Navigation – Plan du site
Lectures des classiques

La Lozana Andaluza

notes textuelles
Claude Allaigre
p. 41-60

Résumés

Notes au texte du Retrato de la Lozana Andaluza destinées à compléter ou rectifier celles de l’édition Cátedra [Letras Hispánicas, 212], Madrid, 1985. Elles précisent la nature du matériau culturel du livre de Delicado et confirment son caractère comique.

Haut de page

Texte intégral

1Je suis très heureux de participer aujourd’hui à l’hommage rendu à Nadine Ly, et je remercie chaleureusement les organisateurs de m’y avoir convié, car c’est l’occasion de rendre manifeste une longue et féconde amitié qui de DEA en doctorats nous a aussi menés du Bon Amour à Don Quichotte, toujours dans la bonne humeur et les rires plus ou moins fous qui n’ont jamais manqué de ponctuer nos rencontres et nos agapes.

2Je tiens donc, en cette circonstance, à offrir des fleurs à Nadine ; ce seront bien sûr des fleurs en papier, un modeste florilège qui nous ramènera dans le passé puisqu’il s’agit d’un petit bouquet de notes au texte de La Lozana Andaluza destinées à compléter, à rectifier parfois, celles de l’édition Cátedra de 1985. Ce sont pour la plupart des références parémiologiques tirées presque toutes du Vocabulario de refranes de Correas et du Tesoro de Covarrubias, avec les mêmes références que dans l’édition Cátedra 1985 ; si, isolément, elles n’ont qu’un intérêt limité à la meilleure compréhension ponctuelle de telle ou telle réplique, leur somme, ajoutée aux notes antérieures, contribue à donner une idée plus nette – ou à la renforcer – de la nature du texte de Delicado en mettant mieux en évidence ses composantes morphologiques.

3Ces notes, qui n’ont pu hélas bénéficier de la dernière édition de La Lozana de Jacques Joset et Folke Gernert (Círculo de lectores, 2007), sont ici transcrites en suivant l’ordre des mamotretos (les chapitres), des pages, et des numéros des notes de 1985, avec quelques numéros bis lorsqu’il s’agit d’une note à un terme non commenté auparavant. Je vais cependant faire exception à cet ordre pour trois ou quatre cas qui me paraissent mériter une attention particulière, à commencer par le nœud de Salomon (ñudo de Salamón).

Le nœud de Salomon

4C’est à la perspicacité de notre collègue italienne Carla Perugini, auteur de I sensi della Lozana Andaluza, très intéressante étude entrecoupée de la traduction en italien de divers passages, que l’on doit de revenir sur le sens de l’icône qui représente le nœud de Salomon avec les quatre signes (des lettres) qui le flanquent. Cette icône illustre le soixante-sixième et dernier mamotreto, et sa place dans le texte est importante, c’est pourquoi je la signale en incise dans la réplique où elle est insérée, réplique dont le caractère conclusif n’a pas besoin d’être souligné :

Lozana. – Si yo vo [al paraíso], os escriberé lo que por el alma habéis de hacer con el primero que venga, si viniere, y si veo la Paz que allá está continua, la enviaré atada con este ñudo de Salamón, desátela quien la quisiere. Y ésta es mi última voluntad,

porque sé que tres suertes de personas acaban mal, como son : soldados y putanas y osurarios, si no ellos, sus descendientes ; y por esto es bueno fuir romano por Roma que, voltadas las letras, dice amor, y entendamos en dejar lo que nos ha de dejar (Cátedra, p. 480).

5J’ai assez longuement commenté ce que j’ai appelé el nudo del exemplum dans l’Introduction de l’édition de 1985, mais je n’avais pas vu ce qu’a remarqué l’érudite italienne, à savoir que parmi les quatre lettres qui sont au quatre coins de l’icône le z peut se lire m. Elle étaye son affirmation sur une graphie que l’on trouve dans une interjection proférée par un palefrenier au mamotreto LXIV : ¡ Guay de ti Jerusalez !, corrigée en tant que coquille en Jerusalén par Damiani et Allegra dans leur édition critique (Madrid, 1975, désormais R 75). Mais Carla Perugini montre que ce z est bien une graphie de m en s’appuyant sur une autre œuvre de Delicado qui en présente divers exemples :

A conforto di questa lettura, si confronti l’edizione originale del Modo de adoperare il legno…, che si serve degli stessi caratteri di stampa, e dove se ne trovano diversi esempi (I sensi…p. 225, n. 246).

6Récusant la lecture Paz + o [o pour oméga] qui joue avec A (alpha) pour symboliser le Christ, principe et fin (alpha et oméga ou de A à Z), dont le nœud de Salomon, vu sa forme, pourrait représenter la croix, Carla Perugini voit une influence judaïque, et un retour à ses origines pour Delicado. Elle propose de lire la légende de ce nœud inextricable sans début ni fin, dont les torons seraient d’après elle des cours d’eau, selon l’alphabet grec plutôt que selon l’alphabet latin :

La mia interpretazione parte da una lettura secondo l’alfabeto greco, anziché latino, delle lettere in torno al nodo di Salomone, che permetterebbe una concatenazione di semi, posto che le lettere non siano PAZ, bensi RAM, quest’ultima interpretata a partire dall’unico lemma dell’editio princeps in cui compare come tale :Jerusalez.

7De la sorte, il est loisible de lire la légende du nœud AzoP (alpha, mu, omicron, rho, soit : Amor) ou PozA (soit : Roma) si on lit dans le sens inverse (voltadas las letras). Il est évident que cette lecture est pertinente au texte de La Lozana, et il est non moins vrai que l’argumentation de Carla Perugini pour démontrer un sérieux retour au judaïsme de Delicado est fort intelligente et séduisante. Je n’y crois cependant pas car elle est en totale contradiction avec la tonalité d’une œuvre dont son auteur continue (dans le chapitre postliminaire final « Digresión », p. 508) de qualifier le contenu de ridiculosas cosas, ce que j’interprète comme provocantes a risa selon la formule de l’un des parangons de La Lozana qui est les Coplas de Fajardo, alias Carajicomedia.

8Le présupposé de Carla Perugini qu’elle tient d’une sorte de consensus du petit monde critique du livre de Delicado, c’est que ce dernier était converso, ce qui est fort possible mais dont je n’ai jamais trouvé de preuve convaincante, la présence de juifs et de conversos/conversas dans son Retrato n’en étant évidemment pas une. Ensuite je ne vois pas pourquoi, alors qu’elle admet la multiplicité des sens de l’œuvre (son étude s’intitule bien I sensi…), elle récuse la lecture Paz +o de la légende du nœud de Salomon, ce nœud qui d’après le contexte immédiat est le contenant de la paix. Mon opinion est qu’il faut lire ces lettres selon deux codes : non l’alphabet grec ou l’alphabet latin mais bien l’alphabet grec et l’alphabet latin. Sur les possibles confusions qu’entraînait la forme des lettres dans les deux alphabets, on peut se reporter à Covarrubias (par exemple s.v. Jesús, p. 714, b) pour voir qu’il s’agissait d’une question au moins relativement débattue dans certains milieux, et donc d’un ésotérisme tout relatif. Quant au z, il est z dans un cas et m dans l’autre. Sauf erreur, la seule occurrence de z avec la seule valeur de m dans le Retrato est celle de ¡Guay de ti Jerusalez ! déjà mentionnée ; dans tous les autres cas, on a affaire à des m d’alphabet latin.

9C’est de cette mention de Jérusalem que Carla Perugini, développant une série de termes qui d’ailleurs ne sont pas au texte, tire argument pour suggérer l’attitude judaïsante de l’auteur : je préfère y voir, dans cette œuvre soigneusement imprimée, où l’iconographie participe de la signification comme je l’ai indiqué par ailleurs, un indice permettant une lecture plus pénétrante, bien dans l’esprit ludique de l’ensemble de l’œuvre, alors que l’expression d’un retour à une pratique judaïsante sérieuse y serait bien isolée, et que la culture du double sens (voire plus) est bien avérée dans toute l’œuvre. Un tel jeu, qui permet de lire autour du nœud de Salomon « Roma / Amor », permet aussi de lire, conjointement et contradictoi­rement, PAZ, cette paix dont Lozana s’inspire pour sa gouverne puisqu’elle conclut :

haré como hace la Paz, que huye a las islas, y como no la buscan, duerme quieta y sin fastidio, pues ninguno se lo da, que todos son ocupados a romper ramos del sobreescrito árbol [de la vanidad ], y cogiendo las hojas será mi fin.

10Chute totalement contradictoire puisque Lozana trouvera le repos en cueillant les feuilles de l’arbre de la vanité…c’est pourquoi, tout bien considéré, j’en reviens à ma conclusion initiale exprimée p. 508 de l’édition Cátedra, note 12. C’est bien à tout le peuple chrétien que s’adresse cette conclusion, et le nœud de Salomon conforte cette opinion.

11On connaît mieux maintenant le nœud de Salomon grâce aux travaux de Jean Berty, Serge Avrilleau et Jean Vives (voir à la section « Mystère » de leur Le Périgord insolite, accessible sur internet, l’article « À la recherche du nœud de Salomon »), ainsi qu’aux études des Anglaises Violet Pritchard et Sylvia Beamon, et encore à l’ouvrage de l’Italien Umberto Sansoni Il nodo di Salomone (Milan, Electa, 1998). Cette icône, dont la structure de base consiste en deux anneaux orthogonaux enlacés offrant l’image d’une croix est composée, dans sa facture la plus élémentaire, de deux simples anneaux tandis que dans ses variantes les plus élaborées elle est formée de torons imbriqués qui se poursuivent à l’infini sans interruption pour revenir indéfiniment au point de départ ; c’est cette forme élaborée que l’on a dans le Retrato où le nœud comporte cinq torons alors que certains exemplaires en comptent jusqu’à sept. Ce nœud de Salomon, qui se retrouve fréquem­ment dans toute l’Europe et jusqu’en Palestine, est doté d’un riche symbolisme, mais je n’ai jamais trouvé, hormis chez Carla Perugini, que ses torons aient été interprétés comme des cours d’eau. Symbole selon les cas de sagesse, de puissance, d’alliance, d’infini ou d’énigme, c’est probable­ment un héritage du monde romain que l’art chrétien a développé à sa manière ; image de la croix, dans diverses réalisations (vitraux ou mosaï­ques), il sert à identifier un personnage comme chrétien.

12C’est d’ailleurs probablement au symbolisme chrétien qu’il est à rattacher chez Delicado, qui lui conserve bien entendu sa valeur d’énigme, ne serait-ce que celle de l’anonymat de l’œuvre. Le mamotreto LXVI dans lequel il figure est à lire tout entier par référence à la Bible (c’est aussi, comme on le verra plus loin, ce que suggère le mot mamotreto) : on y discerne en filigrane le début de la Genèse avec ses corollaires dans l’Apocalypse. Lorsque Lozana dit Yo quiero ir a paraíso, elle fait évidemment allusion au séjour post-mortem dans la gloire divine puisqu’elle ajoute Quiero que éste sea mi testamento, mais, selon la technique de confusion de plus d’un signifié sous signifiant unique qu’affectionne Delicado, elle fait également référence au paradis terrestre ou jardin d’Éden comme l’indique la présence de l’arbre de la vanité sur lequel est juché le rieur démoniaque, évidente transposition de l’arbre de la connaissance de la Genèse. Il est à noter que c’est le sens de « paradis terrestre » qui est l’acception première du mot paraíso qu’emploie Lozana, comme l’attestent tous les dictionnaires, notamment Covarrubias et les Autoridades. La définition que propose ce dernier pour paraíso a en outre l’avantage de souligner l’intérêt que portaient à l’Éden les auteurs chrétiens, les termes Escritores y Doctores qui y figurent me paraissant, dans cet ouvrage, inéquivoques :

Huerto amenísimo adonde Dios puso a nuestro primer padre Adám, luego que le crió. Es mui ventilado entre los Escritores y Doctores la parte donde estaba este huerto, y si dura y permanece o no. Llámase freqüentemente paraíso terrenal. Lat. paradisus. MARM. Descripc. Lib. 1. Cap. 17. Nijar dixeron algunos ser un brazo del río Geon, que baxa del paraíso terrenal. M. AYAL. Catec. Part. 1. Lecc. 1. Puso Dios a Adán y a Heva en el paraíso terrenal, que era un delicioso jardín, adonde vivían y se conservaban bienaventurados.

13On peut en conclure, puisque delicioso jardín est la traduction littérale et habituelle de l’Éden ou Jardin des Délices, que c’est, dans le Retrato de la Lozana Andaluza, associé à l’énigmatique nœud de Salomon avec ses inscriptions et au nom principal de son héroïne Lozana (qui est le même puisque c’est le contraire), la signature de son auteur, Delicado, qui dit bien no quise nombre mais qui donne des clefs pour qu’on le découvre.

14Maintenant, à propos de la mention de Jérusalem au mamotreto LXIV, je reviens sur une remarque que j’avais mise en note (n. 8, p. 472) pour souligner l’usage malicieux que Delicado fait des proverbes : Puta ella [Ginebra ]y vos también, ¡guay de ti Jerusalén ! dit le palefrenier à Lozana, donnant une allure proverbiale à son exclamation avec la rime interne también / Jerusalén, alors qu’il y a bien utilisation d’une phrase proverbiale attestée par Correas (345,a) sous la forme ¡Guai de ti, Xerusalén, ke te tienen moros !, et le parémiologue précise : « Moros » llamavan en España a todos los mahometanos, aunke sean turkos. Il me semble que la mention d’un proverbe tronqué fait naître quasi automatiquement dans l’esprit sa forme complète, et que le contexte de celui-ci suggère le dépit du palefrenier de voir Lozana (plaisamment assimilée à Jérusalem) au pouvoir de ce renégat de Rampín dont on a vu le curieux dédoublement, mi-juif mi-more (sa spectaculaire lardophobie du mamotreto XXXIV étant imputable indifféremment à l’une ou l’autre condition). Le thème « more » dans La Lozana n’a pas été aussi exploité par la critique que les aspects juifs ou conversos, et pourtant il n’est pas négligeable. On va en voir quelques échantillons, à commencer par de curieux brunetes.

Brunetes

15Au mamotreto VII, Lozana, en conversation avec des couturières conversas, et en veine de confidences, leur fait part de l’une des rencontres qu’elle a faites à son arrivée à Rome : « y estaba allí una beata de Lara, el coño puto y el ojo ladrón, que creo hizo pasto a cuantos brunetes van por el mar océano » (p. 194).

16Il convient de rectifier ce que je pense être une erreur que j’ai commise en interprétant brunetes comme grumetes (« mousse, moussaillon »). Je suivais en cela Damiani (Castalia, p. 50, n. 47), Damiani et Allegra (R 75, n. 14, p. 101), ainsi que la traduction d’Alcide Bonneau (1888) peut-être égaré sur ce point par son informateur espagnol, si précieux par ailleurs. C’est sans doute le contexte (van por el mar océano) qui a inspiré cette solution, mais je crois maintenant que brunete ne signifie pas grumete. Dans une édition aussi soignée que celle de Venise 1528 il est difficile de concevoir une double coquille portant sur b pour g et n pour m en position autre que finale. Le sens avec grumete « fille à matelots » n’est certes pas aberrant, mais la technique de Delicado est autre. Comme dans La Celestina qui est son œuvre de référence, il y a un usage de l’ironie qui démasque celui (celle, plutôt, dans le cas présent) qui suppute et dénonce. Ainsi, dépeignant la beata de Lara, c’est d’elle-même que parle Lozana, et de ses propres tribulations largement évoquées au mamotreto IV, condensé de sa vie de prostituée avant qu’elle n’arrive à Rome, avec l’énumération de tous les ports de la Méditerranée tenus par les Mores où, avec le « soutien » de Diomedes (c’est-à-dire Diomedes souteneur), elle a exercé des talents qui devaient être rentables si l’on en croit ce qu’elle en déclare encore au mamotreto XL, dans un passage sur lequel je reviendrai plus loin.

17Ainsi, les brunetes, marins peut-être, pourquoi pas ?, se caractérisent surtout par leur teint. Covarrubias fait venir le terme espagnol brunete « cierto paño basto de color negro no fino » de l’italien bruno, à savoir oscuro (228, a) ; et s.v. bonete (228, b), cette précision :

El bonete redondo usan algunos prelados de las órdenes monacales y clérigos quando traen luto, por cuya razón se pudieron llamar brunetes, y corruptamente bonetes, desde el tiempo de los sacerdotes de Plutón, que le usavan negro, como está dicho.

18Les Autoridades confirment que brunete veut dire negro, pero no mui subido et donnent moreno comme équivalence de bruno, également répertorié. Sous la possible influence morphologique de l’italien brunetto, brunete signifie donc probablement moreno : c’est un moricaud.

19Parmi tous les lieux « mores » que fréquente Lozana dans son périple du mamotreto IV figure Le Caire, lieu sacré d’une figure tutélaire de la prostitution que ne pouvait ignorer Lozana, encore qu’elle en récuse la gratuité : il s’agit de Santa Nefija.

Nefixa ou Nafissa

20Nafissa (en version francisée) est mentionnée à trois reprises dans le Retrato de la Lozana Andaluza, où elle est évoquée comme une sainte assez singulière pour un chrétien. Au mamotreto XXIII, un certain chanoine s’exclame à propos de Lozana : « ¡cuerpo de mí ! es más hábile a mi ver que Santa Nefija, la que daba su cuerpo por limosna ». Les deux autres mentions de Nafissa sont aux mamotretos L et LI où Lozana se fait rouler par un certain Trujillo qui arrive à la lutiner sans la rétribuer d’aucune sorte. Au mamotreto L, se faisant pressant face à la réticence de la femme, Trujillo la persuade avec une belle ironie, puisqu’il annonce en quelque sorte qu’il ne paiera pas, en plaçant leur étreinte sous le signe de Sainte Nafissa : « los tocos y el tacto es el que sana, que así lo dijo Santa Nefija, la que murió de amor suave » (p. 412). Et enfin, au chapitre suivant, Lozana résume avec lucidité ce qui vient de se passer, toujours avec Nafissa comme figure embléma­tique : « Engañó [Trujillo] a la Lozana, como que fuera yo Santa Nefija, que daba a todos de cabalgar en limosna » (p. 414).

21Damiani (Castalia, p. 108) donnait en note « Santa Nefixa considerada la protectora de las cortesanas (rameras) » ; cf. Rag. (il s’agit des Ragionamenti de l’Arétin), s.v. Nafissa. Sans plus de précision, j’avais pour ma part conclu « esta Santa Nefija […] parece santa de santoral estrafalario », mais, comme on va voir, il n’en est rien. Mon erreur venait de ce que je n’avais trouvé nulle trace de Nefixa, Nefija ni Nafissa après consultation de plusieurs calendriers liturgiques chrétiens : rien d’étonnant puisque cette femme qui a bel et bien existé est une sainte musulmane dont le tombeau est vénéré au Caire, connue pour sa piété et sa charité ; mais les hagiographies que j’ai pu consulter, dont celle assez facilement accessible de Yusuf Ragib (Al-sayyida Nafisa, sa légende, son culte et son cimetière, Maisonneuve et Larose, 1977), ne font nullement mention du don de son corps dans les termes que l’on relève dans La Lozana.

22Il existe pourtant une légende (peut-être colportée par les chrétiens à des fins de dénigrement ?) qui fait de Nafissa la patronne des prostituées (comme chez l’Arétin), ce qui semble naturel si l’on ajoute foi à ce que rapportaient les voyageurs chrétiens de retour de voyage de « chez les Turcs ». En voici un exemple (dont j’ai quelque peu modernisé la graphie), tiré de la Relation de François de Pavie, seigneur de Fourquevauls, d’un sien voyage fait l’an 1585 aux terres du Turc, et autres divers lieux d’Europe :

Le Caire est rempli de plusieurs belles et grandes Mosquées, […] cinq principales […] La première est le Morestan, […] La seconde s’appelle Naphissa, du nom d’une femme ainsi appelée, qui est là ensevelie, laquelle était de grande et riche maison, mais si luxurieuse que sans amour, ou sans en retirer aucun profit, elle se donnait indifféremment à quiconque voulait avoir affaire à elle, ayant opinion que par ce moyen elle faisait œuvre de charité, et aumône pour l’amour de son prophète ; les Mores la tiennent pour sainte, et disent qu’elle fait plusieurs miracles. La tierce est appelée Quaia del Accanarj…

23Pour ma part, celle de La Lozana est la seule mention de cette sainte que j’ai trouvée dans la littérature espagnole. En tout cas, même si en Italie elle était moins ignorée (cf. l’Arétin), Nafissa nous ramène vers Le Caire, soit vers les terres où Lozana faisait florès, comme elle le rappelle encore au mamotreto XL, alors que, pauvre désormais, elle a affaire à un ingrat du nom de Giraldo (le bien nommé) à qui elle faisait des largesses du temps de sa splendeur, qui était celui de sa vie en terres mores avec son cher Diomedes (qu’elle qualifie de mi señor) :

– ¡ Por vida del rey, que no me la vayan a penar al otro mundo los puercos ! Que les he hecho mil honras cuando estábamos en Damiata y en Túnez de Berbería, y agora con palabras prestadas me han pagado. ¡Dios les dé el mal año ! Quisiera yo ¡pese al diablo ! que metieran la mano a la bolsa por cualque docena de ducados, como hacía yo en aquel tiempo, y si no los tenía se los hacía dar a mi señor Diomedes… (p. 369-370).

24Avec cet épisode on est à la fin de la deuxième partie, et entre ce chapitre et le suivant se trouve une gravure qui représente la maison de Lozana, où Rampín figure deux fois, en bas à gauche avec un couvre-chef comme en portaient les Juifs, et en bas à droite coiffé comme un More : ce valet-amant de Lozana, mystérieusement double, renferme en lui deux aspects du monde de Lozana qu’évoquent des mamotretos, terme sur lequel je vais quelque peu revenir pour en préciser l’étymologie et essayer d’en mieux comprendre le choix comme substitut de chapitre.

Mamotreto

25J’ai longuement commenté le contenu sémantique de ce vocable tel que Delicado le façonne dans son Retrato de la Lozana Andaluza, mais il est maintenant intéressant de considérer ses origines. Lors de mes recherches, dans les années 70, je n’avais pas trouvé grand-chose à ce sujet, mais depuis les informations ont afflué : il suffit pour les avoir de consulter Google sur internet aux rubriques marmotret (à propos de Rabelais) ou mammotrectus, mammotractus, mammothreptus, et d’autres variantes qu’il serait oiseux de mentionner ici.

26On sait donc maintenant que la source du mot mamotreto est un manuel dû à un frère cordelier du début du XIVe siècle, connu sous le nom de Giovanni Marchesino (il était de Reggio), alias Johannes Marchesinus. Pourquoi ce manuel destiné à rendre facile la lecture et l’interprétation de la Bible et du bréviaire à de jeunes clercs est-il devenu la cible de Delicado et de Rabelais, et a-t-il mérité la critique d’Érasme dans son colloque Synodus grammaticarum si longtemps – un siècle et demi au bas mot – après sa date d’écriture ? Il apparaît qu’il y eut une floraison de publications de ce manuel sous forme de manuscrits ou d‘éditions imprimées à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, ce qui s’explique par la nécessité pour certains courants de pensée (et, partant, certaines prises de position politique) de réagir contre le Réforme de Luther et plus largement contre le réformisme religieux. Le manuel du cordelier franciscain dut être dans ce débat une arme dans les mains des tenants de l’orthodoxie papale, d’où la profusion de ses publications dans cette époque de conflits. Sa notoriété même, son gros volume et son caractère de pesante pédagogie en faisaient ipso facto une cible de choix pour des irrévérencieux tels que Rabelais et, avant lui, Delicado.

27Il ressort de la consultation des publications du XVe siècle que le titre original était Mammotrectus super Bibliam : mammotrectus, latin de cuisine variante de mammotractus « nourriture maternelle tirée de la Bible » parfois corrigé dans de rares éditions en mammothreptus, latin classique attesté notamment chez Saint Augustin, mais de sens assez différent. Le livre ne dut pas avoir de grandes répercussions en Espagne où, de nos jours encore, on s’en remet à la définition de Covarrubias, lequel donnait l’étymon grec de mammothreptus mais pensait que Mamotreto était le nom propre d’un auteur qui avait écrit « un libro grande en volumen y de materias frívolas y de poco fruto » (Tesoro, 783, a). Covarrubias n’aurait certes pas qualifié l’œuvre du franciscain italien de « matières frivoles », et le plus probable est qu’il se fasse l’écho d’une vague information parvenue jusqu’à lui on ne sait comment sur le livre de Delicado.

28On peut donc maintenant donner l’étymon véritable de mamotreto dans les dictionnaires espagnols ; quant à sa captation par Delicado, il est difficile en raison de la veine burlesque qui dans le Retrato brouille toute prise de position d’en déduire une cible satirique : on peut simplement constater qu’on le trouve en compagnie d’Érasme et de Rabelais, dans le camp peut-on dire d’un catholicisme critique à l’endroit des institutions et de la hiérarchie. Delicado est toutefois le seul à faire dire à son personnage principal, Lozana, que le pape Léon X a une tête de rufian ! : « - Tan lindo es, y bien se llama León décimo, que así tiene la cara ». Et à cet égard il convient de retoucher la note 2 du mamotreto VI (p. 191 de Cátedra) car león, qui selon Hidalgo voulait dire rufián en germanía, avait déjà ce sens à l’époque de Delicado.

Autres notes textuelles

29Je reviens brièvement sur la famille RETRATO – RETRAER – RETRA[C]TAR pour indiquer que l’on trouve retratar avec le sens de denigrar chez Juan de Mena aux strophes LIV et LV du Laberinto de fortuna. Chez Covarrubias (133, a, s.v. apodo), retraer avec le sens de parecerse. Et en ce qui concerne l’intention satirique déclarée du portrait de Lozana, cette maxime trouvée chez Correas (147,a) : Eso á de hazer la muxer de ke no tengan ke la rretraer.

Zapatilla zeyena

30(III, p. 180, n. 1 bis)
Comme l’indique l’exclamation d’Aldonza (la Lozana), Diomedes, qui fait son apparition, a toutes les caractéristiques requises pour plaire à la jeune femme qui se pâme d’aise en le voyant : ¡ Qué pierna tan seca y enjuta ! Outre la comparaison intrinsèque avec le Calisto de La Celestina « luengo como cigüeña », on trouvera chez Juan de Jarava, Problemas y preguntas problemáticas ansí de amor como naturales,…, Alcalá de Henares, Juan de Brocas, 1546, cette éclairante question : ¿ Porqué entre los hombres aquellos son más lujuriosos que tienen las piernas delgadas ?
Quant à la zapatilla zeyena, elle doit être un étui digne du pied (si l’on ose dire) qui « couronne » une telle jambe : ¡Qué pie para galochas y zapatilla zeyena ! Je me suis longtemps demandé ce que signifiait cet adjectif jusqu’à ce que je tombe sur des commentaires de Covarrubias qui nous donnent peut-être la clef de cette question et qui nous ramènent une fois encore vers le monde des Mores où Lozana prend spontanément son inspiration (même si à ce moment du récit elle n’est pas censée le connaître). Il s’agit d’une étymologie que Covarrubias propose pour Ginete (640, a, 43) : « Diego de Urrea dize que ginete se pudo decir de cinete, y sinifica ornamento, del verbo ceyene, hermosear o ser hermoso, por la gallardía de los ginetes quando salen de fiesta con sus turbantes y plumas, sus marlotas y borzeguíes y los jaezes de los cavallos ricos ». Ladite chaussure est donc une sandale de luxe, si bien que le « pied » de Diomedes est fait pour n’importe quelle « chaussure », grosse (galochas) ou fine (zapatilla zeyena).

Cocho / asado

31(IV, 183, n. 4)
Cf. Correas: Lo ke me á de dar kocho,/ démelo asado, ke io le perdono el kaldo (220, b), et Kocho i asado, todo en un puchero (437, a).

Jugar el sol en la pared

32(VII,193, n.1)
Cf. Correas (304, b) : Xuega el sol antes ke nazka //Xugará el sol antes de nazer
« Dízese del mui tahur »

El coño puto y el ojo ladrón

33(VII, 194, n. 6)
Cf. Correas 351, a): Beata kon devozión, las tokas largas (o : baxas) I el kulo (o: rrabo) ladrón.

La pellejería de Burgos

34(X, 205, n. 18)
Ce lieu était proverbial. Cf. Correas, 79, a : Allá nos veremos en la pellexería de Burgos, et note 208 de Combet : Vid. La variante aclaradora « Allá os toparéis, zorra, en la pillejería de Burgos » (in Diál. entre Luis Calvo y Nuño Rasura, 1570, ed. Fouché-Delbosc, R.Hi., 1903, p. 172).

Monte de Mercurio

35(XI, 209, n. 21)
Voir aussi Covarrubias, s.v. mercurial (800, b) : se dize aquel sobre quien predomina este planeta [Mercurio], que dizen será activo y peligroso en su trato, por su agudeza y astucia.

Aladares de pez

36(XII, 218, n. 37)
Il est possible que ce ne soit pas la vieillesse qui soit en cause car la poix servait aussi à masquer les effets de la teigne. V. Correas :

- Si la embidia fuese tiña
Ké pez la bastaría (278, b)
- Sí, ke el tiñoso por pez vendrá
(283, a)

Cuajares

37(XII, 222, n. 56)
En lui disant como tú he lavado yo la cara con cuajares, la lavandière veut peut-être dire à sa voisine que sa figure est noire comme du boudin si cuajares peut avoir le sens de cuajarillos. En effet, à propos du proverbe « Dos morzillas i un morkón, tres kosas son », Correas précise : « morkón es el kuaxarillo », ainsi expliqué par L. Combet : cuajarillo (o cuajarejo), dim. de cuajar « última parte de las cuatro cavidades en que se divide el estómago de los ruminantes » (Acad.). Morcón «morcilla hecha del intestino ciego o parte más gruesa de las tripas del animal » (Acad.) [n. 62, p. 337, a]

Vino

38(XIII,228, n. 11)
Cf. Correas (517, b) : Verterse el vino es buen sino (« signo ») ; derramarse la sal es mala señal.

¿ qué tienes ahí ?

39(XIV, 238, n. 52)
Si le commentaire de Correas est pertinent, la récrimination de la tante (no me dice : ¿qué tienes ahí ? ) vient d’un dicton malicieusement détourné de son sens habituel :

- Pónenlo por el suelo. No ai kien diga :¿ké tenéis aí ?, avec ce commentaire : kuando dan poko i no ai kompradores (727, a).

Chute de Rampín

40(XVII, 256, n. 36)
Il convient d’ajouter que si le dialogue entre El Autor et Rampín a l’air incohérent, c’est qu’en réalité il se comprend par ses références parémiologiques :

- «Xesucristo lo ponga en paz». I rrodava por la eskalera (Correas, 305, a)
- Válate Dios, Pedro. – No kal, ke el asno es rrezio. – Pues válate el Diablo. – No kal, ke en el suelo iago. – Válate Santa María. – Ia me valió este día. (Correas, 515, b)

Aben-Ruiz y Aben-Rey

41(XVIII, 260, n. 15)
Le juif Trigo, alias donc Aben-Rey, détourne un proverbe dans lequel il n’est pas question de lui mais du célèbre médecin Claude Galien :

- Abenrruiz i Galieno traen a mi kasa el bien axeno (Correas, 67, b)

42Il existe une variante où Aben-Ruiz est remplacé par Hippocrate : Hipocras i Galieno traxeron a mi kasa el bien axeno (Correas, 592, a). Ce qui sous-entend que le juif – qui se met au rang des médecins célèbres – reste attentif à son bénéfice, ce qui est conforme à ce que l’on sait par ailleurs du personnage.

Maestresala

43(XIX, 261, n.1)
On peut signaler qu’un maestresala se caractérise par la possession d’une vara, à ajouter par conséquent aux objets à valeur métaphorique : Onbre kon vara, o loko o maestresala (Correas, 170, a)

La tierra que me sé

44(XIX, 262, n. 5)
Note à corriger en partie car le proverbe, bien que malicieusement employé, existe bien :

- La tierra ke el onbre sabe, esa es su madre
- La tierra ke me sé por madre me la é
(Correas, 198, a)

¿ y vuestra merced se desnuda ?

45(XIX, 263, n. 7 bis)
Lorsque Lozana, voyant le maestresala se déshabiller et se mettre au lit, minaude « yo, señor, vengo cansada ¿y vuestra merced se desnuda ?, on peut penser à ce dicton que relève Correas (161, a) : Io dígole ke se vaia, i él abáxase las bragas.

La comptine du valijero

46(XX, 277, n. 22)
Cette comptine explicite l’affirmation du valijero que le dernier ami des courtisanes est le mal français, en effet le dernier mot en est carruaje (« vienen con carruaje »), synonyme de carreta, mot qui est attesté au sens de syphilis.

Duérmete y callemos, que sendas nos tenemos

47(XXII, 280-281, n. 11)
Note à corriger car on trouve chez Correas (382, a) ces deux proverbes :

- Kállate i kallemos, ke sendas no tenemos
- Kalle I kallemos, ke a kamillas sendas nos tenemos

48Et dans le dictionnaire des Autoridades, s.v. callar : « “callad y callemos, que cada senda tenemos”, refrán que enseña que cuando tenemos que nos encubran, no hemos de dar motivo para que nos echen en la cara nuestros defectos ». Cependant la citation de Guevara sur laquelle s’appuie la définition dit exactement : callate y callemos que sendas nos tenemos, au plus proche par conséquent de ce que dit Lozana à son valet.

Lo mal alzado y lo que se pega

49(XXII, 282, n. 21 et 23)
Compléter et corriger : si Lozana ne dit pas, comme Célestine, a tuerto o a derecho, mi casa hasta el techo, elle n’en exprime pas moins une philosophie comparable, ancrée de même, pour sa formulation, dans le trésor parémiologique avec, pour lo mal alzado [à savoir lo mal guardado, comme l’indique Margherita Morreale] « lo mal guardado lleva el gato » (Correas, 221, a), et, pour lo que se pega, ce commentaire de Correas (218, b) :

- Lo ke se pega : « Es dicho de la otra viexa [à noter « faltriquera de vieja » dans La Lozana] ke vendía guevos, i entrándose en la Kasa de la Moneda, asentava la zesta sobre los montones della, enmelada por el suelo, i preguntándole ké ganava en el trato, rrespondía : « Lo ke se pega », aludiendo a ofizios ke traen algunos provechuelos de manexar dinero, o komer de la fruta el ke la aiuda a koxer, i semexantes.

Tengo que lamer

50(XXIII, 285, n. 7)
Cf. Bien tiene ke lamer «el ke tiene pleito o molestia grande » (Correas, 697, a).

La hija del herrero

51(XXVIII, p. 312-313, n. 1)
Ajouter cette référence : « Agudo como la hixa del herrero, ke desde la iunke saltó a su padre en el zerro » (Correas, 66, b).

Hecho es

52(XXXI, 326, n. 23)
À propos de la réplique « Hecho es » de Galindo, alias Rampín, cf. : Líbreos Dios de « Hecho es » (Correas, 215, b), avec cette variante : Líbreos Dios de las oras menguadas.

Trancahilo

53(XXXII, 330, n. 22)
Cf. Si uvieres menester a alguno, bésalo en el kulo ; i si él te uviere menester, bésete él (Correas, 278, b)

¡ No te lavarás con cuanta agua hay en Tíber !

54(XXXIII, 333, n. 14 bis)
Cf. No os lavaréis désta kon kuanta agua el rrío lleva [Varíase :No se lavará dello kon toda la agua del rrío] (Correas, 249, a), et No se lavará dello kon kuanta agua lleva Duero [En otras partes dizen otros rríos ke tienen más konozidos i zerka. Dízese kuando se kae en mácula de la fama] (Correas, 251, a).

¡ Oliva de España !

55(XLII, 383, n. 22 ; LXII, 463 et 466)
La note 22 du mamotreto XLII n’est pas pertinente : il est vrai que cette exclamation évoque un cri de marchand ambulant, mais il me semble maintenant à peu près certain qu’il s’agit de l’un de ces ajouts d’après le sac de Rome, présentés comme des pronostics, et que c’est l’expression de la pax hispana que vont imposer les troupes impériales. Comme l’indiquent tant Covarrubias que les Autoridades, Oliva est le symbole de la paix, cette acception précédant même la définition botanique dans les Autoridades.

Taberna meritoria

56(XLIV, 390, n. 16 et 18)
Il est bon de citer les Etimologías de San Isidoro romançadas d’après l’excellente édition de Joaquín González Cuenca (Ed. Universidad de Salamanca, 1983) pour voir que si Lozana envisage une maison de retraite (la taberna meritoria) pour les vieilles prostituées, c’est pour mieux les renvoyer au lupanar : «Meretrix es muger del siglo ; dicha así quod precium libidinis mereatur, esto es porque meresca el precio de la luxuria. E dende son dichas las tabernas meritorie, esto es “merescederas” porque merecen el precio de aquellas cosas que venden y. E taberna antiguamente era dicha la casa o el lugar do estavan las mugeres del siglo. E los cavalleros quando toman las soldadas son dichos mereri, esto es “merescer”, ca están en los servicios de los señores porque lo merescan.»

En ál va el engaño

57(LI, 416, n. 16)
À noter que « en ál va el engaño, pues me quedan las paredes enhiestas » est une malicieuse utilisation du proverbe « En ál va el engaño, ke no en besarla durmiendo » (Correas, 120, b), ainsi glosé par Santillana : « Ninguno deve gloriarse de la vitoria que es avida cautelosamente » (note 120 de Combet, p. 120).

Hondura / altura

58(LIII, 425, n. 22)
Il est à remarquer que hondura et altura peuvent être une seule et même chose, ce qui convient très bien aux pseudo-oppositions qu’affectionne Delicado. Voir à ce propos Covarrubias lorsqu’il cite Luc, s.v. arriba (151, b) : « in altum, id est in profundum. »

Sub nube

59(LXVI, 479, n. 4 ; Epístola de la Lozana, 504, n. 5 ; Digresión…, 507, n. 4)
Il y a dans le Retrato trois mentions presque successives du temps qu’il faisait le 6 mai 1527, jour du sac de Rome, où intervinrent les troupes impériales pour imposer la pax hispana. La première, au mamotreto LXVI, figure dans le rêve à cet égard prémonitoire de Lozana, qui a vu Mars s’avancer debajo una niebla (p. 479). La deuxième se trouve dans la Epístola de la Lozana où il est question de el escuro día y la tenebrosa noche (p. 504). Enfin, dans la Digresión que cuenta el autor en Venecia, un changement s’opère dans la formulation de la troisième puisque ce que l’on voit venir c’est un tanto ejército sub nube (p. 507). Toujours précieux en ce qui concerne les circonstances historiques, Damiani et Allegra signalent dans leur édition (R. 75, 438, n. 7) que le temps était ce jour-là particulièrement brumeux : « “el escuro día y la tenebrosa noche” no es únicamente una imagen retórica de Delicado sino el recuerdo vivo de un hecho históricamente documentado. » Cfr. « Alla deficienza e imperizia del comando si aggiunse un nebbione che, levandosi del fiume e dei luoghi paludosi piu prossimi, tanto piu intorbidava l’aria quanto piu cresceva la luce del giorno. » (Pec., 431).

60Pour ces trois mentions du temps, les notes renvoient les unes aux autres dans, sauf erreur, toutes les éditions de la Lozana ; or il convient de noter le changement de perspective et de terme dans la Digresión…Le passage de niebla à nube, hautement significatif, permet de mieux cerner le mécanisme intellectuel de l’auteur et le jeu de ses références culturelles. La donnée météorologique historiquement attestée, c’est le brouillard (nebbione dans la citation en italien de R. 75 et niebla en espagnol dans le rêve de Lozana) ; mais le passage à nube se fait en latin comme l’indique la préposition sub qui régit l’ablatif. Le sens de nubes n’est pas exactement identique à celui de nebula (étymon latin de l’esp. niebla) même si en poésie latine on peut trouver ce dernier terme comme synonyme de nubes : cette possible synonymie a-t-elle influencé Delicado dans la Digresión… ? Peut-être, mais association d’idées ou non, la donne est changée. Il n’est plus question dans la Digresión de niebla ni de escuro día y tenebrosa noche puisque on y lit : « Dios les hacía lumbre la noche y sombra el día, para castigar los habitatores romanos, y por probar sus siervos, los cuales somos muncho contentísimos de su castigo… » Ce n’est donc plus l’obscurité généralisée mais l’inversion des phénomènes naturels (il fait jour la nuit et nuit le jour) qui accompagne le châtiment que Dieu inflige aux Romains, et on s’éloigne ainsi des circonstances historiques. Le recours au latin sub nube (au sens si transparent pour un Espagnol) n’est pas anodin ; le latin est la langue liturgique de l’Église d’occident, et il embraye ici sur le sens biblique du nuage ou de la nuée. La nuée signifie conjointement l’inconnaissance du divin (d’où aussi le nœud de Salomon, v. supra) et la gloire de Dieu (Mt. 24, 29-31 ; Ex. 40, 34-38), et, plus particulièrement chez Jean, également de Jésus-Christ (Ap. 1, 5-7).

61Sous l’égide de la nuée l’armée espagnole punissant les Romains exécute la volonté de Dieu ainsi manifestée, et impose la paix (v. supra Oliva de España). Sans préjudice des divers jeux scabreux qu’elle recèle, la Digresión que cuenta el autor en Venecia est toute imprégnée de réminiscences bibliques, ce qui ajouté à d’autres indices donne à penser que Delicado était un assez bon connaisseur des textes sacrés pour que ceux-ci lui viennent spontanément à l’esprit.

Conclusion

62La conclusion sera brève car ce que j’ai dit aujourd’hui me ramène vers celle que j’ai formulée il y a des années à diverses reprises. L’hypothèse crypto-judaïque finement argumentée par Carla Perugini resterait une solution sérieuse bien isolée dans le torrent burlesque qu’est le Retrato de la Lozana Andaluza, alors que divers indices, notamment le mamotreto en tant que satire du Mammotrectus super Bibliam, situeraient plutôt Delicado dans le camp humaniste chrétien d’Érasme et de Rabelais, si tant est que l’on puisse tirer une leçon assurée de son livre dont le matériau est bien souvent pétri de proverbes et d’adages et d’expressions populaires, pour rivaliser plaisamment sans doute avec les sourcelettes de philosophie de La Célestine. Bien entendu, il y a dans le contenu, en filigrane, toute une histoire, la présence de tout un monde (dont la composante maure méritait d’être mise en évidence), et des événements qui vont du drolatique au tragique, mais c’est la façon dont cette histoire est traitée et non, même si ce n’est pas négligeable, ce qu’elle a été réellement, qui importe pour caractériser la création du Cordouan. Je maintiens que son sens le plus évident semble être une volonté de ne pas en avoir, comme dans les fatrasies médiévales, et je reviens à l’article que j’avais donné aux P.U.F. en 1993 pour leur Dictionnaire Universel des Littératures, pour dire qu’une fois écartée la tentation de rendre compte du Retrato de la Lozana Andaluza par son réalisme (au service ou non d’un propos moralisant), j’y vois une construction carnavalesque et ludique pré-baroque dont les jeux concep­tuels, anachroniquement surréalistes, ne sont pas l’ornement mais le fond.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Allaigre, « La Lozana Andaluza », Bulletin hispanique, 112-1 | 2010, 41-60.

Référence électronique

Claude Allaigre, « La Lozana Andaluza », Bulletin hispanique [En ligne], 112-1 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1086 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.1086

Haut de page

Auteur

Claude Allaigre

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page