Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La novela picaresca. Concepto genérico y evolución del género (siglos XVI y XVII)

Iberoamericana, Vervuert, Universidad de Navarra, 2008
Michel Cavillac
p. 842-846
Référence(s) :

La novela picaresca. Concepto genérico y evolución del género (siglos XVI y XVII). Klaus Meyer-Minnemann, Sabine Schlickers (eds.). – Iberoamericana, Vervuert, Universidad de Navarra, 2008, 608 p. (Biblioteca Aurea Hispánica, 54). – ISBN 978-84-8489-422-3.

Texte intégral

  • 1  Sur le sujet, un autre volume d’actes (Filiations picaresques en Espagne et en Europe : XVIe-XXe s (...)
  • 2  Il suffit de renvoyer au chapitre consacré par Anthony Close au Guzmán de Alfarache dans Cervantes(...)

1Il est sans nul doute utile de dresser périodiquement un état de ce qu’il est convenu de nommer (parfois lato sensu) le « genre picaresque », courant littéraire fréquemment revisité par la critique de ces dernières années1, et dont les deux textes fondateurs (le Lazarillo de Tormes et le Guzmán de Alfarache) posent, bien avant le Don Quichotte, les bases du roman moderne, ne serait-ce qu’en brisant la vieille convention « poétique » de la séparation des « styles »2. C’est justement sous l’angle des structures « formelles » propres aux récurrences internes de ces textes – primauté du récit « autodiégétique » (Genette) et statut fictionnel de l’autobiographe, picaro ou assimilé –, et non en fonction d’une visée idéologique dont l’homogénéité est en effet contestable, que le présent ouvrage revendique (dans le sillage de Claudio Guillén) la pertinence d’un modèle générique du roman picaresque et examine sa dynamique évolutive en Espagne et en Europe depuis l’anonyme Lazarillo (1554) jusqu’au Simplicissimus (1668-1669) de Grimmelhausen.

2Fruit de la réflexion d’un groupe de recherche lié à l’Université de Hambourg réunissant, outre Klaus Meyer-Minnemann et Sabine Schlickers, Tilmann Altenberg, Inke Gunia, Katharina Niemeyer, et Daniela Pérez y Effinger, cette substantielle étude, qui pour la mise en perspective mobilise également deux autobiographies authentiques du XVIIe siècle – celles d’Alonso de Contreras et de Diego Duque de Estrada –, embrasse un corpus varié à la mesure de l’importante diffusion du roman dit « picaresque » : le Lazarillo et ses continuations (1555 et 1620), le Guzmán (1599-1604) de Mateo Alemán et la Segunda parte (1602) apocryphe de Mateo Luján, El Guitón Honofre (1604) de Gregorio González, La pícara Justina (1605) de Francisco López de Úbeda, Cervantès face au « défi poètologique » de la picaresque (1604-1615), l’adaptation allemande du Guzmán (1615) par Aegidius Albertinus, le Marcos de Obregón (1618) de Vicente Espinel, le Buscón (1626) de Quevedo, le Francion (1623, 1626, 1633) de Charles Sorel, Le Page disgracié (1642-1643) de François Tristan L’Hermite, La vida y hechos de Estebanillo González (1646), la Tercera parte de Guzmán de Alfarache (1648-1650 ?) de Felix Machado da Silva, Le roman comique (1651-1657) de Paul Scarron, The English Rogue (1665) de Richard Head, et sa continuation (1668) par Francis Kirkman, enfin le Simplicissimus (1668-1669) de Grimmelshausen. Vaste programme ! Mais disons d’emblée que la cohérence méthodologique qui informe les travaux ci-dessus permet d’éviter l’écueil de la juxtaposition, risque majeur de ce genre d’entreprise.

  • 3 Publié dans La invención de la Novela (Seminario hispano-francés : noviembre 1992-junio 1993), coor (...)
  • 4 Cf. M. Cavillac, « Del Guzmán de Alfarache al Persiles : Cervantes frente a Mateo Alemán », in Mich (...)

3Étant donné la diversité et la richesse d’une telle filiation – non exhaustive, bien entendu –, il ne saurait être question danalyser ici chacune des contributions dont on doit saluer en général la rigueur et la documentation, même si toutes n’ont pas à l’évidence la même portée. Très éclairants et novateurs s’avèrent, par exemple, les développements sur le Lazarillo de Tormes « desde las ediciones de 1554 hasta la refundición de 1620 por Juan de Luna » (p. 41-75), ainsi que le chapitre sur « Cervantes y la picaresca » (p. 223-262), sujet pourtant rebattu depuis un mémorable article (1957) de Carlos Blanco Aguinaga. La réponse critique de Cervantès à la poétique picaresque ressentie comme un défi théorico-littéraire sur les rapports entre fiction et réalité, y est exposée avec talent à partir de séquences des deux parties du Quichotte (1605-1615) et des Nouvelles exemplaires (c’est-à-dire Rinconete y Cortadillo, La ilustre fregona, El coloquio de los perros). Parfaitement maîtrisée, l’imposante bibliographie cervantiste maniée en la circonstance eût néanmoins gagné à s’élargir au livre de Monique Joly sur La bourle et à son article sur « Cervantes y la picaresca de Mateo Alemán : hacia una revisión del problema »3. En outre, peut-être eût-il été souhaitable de sonder le Persiles où l’auteur solde vraisemblablement ses comptes avec le Guzmán alémanien à travers le personnage du « malicioso sobre discreto » Clodio, « espíritu satírico » doté de « una pluma veloz »4.

4Au fond, l’originalité et l’intérêt de ce volume collectif, particulièrement stimulant pour le comparatiste, provient de son souci de justifier la valeur opératoire du concept générique de « picaresque » non point à la lumière diffuse de « la literatura » – ainsi que procédait Fernando Cabo Aseguinolaza (1992) –, mais à celle du « roman » et de sa propre esthétique. Le lecteur hispaniste bien souvent irrité d’apprendre que ces narrations pseudo-autobiographiques relevaient d’un « sous-genre » plus ou moins péjorativement qualifié de « picaresque », ne peut que se réjouir de voir les plus réussies d’entre elles identifiées à de véritables romans.

  • 5 Cf. Francisco Márquez Villanueva, « El gran desconocido de nuestros clásicos », Saber Leer, Marzo 1 (...)
  • 6 J. M. Micó, « Introducción » à son édition du Guzmán de Alfarache, Madrid, Cátedra (Letras Hispánic (...)
  • 7 J. Rutherford : « Fueron los lectores del Guzmán y no su autor, quienes hicieron de este texto una (...)
  • 8  F. Márquez Villanueva : « Sobre el lanzamiento y recepción del Guzmán de Alfarache », Bulletin His (...)

5À cet égard, on est toutefois tenté d’exprimer une réserve en forme d’interrogation. Enclore « la novela picaresca » dans un genre spécifique (comme « le roman pastoral » ou, de nos jours, « le roman policier ») ne revient-il pas encore à ravaler a priori ces récits à un peu glorieux second rayon, en dessous évidemment de « l’inclassable » Don Quichotte ? N’est-ce pas surtout pratiquer un amalgame fâcheux entre des fictions, cultivant certes un même registre discursif, mais dont la qualité romanesque est très inégale ? Par exemple : cantonner –fût-ce pour de louables raisons didactiques– la Vida de Guzmán de Alfarache, l’incontestable chef-d’œuvre de Mateo Alemán, auprès du Guitón Honofre, de La pícara Justina ou du Buscón, suscite quelque malaise herméneutique chez ceux (nombreux) qui estiment que, sur le plan de l’art narratif, l’Atalaya de la vida humana n’a rien à envier au grand roman cervantin5. Sans nier pour autant la prégnance d’un discours picaresque au sein de la « poética historia » de Guzmán, il conviendrait de s’apercevoir, avec José María Micó, que l’Atalaya « es mucho más que una novela picaresca » et ne peut être appréhendé « en los estrechos límites de una demarcación genérica »6. Considéré dans son intégralité, le Guzmán de Alfarache est moins un roman « picaresque » qu’une « épopée atalayiste »7 conjuguant divers niveaux de « styles ». En termes plus modernes, il s’agit d’un roman à part entière, et l’un des plus puissants produits par l’Europe d’Ancien Régime : « Sin él – souligne avec raison Francisco Márquez Villanueva – la historia literaria de Occidente sería sin duda distinta »8.

  • 9  On y découvre ainsi (p. 169, n. 39) que « Cavillac (1983, p. 21, nota 59) supone que durante los p (...)
  • 10 Sans doute n’est-il pas oiseux de rappeler que, dans son Informe secreto sur les « galériens » des (...)

6Sous ce jour, les chapitres qui traitent ici des deux parties de la Vida de Guzmán de Alfarache, Atalaya de la vida humana, appelleraient quelques commentaires. Si le Guzmán de 1599, expressément placé par Alemán – dans un premier temps – sous le signe humilis du « comique » picaresque, fait l’objet d’une présentation (p. 77-116) convaincante, qui d’ailleurs se garde d’exclure tout autre lecture, l’analyse de la Segunda parte (p. 145-175) – plus délicate car le narrateur y prend soin de se démarquer nettement de la « burla » picaresque – prête en revanche le flanc à la critique, à commencer par l’exactitude de certaines références figurant en notes9. Hormis des mises au point bienvenues sur l’illusion d’oralité et le rôle-clé du narrataire extradiégétique – dont la fonction « purement rhétorique » (p. 149) étonne cependant quelque peu –, la plupart des considérations sur la « conversion » de Guzmán témoignent d’une approche lacunaire et un tantinet confuse quant aux ressorts psychologiques du protagoniste, faute (à mon avis) d’envisager ce retournement final dans sa logique marchande, seule éthique intelligible en fait pour le fils du « mercader genovés ». Le même flou préside à la question cruciale de l’hypothétique libération du galérien et de la situation d’écriture du narrateur. Ce dernier ne signale-t-il pas qu’il se trouve toujours « sin libertad y necesitado » ?10. Rien, non plus, sur l’atalayisme (attitude et axiologie) auquel se rattache explicitement le texte à en croire le narrateur lui-même : « Esto propio le sucedió a este mi pobre libro, que habiéndolo intitulado Atalaya de la vida humana, dieron en llamarle Pícaro y no se conoce ya por otro nombre ». Ce passage (pourtant cité à deux reprises, p. 154 et 168) ne donne lieu qu’à deux élémentaires mentions lexicographiques (Nebrija, Covarrubias), alors qu’il nous invite à dépasser infiniment le moule picaresque. Bref, force est de reconnaître que les alémanistes restent sur leur faim, impression d’autant plus regrettable en l’espèce que le roman (picaresque ? ou atalayiste ?) de Mateo Alemán est, par nature, au cœur du projet qui sous-tend l’ouvrage – au demeurant de bonne facture – que nous offrent les collègues hambourgeois.

Haut de page

Notes

1  Sur le sujet, un autre volume d’actes (Filiations picaresques en Espagne et en Europe : XVIe-XXe siècles, eds. Paloma Bravo et Cécile Iglesias) est actuellement sous presse à l’Université de Bourgogne.

2  Il suffit de renvoyer au chapitre consacré par Anthony Close au Guzmán de Alfarache dans Cervantes y la mentalidad cómica de su tiempo (Alcalá de Henares, B.E.C., 2007, p. 346-376). On se reportera aussi au remarquable article de David Mañero Lozano, « Del concepto de decoro a la teoría de los estilos : consideraciones sobre la formación de un tópico clásico y su pervivencia en la literatura española del Siglo de Oro », Bulletin Hispanique, 111, n° 2 - 2009, p. 357-385.

3 Publié dans La invención de la Novela (Seminario hispano-francés : noviembre 1992-junio 1993), coord. Jean Canavaggio, Madrid, Casa de Velázquez, 1999, p. 269-276.

4 Cf. M. Cavillac, « Del Guzmán de Alfarache al Persiles : Cervantes frente a Mateo Alemán », in Michèle Guillemont y Marie-Blanche Requejo Carrió (eds.), Mateo Alemán y Miguel de Cervantes : dos genios marginales en el origen de la novela moderna, Toulouse, PUM, Criticón, 101, 2007, p. 177-198.

5 Cf. Francisco Márquez Villanueva, « El gran desconocido de nuestros clásicos », Saber Leer, Marzo 1997, n° 103, p. 4-5.

6 J. M. Micó, « Introducción » à son édition du Guzmán de Alfarache, Madrid, Cátedra (Letras Hispánicas, n° 86), 1987, t. 1, p. 74. Parallèlement, gardons en mémoire la question posée par Monique Joly : « Le roman picaresque existe-t-il ? » (Histoire de la littérature espagnole, dir. Jean Canavaggio, Paris, Fayard, 1993, t. 1, p. 515-543). Dans cette perspective, on lira avec profit la pénétrante mise au point de Philippe Rabaté sur « El discurso agustiniano de Mateo Alemán : de la herencia adánica a la “reformación” individual en el Guzmán de Alfarache », Criticón, 107, 2009, p. 105-135.

7 J. Rutherford : « Fueron los lectores del Guzmán y no su autor, quienes hicieron de este texto una novela picaresca […]. Según Mateo Alemán, lo que él había escrito no era una novela picaresca sino una novela atalayesca, de la cual una pequeña parte era picaresca » (Breve historia del pícaro preliterario, Vigo, Universidade de Vigo, Servicio de Publicacións, 2001, p. 70). À ce propos, voir M. Cavillac, « Guzmán de Alfarache » y la Novela moderna, « Prólogo » de Francisco Rico, Madrid, Casa de Velázquez, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (vol. 44), 2010, p. 181-215.

8  F. Márquez Villanueva : « Sobre el lanzamiento y recepción del Guzmán de Alfarache », Bulletin Hispanique, 92, n° 1-1990, p. 551.

9  On y découvre ainsi (p. 169, n. 39) que « Cavillac (1983, p. 21, nota 59) supone que durante los primeros cincuenta años del siglo XVII, la mitad de la población andaluza sabía leer y escribir », supposition – nous dit-on – d’autant plus erronée que les bons historiens affirment le contraire. Or que trouve-t-on dans mon livre Gueux et marchands (1983, p. 21, n. 58, et non 59) ? Il s’agit en réalité d’une citation : « Voir les résultats de l’enquête sur les documents inquisitoriaux de Tolède (1525-1817) et de Cordoue (1595-1632), consignés par M. C. Rodriguez et B. Bennassar dans leur article “Signatures et niveau culturel des témoins et accusés dans les procès d’Inquisition” (Caravelle, 1978, XXXI, p. 17‑41), où l’on peut lire que “la moitié au moins, et probablement davantage, de la population masculine des villes andalouses savait lire et écrire durant la première moitié du XVIIe siècle” (p. 41) ». Bartolomé Bennassar ne serait-il pas un historien fiable ? Par ailleurs, la même légèreté prétend discréditer mes sources historiques relatives à la « bourgeoisie marchande » de la fin du XVIe siècle : on m’oppose les définitions théoriques de Sombart et de Maravall (p. 164-165) en ignorant, semble-t-il, les travaux de Modesto Ulloa et de Felipe Ruiz Martín, spécialistes incontestés de l’économie du Siècle d’Or et, en particulier, du « capitalisme financier génois » (fondamental pour comprendre le Guzmán) dont il n’est ici soufflé mot. On eût apprécié une critique plus « scientifique ». Enfin, n’oublions pas qu’aux environs de 1600 le débat sociopolitique tend de plus en plus à se résumer à l’interrogation suivante : le mercader est-il un pícaro (un voleur ou un usurier à la mode génoise) ou bien le sauveur potentiel (tel un Simón Ruiz) de l’économie nationale ? C’est aussi de cela que nous parle Mateo Alemán.

10 Sans doute n’est-il pas oiseux de rappeler que, dans son Informe secreto sur les « galériens » des mines d’Almadén (1593), Alemán tenait tout spécialement à savoir si « después de aver cumplido el tiempo de sus condenaciones se les haze estar por fuerça y contra su voluntad algunos meses, años o días más del dicho tiempo en que fueron condenados » (Germán Bleiberg, « El Informe secreto de Mateo Alemán », Estudios de Historia Social, 2-3, 1977, p. 384). Il est probable que le Roi, dont les galères manquaient de rameurs, fit la sourde oreille à la requête du capitaine. Sur cet aspect, voir M. Cavillac, « Sobre la bondad, inocencia y fidelidad de Guzmán de Alfarache », in « Por discreto y por amigo » : Mélanges offerts à Jean Canavaggio, Christophe Couderc et Benoît Pellistrandi (eds.), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 385-396.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cavillac, « La novela picaresca. Concepto genérico y evolución del género (siglos XVI y XVII) », Bulletin hispanique, 112-2 | 2010, 842-846.

Référence électronique

Michel Cavillac, « La novela picaresca. Concepto genérico y evolución del género (siglos XVI y XVII) », Bulletin hispanique [En ligne], 112-2 | 2010, mis en ligne le 19 janvier 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1286

Haut de page

Auteur

Michel Cavillac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page