables enquêtes sur la carrière et l’intégration sociale de ces maîtres d’école et professeurs, pédagogues avant tout.

7En outre, à l’heure de l’Europe et de l’indispensable construction d’une politique commune de l’éducation dans les états qui la composent, il semble bien, comme l’affirment plusieurs des auteurs ayant porté un regard nouveau sur l’état de l’historiographie du domaine que l’avenir appartienne à des travaux d’envergure nationale associables au sein d’un projet européen unique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Soubeyroux, « Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX », Bulletin hispanique, 114-1 | 2012, 485-486.

Référence électronique

Marie-Hélène Soubeyroux, « Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio et Alejandro Tiana Ferrer (éds.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX », Bulletin hispanique [En ligne], 114-1 | 2012, mis en ligne le 27 mai 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1955

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page