Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus

Raphaël Carrasco, L’Espagne au temps des validos, 1598-1645

Presses de l’Université du Mirail, Toulouse, 2009
Jean-Pierre Dedieu
p. 441-443
Referencia(s):

Raphaël Carrasco, L’Espagne au temps des validos, 1598-1645. Toulouse, Presses de l’Université du Mirail, 2009, 212 p. + 8 h.t. couleurs

Notas del autor

Les légendes des sixième et septième reproductions sont inversées.

Texto completo

1L’ouvrage est écrit à l’usage des candidats à l’agrégation d’espagnol et reprend strictement l’intitulé d’une question de civilisation du programme en vigueur. On peut discuter de la pertinence de la formulation et du découpage chronologique adopté – l’auteur ne s’en prive d’ailleurs pas –, mais là n’est pas la question. Le sujet est imposé.

2Tout en notant que sa formulation très large n’interdit aucune interprétation, Raphaël Carrasco propose de centrer le propos sur le système de gouvernement, et plus précisément sur le phénomène du ministériat. Il ouvre son texte par une rapide présentation de l’état général de la Monarchie pendant la période concernée. L’idée de décadence en constitue l’axe principal (p. 23-47). Quelques pages, denses et bienvenues, définissent la nature du valimiento. L’auteur suit I.A.A. Thompson, pour qui le personnage correspond à un moment de l’évolution des monarchies, l’espagnole comme la française, car le phénomène est international. Les souverains tiennent beaucoup plus directement en main leurs États qu’auparavant. Cette stratégie génère un volume d’activité qui dépasse les possibilités d’un homme seul. Les conseils sont incapables d’assumer les tâches nouvelles, car ils ont été conçus précisément pour assurer le bon fonctionnement du système ancien, où le roi ne s’intéressait qu’aux grandes lignes de la politique générale en laissant le royaume s’administrer de lui-même. D’où la nécessité d’une aide qui soit aussi un fusible, car la transformation de la monarchie ne laisse pas de susciter des oppositions : le valido, le premier ministre. C’est presque toujours en Espagne un aristocrate, de ceux qui depuis la fin du Moyen Âge au moins assument avec les souverain les tâches de gouvernement, les vice-royautés et les capitaineries générales, tout en partageant la vie privée du roi. Ce rôle de second sera plus tard assumé, d’une autre manière, par l’administration. (p. 48-60).

3La partie centrale de l’ouvrage, la plus substantielle, dresse un tableau du valimiento de Lerma (p. 61-96), puis de celui d’Olivares (p. 97-162), personnage auquel est faite la part du lion. Suit un chapitre sur l’usage de la propagande par les validos. Il se résume en fait à une étude des textes de Quevedo sur Lerma et Olivares, et à une fort intéressante mise en parallèle de la série des portraits de ces deux personnages avec celle des souverains qui montre bien comment la première démarque la seconde tout en conservant les subtiles différences qui, toujours, reflètent la hiérarchie respective des modèles.

4Un manuel de concours ne doit pas briller par l’originalité. Raphaël Carrasco assume totalement cette obligation. Il nous donne un texte bien informé et sûr, résumant et hiérarchisant clairement l’information disponible, la plaçant toujours dans son contexte historiographique. Il s’appuye sur une bibliographie non exhaustive, mais à jour – à ce propos le lecteur consultera bien sûr la liste des ouvrages qui figure à la fin du livre, mais aussi les notes. Il prend parti, tout en justifiant ses choix. Comme tel il remplit totalement son rôle.

5On permettra cependant au recenseur de formuler des regrets, qui touchent moins à l’ouvrage qu’au cadre dans lequel il s’inscrit. Plus qu’un travail d’histoire se donnant pour objectif de rendre compte d’une réalité en fonction de l’outillage dont disposaient les acteurs, il est une réflexion sur l’Espagne conditionnée par le vécu des siècles à venir. Le statut qu’il donne à la notion de décadence, très présente dans ses premières pages, est ambigu. On distingue mal ce qui est construction de l’historien – et Dieu sait que cette notion a été nuancée par eux récemment – et ce qui est perception des acteurs eux-mêmes. Les réactions des contemporains face au surgissement du valido, si elles sont décrites, ne sont guère expliquées : il eut fallu pour cela reconstruire l’image entière de la monarchie dans la pensée politique du temps. L’auteur n’a pas osé affronter directement une question qui sous-tend son texte, à laquelle il fait lui-même allusion sans la saisir à bras le corps: la place donnée à ces « premiers ministres » dans l’image si négative des « Austrias menores » qu’a construite l’historiographie sous les Bourbon d’abord, aux XIXe et XXe siècles ensuite, comme un repoussoir justifiant, pour lutter contre une supposée décadence, les réformes que chacun voulait imposer. Image fausse, pour une part au moins, car I.A.A. Thompson a bien montré comment le XVIIe siècle n’avait pas été un moment de déclin pour l’État, qui avait alors politiquement pris en main la péninsule comme jamais auparavant, donnant à Charles II des moyens dont Philippe II ne disposait pas. Quel beau sujet eût fait l’étude de la construction d’un tel mythe de décadence ! Ce n’était pas la question posée. L’efficacité pédagogique commandait de la taire.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Jean-Pierre Dedieu, « Raphaël Carrasco, L’Espagne au temps des validos, 1598-1645 », Bulletin hispanique, 112-1 | 2010, 441-443.

Referencia electrónica

Jean-Pierre Dedieu, « Raphaël Carrasco, L’Espagne au temps des validos, 1598-1645 », Bulletin hispanique [En línea], 112-1 | 2010, Publicado el 04 enero 2013, consultado el 21 noviembre 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1194

Inicio de página

Autor

Jean-Pierre Dedieu

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página