Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Autoridad y poder en el Siglo de Oro

Universidad de Navarra, Iberoamericana-Vervuert, Madrid, Frankfurt am Main, 2009
Jean-Pierre Dedieu
p. 443-445
Référence(s) :

Autoridad y poder en el Siglo de Oro. Ignacio Arellano, Christoph Strosetzki, Edwin Williamson (eds.). – Madrid, Frankfurt am Main, Universidad de Navarra / Iberoamericana / Vervuert, 2009, 293 p. (Biblioteca Áurea Hispánica, 62) : ISBN 978-84-8489-470-4

Texte intégral

1Il s’agit de la publication de quinze communications faites aux séminaires d’un groupe de discussion organisé par des chercheurs des Universités de Navarre, Münster et Oxford, autour des rapports entre pouvoir politique, autorité et vie littéraire au XVIIe siècle.

2Les textes traitent pour moitié d’une problématique directement littéraire : le Quichotte (Edwin Williamson, María del Carmen Rivero Iglesias), Garcilaso (Colin Thompson), le Siglo pitagórico de Enríquez Gómez (Cerstin Bauer Funke), le théâtre de Juan de la Encina (Tobias Leuker), le roman picaresque (Michaela Peters), Calderón (Victoriano Roncero) et Lope de Vega (Jonathan Thacker), le genre de l’emblème (Rafael Zafra). D’autres sont directement historiques : la figure du roi dans les fêtes hagiographiques françaises (Ignacio Arellano), les rapports de la littérature avec la politique (Luis Galván), le concept de loi et de droit (Christoph Strosetzki), le travail de contrôle des librairies par l’inquisition (Ronald Truman), le cérémonial diplomatique (Thomas Weller), l’image de la mort du roi (Ulrich Winter).

3Il m’est difficile d’évaluer la pertinence de ces analyses sous l’angle strictement littéraire. Toutefois l’ambition des auteurs porte non pas sur celui-ci à proprement parler, mais sur les rapports de la production littéraire avec le politique. C’est donc cet aspect qui me retiendra.

4Premier constat, ces textes ont totalement assimilé un point capital de la théorie du pouvoir dans l’Espagne du XVIIe siècle qui échappe encore à beaucoup d’historiens : la limitation du pouvoir royal par le droit naturel et le droit divin, et la pénétration de cette idée dans la société, qui en fait une convention de base du politique, partagée par l’ensemble de la population. Le texte de Strosetzki, par exemple, en traite directement, ceux de Peters, de Carmen Rivero et de Roncero en présupposent la diffusion. Le travail fascinant de Williamson en fait même l’articulation principale du Quichotte, dans lequel il voit une parabole politique fondée sur l’évolution des rapports entre le héros éponyme et Sancho. On regrettera cependant qu’une fois décrits les principes théoriques de cette conception du politique, les auteurs s’intéressent si peu à leur mise en œuvre pratique, notamment au rôle de l’Église comme gardienne des règles. Rien sur les universités, sur la production directe de théories politiques, sur la prédication, sur le rôle des intellectuels – à cette époque, des clercs – comme experts politiques. Ce n’est pas leur sujet, dira-t-on. Voire. Il n’en reste pas moins qu’il y a des questions qu’il est difficile de traiter en s’en tenant au canon littéraire des auteurs consacrés.

5Deuxième constat, beaucoup de ces textes tentent une approche réelle du thème de l’ouvrage. Le plus ambitieux est certainement celui de Luis Galván, qui montre bien la complexité des rapports entre pouvoir politique et vie littéraire et comment la critique littéraire au pouvoir constitue un antécédent de l’opinion publique. Pour ce qui est des rapports du créateur à l’autorité intellectuelle, l’autre aspect de la question abordé dans ces textes, on trouvera des remarques intéressantes chez Bauer Funke, Thompson ou Zafra, pour ne citer qu’eux. Le problème, cependant, n’est nulle part abordé directement dans toute son ampleur.

6Les travaux proprement historiques sont de bonne facture. Ainsi se réjouira-t-on de l’effort de comparatisme qui conduit à traiter aussi de la France dans l’un des travaux présentés. Tout en saluant l’observation très juste du rôle capital du roi dans la mise en scène de la propagande catholique, phénomène que seul sans doute un étranger à notre nation pouvait faire avec une telle acuité, on regrettera le manque de mise en contexte par rapport aux débats qui agitaient alors l’Église de France. Y procéder aurait, sur ce point au moins, permis à l’auteur d’enrichir sa problématique. L’articulation entre les contributions d’histoire des représentations politiques et des études littéraires est réussie, du fait de la cohérence de la problématique abordée et de la manière de l’aborder. Certainement pas du fait du travail des éditeurs scientifiques.

7Celui-ci est réduit à sa plus simple expression : une grosse page d’introduction plus institutionnelle qu’autre chose, et le classement des textes par ordre alphabétique du nom de famille des auteurs. Il est difficile de faire moins. Aucune définition de la problématique, aucune mise en contexte historiographique, aucune conclusion. Le texte brut. S’y reconnaisse qui pourra.

8C’est dommage, car encore une fois le sujet est très intéressant et l’apport de chaque auteur, nécessairement partiel, réel. Le livre aurait vu sa valeur multipliée par une solide introduction (ou conclusion) thématique qui aurait systématisé les observations présentées. Presque tous ces textes, y compris ceux auxquels nous n’avons pas fait un sort particulier, méritent lecture ne serait-ce que pour leur caractère stimulant, tant pour les spécialistes de littérature que pour les historiens, qui pourront mesurer à travers le prisme littéraire l’importance de phénomènes dont ils ne sont pas toujours conscients.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dedieu, « Autoridad y poder en el Siglo de Oro », Bulletin hispanique, 112-1 | 2010, 443-445.

Référence électronique

Jean-Pierre Dedieu, « Autoridad y poder en el Siglo de Oro », Bulletin hispanique [En ligne], 112-1 | 2010, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1196

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dedieu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page