Navigation – Plan du site

Littéralité ou je fais avec ce que j’ai...

Nadine Ly
p. 13-37

Texte intégral

Je remercie très chaleureusement Frédéric Bravo, directeur du GRIAL, EA 3656 AMERIBER, d’avoir coordonné ce numéro spécial du Bulletin Hispanique autour des trois axes qui ont conduit et continuent de guider mon activité de recherche, Langue, littérature, littéralité. Je remercie également mes amis (collègues, anciens thésards, jeunes docteurs) qui, par leurs contributions et leur fidélité à la littéralité, rendent aussi hommage à celui qui en a été l’initiateur.

  • 1  Cervantes, Don Quijote de la Mancha, ed. del Instituto Cervantes, 1605-2005, dirigida por Francisc (...)

Ya te tengo dicho antes de agora muchas veces, Sancho – dijo don Quijote – , que eres muy grande hablador y que, aunque de ingenio boto, muchas veces despuntas de agudo, mas para que veas cuán necio eres tú y cuán discreto soy yo, quiero que me oyas un breve cuento. Has de saber que una viuda hermosa, moza, libre y rica, y sobre todo desenfadada, se enamoró de un mozo motilón, rollizo y de buen tomo ; alcanzólo a saber su mayor, y un día dijo a la buena viuda, por vía de fraternal reprehensión : « Maravillado estoy, señora, y no sin mucha causa, de que una mujer tan principal, tan hermosa y tan rica como vuestra merced se haya enamorado de un hombre tan soez, tan bajo y tan idiota como fulano, habiendo en esta casa tantos maestros, tantos presentados y tantos teólogos, en quien vuestra merced pudiera escoger como entre peras, y decir : Éste quiero, aquéste no quiero ». Mas ella le respondió con mucho donaire y desenvoltura : « Vuestra merced, señor mío, está muy engañado y piensa muy a lo antiguo, si piensa que yo he escogido mal en fulano por idiota que le parece ; pues para lo que yo le quiero, tanta filosofía sabe y más que Aristóteles ». Así que, Sancho, por lo que yo quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale como la más alta princesa de la tierra1.

  • 2 Dans ce même volume, Fernando Lázaro (vol. I, p. XXXIV) : « Dirige a Dulcinea los más encendidos, c (...)
  • 3 L’historiette n’a pas manqué de retenir l’attention d’Augustin Redondo qui la commente dans « Del p (...)

1Il est impossible de lire ce fragment sans en rire et bien rares ont été les commentateurs du Quichotte qui n’ont pas ri ou qui ne se sont pas surpris de la grivoiserie – certains parlent même d’obscénité – du plus chaste et du plus continent des chevaliers errants2. Sancho vient de découvrir, émerveillé et railleur, que Dulcinée n’est autre que la rustaude Aldonza Lorenzo, « moza de chapa, hecha y derecha y de pelo en pecho », qui n’a pas froid aux yeux et n’est pas bégueule pour deux sous : et c’est pour elle que don Quichotte a remporté tant de victoires et vaincu tant de biscayens et de forçats ! C’est pour elle qu’il souhaite maintenant faire pénitence dans les solitudes abruptes et sauvages de Sierra Morena ... Or, le chevalier, pour démontrer à Sancho combien il est sot et combien lui-même est sage et avisé, ne trouve rien de mieux que lui raconter l’historiette de la jolie veuve délurée dont le choix érotique s’est porté sur un gros garçon, bien planté et ignorant, au détriment de prétendants plus relevés, tels ces maîtres, ces étudiants ou ces docteurs en théologie. Elle avait pourtant, avec eux, de quoi choisir et « faire son marché » (« escoger como entre peras »), lui fait remarquer le supérieur du couvent. Mais ce n’était pas, chez le frère convers, la science qui l’intéressait : « pues para lo que yo le quiero, tanta filosofía sabe y más que Aristóteles ». Non content de raconter l’histoire, et séduit par l’efficacité de la réponse, don Quichotte établit immédiatement un parallèle entre la joyeuse dame et lui-même : « Así que, Sancho, por lo que yo quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale como la más alta princesa de la tierra3 ».

  • 4 Ed. cit., p. 310-311. La note 90 (p. 311) évoque un sens obscène possible pour les deux activités d (...)

2La littéralité contextuelle déploie une série d’analogies entre les personnages du conte rapporté par don Quichotte et ceux que met en scène le chapitre 25 : la piquante veuve, semblable en cela à don Quichotte, fait un choix amoureux contestable ; le supérieur du couvent, semblable à Sancho vis-à-vis de son maître, critique ce choix ; l’être élu – le « fraile lego » dans le premier cas, Aldonza Lorenzo/Dulcinea, dans l’autre –, est grossier et jugé indigne de la dame et du Chevalier. La veuve – « mujer tan principal, tan hermosa y tan rica como vuestra merced », insulte à son rang, à sa beauté et à sa richesse en choisissant un rustaud. Don Quichotte, plus fou encore que ne le pensait son écuyer, peut bien faire des folies, se désespérer, se pendre et aller au diable. Aldonza n’a que faire de lui : « Ahora digo, señor Caballero de la Triste Figura, que no solamente puede y debe vuestra merced hacer locuras por ella, sino que con justo título puede desesperarse y ahorcarse, que nadie habrá que lo sepa que no diga que hizo demasiado de bien, puesto que le lleve el diablo ». Car dans le discours préalable de Sancho, Aldonza, ou plutôt Dulcinée, est aussi délurée que la veuve dans le récit de don Quichotte : « Pero, bien considerado, ¿ qué se le ha de dar a la señora Aldonza Lorenzo, digo, a la señora Dulcinea del Toboso, de que se la vayan a hincar de rodillas delante della los vencidos que vuestra merced le envía y ha de enviar ? Porque podría ser que al tiempo que ellos llegasen estuviese ella rastrillando lino o trillando en las eras, y ellos se corriesen de verla, y ella se riese y enfadase del presente. »4

3Mais c’est à la charnière logique « así que », ‘ainsi’, placée entre la réponse de la veuve au supérieur et celle de don Quichotte à Sancho, qu’il revient de précipiter ces analogies, de rapprocher les personnages en présence et de cristalliser les traits burlesques de la réponse de don Quichotte. De ces analogies, de l’incongruité du parallélisme que lui-même établit entre la veuve et lui-même, don Quichotte, à la vérité, n’a rien à faire. Pour quelle raison ? Parce qu’il se préoccupe peu des stratégies mises en place par la littéralité contextuelle. Seule lui importe la littéralité ponctuelle de sa propre réponse. On peut y voir un indice supplémentaire de sa folie : enfermé qu’il est dans le système qu’il s’est construit, ce qui l’entoure semble lui rester étranger, indifférent et notamment le caractère piquant et grivois de la réplique de la veuve. Ses réactions, qui ne tiennent compte ni de l’entour ni du contexte mais seulement de ce qui, de l’entour ou du contexte, va « dans son sens », se ramènent souvent à ces dislates ou disparates, risibles, grotesques ou ambigus, dont l’Enchanteur qui le poursuit l’accable. Qu’est-ce qui, de la réponse de la dame, va « dans son sens » ? La brièveté de la réplique, son audace ou sa désinvolture, certainement. L’affirmation, sans ambages et sans respect de l’autorité, du bien-fondé du choix, plus encore. La syntaxe même de la réplique, enfin, dont la réponse de don Quichotte calque l’allure générale et dont elle reprend textuellement presque tous les mots en les adaptant à son cas.

  • 5 Vicente Gaos, par exemple, à la note 368a de son édition critique (Gredos, Madrid, 1987, I) : « “po (...)
  • 6 Ibíd., p. 513, note 368b.

4Presque tous les mots, mais pas tous. En effet, en dépit d’une syntaxe analogue, la réplique de don Quichotte à Sancho se sépare visiblement de celle de la jeune veuve en ce qui concerne le choix de la préposition que l’une et l’autre mettent en œuvre : « para lo que yo le quiero » d’une part, et « por lo que yo quiero a Dulcinea » de l’autre. C’est peu de chose en apparence : deux brefs mots-outils, étymologiquement liés, au physisme proche et aux emplois parfois superposables, ici suivis, pour plus de confusion, de quatre mots identiques (« lo que yo [...] quiero [...] »). Certains des exégètes qui se sont intéressés à ce fragment éliminent d’ailleurs d’emblée toute différence entre les deux prépositions en affirmant qu’au XVIIe siècle elles avaient même valeur, tel Vicente Gaos5. En lecture dite littérale et, pour cet exemple, en lecture grammaticale, c’est cette assimilation qui est refusée. Un Unamuno qui défend la chasteté proverbiale du chevalier et s’insurge contre la lecture grivoise, ne justifie pas son interprétation par cette réponse elle-même mais par le contexte, par ce qu’il sait de don Quichotte en général, ou par ce qu’il sait de la malignité du genre humain qui ne comprend pas le chevalier. Vicente Gaos6, qui juge les deux prépositions équivalentes, ne croit pourtant pas à la lecture rijosa. Il estime que ce n’est pas dans le conte qu’est la clé de ce qu’il faut comprendre, mais dans ce qui est dit après (« acto seguido »). Critiquant Rodríguez Marín, il tranche : « No hay tal moraleja. Y la que hay no se desprende del cuento mismo, sino de lo que se dice acto seguido : DQ no quiere a Dulcinea para lo que la viuda quería al mozo motilón, sino para todo lo contrario. El cuento es, pues, en sentido recto, poco adecuado ». Or, ce qui est dit juste après, c’est d’abord la réplique de don Quichotte, dont il y a lieu de penser que Vicente Gaos l’assimile à celle de la veuve en lui retranchant sa teneur érotique, mais c’est aussi un long discours dans lequel le chevalier explique à Sancho qu’il ne faut pas croire que tous les poètes qui chantent leurs dames, sous le pseudonyme qu’ils leur ont attribué, les aient vraiment eues pour dames de chair et d’os « ... sino que las más se las fingen por dar sujeto a sus versos, y porque los tengan por enamorados y por hombres que tienen valor para serlo. Y así, bástame a mí pensar y creer que la buena de Aldonza Lorenzo es hermosa y honesta ; y en lo del linaje, importa poco [...] ».

  • 7 Dans son commentaire du conte, Rodríguez Marín (ed. cit., note 11, p. 273-274) cite d’autres fragme (...)
  • 8 In En lisant, en écrivant, Paris, José Corti, 1980, p. 256 : « Nul moyen de communication autre que (...)

5Ce discours n’est, en réalité, que l’amplification ou l’explicitation de ce que la préposition por, différente de para, permet, pour peu qu’on lui prête un peu d’attention, de comprendre et de déduire. La préposition por s’y multiplie et la conjonction porque, suivie d’un subjonctif, bascule vers le pôle finalité, mais il revient à la seule préposition para (« para serlo ») d’instaurer un sens unique entre une qualité (« valor ») et la visée d’un objectif à atteindre : « para serlo », *para ser hombre capaz de enamorarse. La survenance de para met en relief l’aptitude de por à indiscriminer les deux polarités, rétrospective et prospective. Por, en effet, pourrait être assimilée à la préposition française pour, si elle ne coexistait avec para qui prend pleinement en charge la visée prospective, la destination. Si por et pour couvrent tout l’espace qui embrasse les deux pôles apparemment antithétiques de causalité et de finalité et penchent, en fonction des contextes, du côté de l’une ou de l’autre polarité, leur valeur, parfois, semble indiscernable, tant causalité et finalité s’y trouvent fondues et confondues. Pas d’ambiguïté, en revanche, pour para7. La jolie veuve a parfaitement en tête ce à quoi elle destine l’élu. Don Quichotte aussi, sans doute, lorsqu’il évoque Dulcinée, mais il le dit de telle façon que la formule « por lo que yo quiero a Dulcinea » laisse le lecteur perplexe. Alors que, de la valeur finale de para, incontestable, découle immédiatement pour le signifiant querer un infléchissement vers la notion de vouloir et, si le lecteur souhaite mieux l’expliquer, le rendre plus clair, vers les notions de nécessité, de besoin ou de destination, exprimables de diverses manières, il n’en va pas de même pour la formule de don Quichotte. C’est alors que la coulée des deux répliques et la lectio facilior peuvent entraîner l’assimilation de por à para, et qu’on retrouve, surprenante mais très plaisante, la grivoiserie soulignée plus haut. Une question, néanmoins, se pose : pourquoi, dans la réponse de don Quichotte, est-ce la préposition por qui est mise en œuvre quand tout dans le texte semblerait indiquer qu’il utilise, lui aussi, para ? À cette question, je ne répondrai pas : l’intentionnalité de l’auteur, du narrateur et du personnage m’échappent. Mais por est bien là, et je dois, comme l’écrit Julien Gracq8 à propos de la langue faire « avec ce que j’ai ». Ce que j’ai dans ce texte c’est por, et tout peut s’en trouver changé.

6Loin, en effet, de ne provoquer qu’un effet d’équivalence des deux prépositions, la co-présence de para et por peut aussi provoquer l’effet contraire : réactiver, par contraste avec l’univocité de para, ce que por a de rétro-prospectif. Si la jeune veuve choisit le gros frère lai pour une destination bien précise, dans sa réplique, presque parallèle à la première, ce n’est pas la même chose que dit don Quichotte. Si l’on s’amuse au jeu des transformations, on manipule assez facilement la réplique de la jeune veuve, même si le résultat est maladroit : * para (aquel)lo para que lo quiero, él sabe tanto o más que Aristóteles. Il en va de même de la formule conclusive de don Quichotte, en conservant por et en évitant à toute force de passer par para. On pourrait proposer : * Por aquello por lo que quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale como ... La phrase transformée au plus près de ce qu’elle dit dans sa forme première ne permet pas d’assimiler por à para, car, même dans une phrase comme hacer algo por dinero, por oscille entre les pôles ‘objectif à atteindre’ et ‘motivation’ de l’acte. Il faut alors se rendre à l’évidence : por résiste à l’assimilation avec para. En conséquence, il n’est pas illicite de comprendre que c’est par ce(la) que don Quichotte aime [désire] Dulcinée qu’elle vaut autant que la plus illustre princesse du monde. Rien ne semble interdire que la proposition « por lo que quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale como la más alta princesa de la tierra », soit décryptée et comprise comme *por querer yo a Dulcinea ..., autrement dit, en français : ‘pour ce [cela] que j’aime [je désire] Dulcinée’... La destination, non littéralement exprimée dans les lignes de Cervantès, mais fortement conditionnée par la réponse de la veuve : ‘pour ce que je veux en faire’, ‘pour ce que j’en attends’, découle soit d’une torsion imprimée à la phrase, soit de la cécité produite par tout ce qui « crève les yeux ». Pourtant, les exégètes qui, passant sur la formulation littérale, adoptent l’idée de destination, ce sera ma conclusion, ne trahissent pas totalement le texte.

7Un autre fait mérite attention : l’alternance des deux signifiants distincts para / por, entre en résonance avec les infléchissements référentiels imposés par le contexte au signifiant unique quiero, dont le signifié ne saurait être qu’unique. Le quiero de la veuve est net et clair et, qui plus est, préalablement annoncé dans le conte. Lorsque le supérieur du couvent lui fait remarquer qu’elle aurait pu choisir, « como entre peras », un amant plus distingué, il cite ce qu’elle aurait pu dire au moment du choix : « Éste quiero, aquéste no quiero », ‘c’est celui-ci que je veux [désire, choisis], celui-là je n’en veux pas’. Le quiero de don Quichotte, en revanche, est tiraillé entre deux sollicitations contextuelles et deux orientations contraires : le poids sémantique du vouloir de la veuve et de la destination qu’elle assigne au frère lai d’une part, la valeur rétrospective de la préposition por et la syntaxe même de sa réplique d’autre part. En réalité, alors que la valeur du quiero de la jeune délurée est pré-définie, comme je viens de l’indiquer, celle du quiero du chaste chevalier n’est explicitée qu’après-coup, lorsque don Quichotte compare son invention de Dulcinée aux « Amarilis, Filis, Silvias, Dianas, Galateas » et autres « Fílidas » inventées par les poètes « [que] se las fingen por dar sujeto a sus versos y porque los tengan por enamorados ». Il a besoin, lui aussi, d’une Dulcinée à aimer et à désirer pour remplir parfaitement son programme de chevalier errant, de la même façon qu’il a besoin d’un nom de guerre, d’un cheval, d’un casque et d’une lance : mais cette partie du programme il l’a déjà réalisée dès le début de ses aventures. Ce à quoi il destine Dulcinée est établi et fixé depuis le chapitre d’ouverture du roman. Et dès ce chapitre, il a décidé qu’il en était éperdument amoureux. C’est tout cela que, confusément, on peut faire entrer dans sa réponse à Sancho et c’est de tout cela que la préposition por résonne. Sans compter que la tradition érotique fait de l’amour une religion qui élève celui qui la pratique et ennoblit aussi son objet, pour rustique et grossier qu’il soit, telle cette Aldonza Lorenzo, que Sancho connaît bien et que don Quichotte a décidé de métamorphoser en inaccessible et adorable Dulcinée : por lo que yo quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale ...

  • 9 Michel Moner, dans la Notice qu’il consacre au Quichotte (Cervantès, Don Quichotte précédé de La Ga (...)

8Et pourtant ... Il est prévisible qu’à chaque nouvelle découverte du fragment la réplique de don Quichotte continuera de provoquer rires ou sourires, et que la lectio facilior, la plus drôle et la plus agréable, continuera de supplanter la lectio difficilior, dont j’ai essayé de montrer ce qu’elle pourrait être9. Pourquoi ? Pas seulement en raison du penchant, bien connu, à aller vers le plaisant et le facile, mais parce que la littéralité structurale du texte rencontre ici le caractère sélectif de toute lecture : c’est l’orchestration des deux répliques qui conditionne le lecteur à ne retenir, dans celle de don Quichotte, que les éléments reconnaissables, présents dans la réplique de la veuve et apparemment saillants. Or, l’élément déterminant c’est la préposition por qui peut passer inaperçue ou être tenue pour quantité négligeable, dès lors qu’on s’en tient à une littéralité de surface, à l’architecture générale, visible dans ses nervures axiales, du texte. Il se trouve qu’ici, la surface littérale du fragment (la proximité des deux répliques) entre en conflit avec sa littéralité micro-structurale ou micro-syntaxique (l’alternance para / por) et avec le déploiement spectaculaire et spéculaire de la double explicitation du verbe quiero, préalable en ce qui concerne l’emploi qu’en fait la veuve, ultérieure pour ce qui est de l’emploi qu’en fait don Quichotte. La conclusion s’impose d’elle-même : la littéralité du fragment ne peut pas se réduire aux éléments qui conditionnent la lectio facilior, mais elle ne peut pas, non plus, se loger exclusivement dans les éléments plus sophistiqués qui justifient la lectio difficilior. La littéralité du conte de la jolie veuve, raconté par don Quichotte, tient tout entière dans le conflit des tensions qui, en permanence, travaillent le texte et tiraillent ces séries d’éléments non pas vers l’une ou l’autre des lectures mais vers l’une et l’autre.

9Voici, en manière de coda et offertes à l’appréciation des lecteurs, quelques traductions des deux répliques. Leurs tergiversations mettent en pleine lumière les négociations des traducteurs avec la langue française, la langue espagnole et la configuration littérale des fragments à traduire :

10César Oudin : « … car, pour cela que je l’aime, il sait autant et plus de philosophie qu’Aristote. » … « pour cela que j’aime Dulcinée du Toboso, elle vaut autant que la plus grande princesse de la terre. » (Michel de Cervantes, Histoire de Don Quichotte de la Manche, Tome premier, Ernest Flammarion, Paris, s.d., p. 202) ;
Jean Cassou : « … car, pour ce que j’ai à en faire, il sait autant et plus de philosophie qu’Aristote. » « Donc, Sancho, pour l’amour dont j’aime Dulcinée du Toboso, elle vaut autant que la plus grande princesse de la terre. » (Cervantès, Don Quichotte I, Préface de Jean Canavaggio, Trad. de César Oudin, revue par Jean Cassou, Folio Classique, Gallimard, 1988, p. 291) ;
Aline Schulman : « Car, pour ce que j’attends de lui, il en sait autant et même plus qu’Aristote ». « Ainsi, Sancho, pour ce que j’attends de Dulcinée, elle vaut pour moi la plus grande princesse de la terre. » (Cervantès, L’Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche, 1, Seuil, 1997, p. 244).
Jean Canavaggio : « … car, pour ce que j’en attends, il sait autant de philosophie, voire davantage, qu’Aristote. » « Aussi, Sancho, pour ce que j’attends de Dulcinée du Toboso, elle vaut autant que la plus haute princesse de toute la terre. » (Cervantès, Don Quichotte précédé de La Galatée, Œuvres romanesques complètes, I, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, 2001, p. 606).

11Avant même la création officielle du GRIAL, GRoupe Interdisciplinaire d’Analyse Littérale, plusieurs hispanistes de l’UFR Institut d’Études ibériques et ibéro-américaines s’étaient réunis et avaient commencé à travaillé autour de l’analyse textuelle et de la notion de Littéralité, dont Maria Aranda avait proposé qu’elle soit choisie comme nom de ce groupe. La notion nous la devions aux travaux de linguistique et de littérature et surtout à l’enseignement de Maurice Molho qui proclamait qu’il était un « professeur d’évidences » et qui, au-delà de l’immension érudition qui était la sienne, nous avait appris à regarder, à voir les paradigmes grammaticaux et les textes, et à respecter leur configuration et leur littéralité. Nous avons été plusieurs à essayer de prolonger cet enseignement, même si nous l’avons, les uns et les autres, modifié ou fait évoluer en fonction de nos formations, de nos lectures et de nos goûts.

Haut de page

Bibliographie

Travaux de Nadine LY

1. Livres, chapitres de livres, coordination d’ouvrages collectifs

- La langue poétique de Federico García Lorca, Mémoire de Maîtrise inédit, préparé sous la direction de Maurice Molho, Bordeaux, 1963, 120 p.

- L’affrontement interlocutif dans le théâtre de Lope de Vega. Systèmes internes et contraintes socio-linguistiques et littéraires. Thèse présentée devant l’Université de Bordeaux 3, le 28 janvier 1978. Service de reproduction des thèses, Lille 3, 1981, 712 p.

- La Poétique de l’interlocution dans le théâtre de Lope de Vega, Institut d’Études Ibériques et Ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, 1981, 365 p.

- « L’ordre métonymique dans le discours poétique de César Vallejo », Co-textes, X, CERS, Université Paul Valéry, Montpellier 3, 1985, p. 11-57, et « César Vallejo : repères biographiques », p. 5-9.

- Numéro spécial du Bulletin Hispanique, Linguistique et Poétique, Tome 87, n° 3-4, Bordeaux, 1985, 257 p.

- Le discours poétique de Jorge Guillén, textes réunis par Nadine Ly, Colloque-Hommage à Jorge Guillén, novembre 1984, ERA 830 du CNRS, Bordeaux, PUB, 1985, 278 p.

- César Vallejo : la escritura y lo real, ed. preparada por Nadine Ly, Madrid, Ediciones de la Torre, 1988, 207 p.

- Littéralité 1. Calderón : « La hija del aire » et autres textes, Ouvrage coordonné par Nadine Ly. GRIAL, Bordeaux, 1989, 221 p.

- Littéralité 2. L’esprit de la lettre. Textes hispaniques de Juan Ruiz à Carlos Fuentes, Ouvrage coordonné par Michel Cavillac et Nadine Ly. GRIAL, Presses Universitaires de Bordeaux, 1992, 206 p.

- À Patrice Bonhomme, Les Langues Néo-Latines, Numéro coordonné par Nadine Ly et Jean-Charles Vegliante, 1° trim. 1994, n° 288, 181 p.

- Anthologie bilingue de la poésie espagnole, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1995.

- Littéralité 3. L’image dans le tapis. Études réunies et présentées par Nadine Ly. GRIAL, Presses Universitaires de Bordeaux, 1997, 263 p.

- La poésie castillane de la fin du Moyen Age au début du Siècle d’Or, Paris, Ed. Messène, 1998, 120 p.

- L’affrontement interlocutif dans La vida es sueño et El gran teatro del mundo, Ed. Messène, Paris, 1999, 130 p.

-Le phénomène anthologique dans le monde ibérique contemporain, ouvrage collectif coordonné par Nadine Ly et Geneviève Champeau, PUB-MPI, Bordeaux, 1999, 373 p.

- Aspects du théâtre de Calderón, Ouvrage collectif coordonné par Nadine Ly, Paris, éditions du Temps, 1999, 206 p.

- La Dorotea, Aspects d’une œuvre, Ouvrage collectif coordonné par Nadine Ly, Editions du Temps, Paris, 2001, 223 p.

- Littéralité 4 : Nommer. Études réunies et présentées par Nadine Ly. GRIAL, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques, TEMIBER, février 2002, 314 p.

- Lectures d’une œuvre : Don Quichotte, En collaboration avec Claude Allaigre et Jean-Marc Pelorson, Paris, Gallimard, collection Foliothèque, n° 126, 2005, 285 p.

- Lope de Vega, La Dorotea, Traduction par Yves Roullière, Présentation (I-LI), notes, chronologie (p. 365-384) et bibliographie (p. 385-391) par Nadine Ly, Paris, GF Flammarion, 2006,

- Littéralité 5. Figures du discontinu. Études réunies et présentées par Nadine Ly. GRIAL, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007, 344 p.

- Littéralité 6. Écritures du corps masculin (Poésie espagnole contemporaine). Études réunies et présentées par Nadine Ly. GRIAL, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008, 272 p.

- Plurilinguismes et Multiculturalismes, Actes du IIe Colloque Montaigne, sous la direction de N. Ly, Collection Montaigne-Humanités, Re-Val-Ed, PUB, 2009, 206 p.

- Chapitre « Le Maître », in Amours ibériques. Six thèmes concertants de la littérature espagnole contemporaine, sous la direction de Michèle Ramond, Paris, Indigo, 2010, p. 75-131.

2. Articles, conférences, communications

- « Étude statistique des tratamientos dans le théâtre de Lope de Vega », Congrès de la Société des Hispanistes français, Grenoble, 1972.

- « L’alternance des tratamientos dans la comedia de Lope de Vega Al pasar del arroyo », Les Langues Néo-Latines, 4° trim. 1976, n° 219, p. 11-43.

- « Les labyrinthes dans le recueil Fictions de Jorge Luis Borges », Eidolon, Labyrinthes, 2, Bordeaux, Cahiers du LAPRIL, octobre 1977, p. 93-114.

- « Valeur et fonction de la troisième personne d’adresse dans la comedia de Lope de Vega El acero de Madrid  », Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1977, n° 3-4, p. 321-328.

- « La syntaxe du possessif dans l’épisode Melón – Endrina du Libro de buen amor », Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, Séminaire d’Études médiévales hispaniques de l’Université Paris 13, n° 3, 1978, p. 5-31.

- « La voix au féminin dans l’œuvre poétique de Jean de la Croix », Eidolon, Bordeaux, nov. 1978, p. 75-98.

- « Le rapport interlocutif à l’intérieur de la Comedia de Lope de Vega : ses implications idéologiques et sociologiques », in L’idéologique dans le texte (Textes hispaniques), Actes du IIème Colloque du SEL, Toulouse-le-Mirail, 1978, p. 25-33.

- « Note sur l’emploi du tratamiento Señoría dans le théâtre de Lope de Vega », Hommage des Hispanistes français à Noël Salomon, Barcelone, Laia, 1979, p. 553-561.

- « Les eaux lorquiennes (Burla de don Pedro a caballo et autres textes) », Eidolon, Eaux (1), 14, Bordeaux, Cahiers du LAPRIL, Octobre 1980, p. 197-225.

- « Organización léxica de los poemas amorosos de Garcilaso : canciones y églogas », in Organizaciones textuales (textos hispánicos), Actas del III Simposio del SEL, Toulouse-le-Mirail, Complutense, U.N.E.D, Madrid, 1980, p. 37-52.

- « Garcilaso de la Vega : une autre trajectoire poétique », Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1981, Tome LXXXIII, n° 3-4, p. 263-329.

- « Brève interprétation d’un poème lorquien : la Casida del sueño al aire libre », in Hommage à Federico García Lorca. Université Toulouse-le-Mirail, 1982, p. 197-206.

- « À propos du poème Entréme donde no supe de Saint Jean de la Croix », in A. Joly, W. H. Hirtle (dirs), Langage et psycho-mécanique du langage. Études dédiées à Roch Valin, Lille-Québec, Presses Universitaires de Lille – Presses de l’Université Laval, 1981, p. 435-444.

- « Lorca est-il surréaliste ? (d’après Oda al rey de Harlem) » in Eidolon, Surréalismes, 21, Bordeaux, Cahiers du LAPRIL, Mai 1982, p. 77-103.

- « El lenguaje del horror en el teatro de Juan de la Cueva », in Criticón 23, Horror y tragedia en el teatro del Siglo de Oro, Actas del IV Coloquio del G.E.S.T.E, France-Ibérie Recherche, Toulouse-le-Mirail, 1983, p. 65-88.

- « Langage dramatique et propagande dans la Comedia de Lope de Vega », 4e Table ronde sur le théâtre espagnol (XVIIe-XVIIIe), Cahiers de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, n° 2, 1983, p. 62-71.

- « La grammaire et le chant : César Vallejo », IIIe Colloque de Psychosystématique du Langage, Cerisy-la-Salle, Juin 1983.

- « El status de los personajes en la comedia de Tirso de Molina : Don Gil de las calzas verdes », Congreso Internacional de Semiótica, Madrid, junio de 1983.

- « Cántico : une poétique de la spatialisation du temps », in Hommage à Jorge Guillén et Mélanges, Hispanistica XX. Dijon, 1984, p. 77-104.

- « Don Gil », in Le Personnage en question, Travaux de l’Université, A, 29, Toulouse, Université du Mirail, 1984, p. 183-194.

- «  “Solitudes” et oralité », in L’oralité, Les Cahiers de Fontenay, 34, 1984, p. 59-82.

- « Le territoire de l’enfant dans l’oeuvre en vers de César Vallejo », in L’enfant et l’adolescent dans les pays andins. Actes du VIe colloque de l’Association française pour l’étude et la recherche sur les pays andins (AFERPA), Grenoble, Centre d’études et de recherches péruviennes et andines, 1984, p. 135-166.

- « Le rapport à la mère et son expression dans Trilce : essai de justification d’une écriture hermétique », in Le texte familial (Textes hispaniques), Travaux de l’Université de Toulouse-le-Mirail, A, 30, Toulouse, 1984, p. 129-150.

- « Los Jardines de Jorge Guillén », in Le discours poétique de Jorge Guillén, ERA 830 du CNRS, Bordeaux, PUB, 1985, p. 169-183.

- « Las Soledades, “esta poesía inútil...” », in Criticón, 30, Las relaciones entre los géneros en el Siglo de Oro, France-Ibérie Recherche, Toulouse-le-Mirail, 1985, p. 7-42.

- « Trilce XII », Les Langues Néo-Latines, n° 250-251, 1985.

- « Poétique et signifiance linguistique : à propos d’un fragment des Soledades de Góngora », Bulletin Hispanique, Linguistique et poétique, Tome 83, n° 3-4, 1985, p. 447-470.

- « Trilce LVIII », Les Langues Néo-Latines, n° 255, 1985, p. 73-94.

- « La littéralité », communication prononcée au IIe Colloque de psychosystématique du langage, Cerisy-la-Salle, juin 1986.

- « El discurso poético : del análisis a la teoría », in Teoría del discurso poético, V Colloque du SEL, Travaux de l’Université de Toulouse-le-Mirail, A, 37, Toulouse, 1986, p. 227-236.

- « Engagement et poétique : quelques remarques sur le discours poétique de Nicolás Guillén, Pablo Neruda et César Vallejo », in Les poètes latino-américains et la guerre d’Espagne, CRICCAL, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, 1986, p. 79-108.

- « La Littéralité », Les Langues Néo-Latines, n° 262, 1987, p. 5-30.

- « La spatialisation du je-ne-sais-quoi. Écriture et représentation chez Saint Jean de la Croix », in Espaces, Séminaire d’Études littéraires, Collection Hespérides; Presses Universitaires du Mirail, 1988, p. 85-106.

- « À la lettre : pour une lecture littérale du Criticón », Mélanges offerts à Maurice Molho, Volume I, Paris, Ibérica, 1988, p. 391-400.

- « Lorca y la teoría de la escritura : La imagen poética de don Luis de Góngora », in Valoración actual de la obra de García Lorca / Lectures actuelles de García Lorca, Madrid, Casa de Velázquez – Universidad Complutense, 1988, p. 163-180.

- « Discours poétique : discours auto/bio/graphique ? », in Écrire sur soi en Espagne, Modèles et écarts, Études hispaniques, Université de Provence, 1988, p. 213-240.

- « La permission métaphorique ou le navire-livre du Criticón » in Hommage à B. Pottier, II, Paris, ENS Éditions, 1988, p. 515-526.

- « Le signifiant caballero dans le Don Quichotte de Cervantès », Bulletin Hispanique, Hommage à Pierre Heugas, Tome LXXXX, 1988, 1-2, p. 155-186.

- « Don Quichotte : livre d’aventures et aventures de l’écriture (Pour une sémiotique topographique de l’écriture) », Les Langues Néo-Latines, 4° trim. 1988, n° 267, p. 5-92.

- « Arsenal del Trabajo: la poética de Vallejo », Cuadernos Hispano-Americanos, 456-457, Madrid, 1988, p. 903-935.

- « La poética de Vallejo o la palabra inteligente », Ínsula-501, Revista de Letras y Ciencias humanas, Madrid, sept. 1988.

- « Ya que sudando tinta» : la escritura de Vallejo y la revolución de las formas ». Cincuentenario Vallejo. Congreso internacional, Madrid, nov. 1988, communication non publiée.

- « La confusión : léxico, retórica y significado en la poesía de Góngora », in Homenaje al Profesor Antonio Vilanova, Tomo I, Estudios de Literatura española (Edad Media y Edad de Oro), Universidad de Barcelona, 1989, p. 355-375.

- « Literalidad cervantina : encantadores y encantamientos », Actes du Congrès de l’Association Internationale des Hispanistes (AIH), Barcelone, 1989.

- « L’effet de temps ou la construction temporelle du Quichotte », in Le temps du récit, Colloque international de la Casa de Velázquez, Annexes aux Mélanges de la Casa de Velázquez. Rencontres. Madrid, 1989. p. 67-81.

- « La diction de l’amour dans la comedia El Perro del Hortelano de Lope de Vega », Bulletin Hispanique, Tome LXXXXII, n° 1, Hommage à Maxime Chevalier, 1990, p. 493-547.

- « Las liras del Esposo », Ínsula, Número extraordinario San Juan de la Cruz, Madrid, sept. 1991.

- « La Circe de Lope de Vega, ou la “conversation” d’Ulysse et de Circé: étymologie et littéralité structurale », in Littéralité 2: L’esprit de la lettre, ed. préparée par Nadine Ly. Presses Universitaires de Bordeaux, 1992, p. 151-180.

- Dictionnaire Universel des Littératures, PUF, 1992:
- articles sur Garcilaso, F. de Herrera, les Argensola, C. Vallejo.

- in Théâtre espagnol du XVIIe siècle, Coll. La Pléiade, Gallimard, 1992 :
- Traduction de El acero de Madrid de Lope de Vega, en coll. avec Patrice Bonhomme.
- Notice, notes et appareil critique.

- « Filiation étymologique et édition de texte », in Hommage à Nebrija 1492-1992, numéro spécial du Bulletin Hispanique, Tome 94, N° 2, Juillet décembre 1992, p. 673-694.

- Histoire de la Littérature espagnole, ouvrage dirigé par J. Canavaggio, T. I, Librairie Arthème Fayard, 1993:
- « La poésie lyrique: tradition et renouvellement », p. 316-339.
- « Lope de Vega », p. 574-602.

- « L’art de la dispositio dans le Libro de Buen Amor », Numéro spécial du Bulletin Hispanique pour le Cinquantenaire de l’Institut d’Études Ibériques et Ibéro-américaines, Tome 95, N° 1, Janvier-Juin 1993, p. 379-452.

- « Rétro-pétrarquisme : à propos du sonnet M. 228 de Góngora » in Hommage à Robert Jammes, édité par Francis Cerdan, Anejos de Criticón, Presses universitaires du Mirail, 1994, Vol. II, p. 755-765.

- « La pensée par la rime dans la poésie d’Antonio Machado : la déclinaison ío – ía » in À Patrice Bonhomme, Les Langues Néo-Latines, n° 288, 1° trim. 1994, p. 115-142.

- in Patrimoine littéraire européen, dir. Jean-Claude Polet, De Boeck Université, 1995, Vol. 7,
- Garcilaso de la Vega, p. 113-120.
- Fernando de Herrera, p. 722-728.

- « La République ailée », in Crepúsculos pisando: once estudios sobre las Soledades de Góngora, Marges, 16, CRILAUP, Perpignan, 1995, p. 141-178.

- « Écriture mystique et motivation », in Saint Jean de la Croix, Cantique Spirituel, Rencontres à l’Orangerie, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, 15 et 16 mai 1992, p. 95-110.

- « Libro de Buen Amor : autoportrait d’un âne », in L’Auto-portrait en Espagne. Littérature et peinture, Actes du IVe Colloque international d’Aix-en-Provence, Décembre 1990, Études Hispaniques, N° 19, 1992, p. 17-36.

- « Las lenguas matrices de la escritura de César Vallejo », in Vallejo, su tiempo, su obra, Actas del Coloquio internacional de 1992, Universidad de Lima, Lima-Perú, 1994, p. 189-210.

- « Référence linguistique, référence (?) de l’écriture », in Référence et auto-référence dans le roman espagnol contemporain, Textes réunis par Geneviève Champeau, Bordeaux, MPI, 1994, p. 29-48.

- « La poética de los Comentarios : algunos rasgos lingüísticos », in Hermenéutica y mística, San Juan de la Cruz, Ed. José Angel Valente, José Lara Garrido, Madrid, Tecnos, 1995, p. 221-245.

- « La poética de la bobería en la Comedia de Lope de Vega : análisis literal de La dama boba », in La Comedia, J. Canavaggio, éd., Coll. de la Casa de Velázquez, Madrid, 1995, p. 321-347.

- « Tradición, memoria, literalidad : el caso de Góngora », in La culture des Élites Espagnoles à l’Époque Moderne, Bulletin Hispanique, Tome 97, N° 1, Janvier-Juin 1995, Bordeaux, p. 347-360.

- « La grande clarté des Soledades : de l’imitation à l’intertextualité, traditio », in Autour des Solitudes, éd. Francis Cerdan et Marc Vitse, Anejos de Criticón, Presses universitaires du Mirail, 1995, p. 67-80.

- « Anacoluthe et grammaire: la syntaxe du morphème que dans les Soledades de Góngora », in Hommage des Hispanistes français à Henri Bonneville. SHF, 1996, p. 301-330.

- « Eros et rhétorique : Quevedo, B 371 », in La poésie amoureuse de Quevedo, Textes réunis par Marie-Linda Ortega, Les cahiers de Fontenay, Paris, 1997.

- « Como la espuma de un mar común : la auto-cita como motor de la escritura de Góngora o algo más sobre la “fragua” de las Soledades », Varia Lingüística y Literaria. 50 años del CELL. II, Literatura: de la Edad Media al Siglo XVIII, El Colegio de México, México, 1997, p. 243-274.

- « La galère poétique de Cervantès, Viaje del Parnaso, 232-306 », in Cervantès, Textes réunis et présentés par A.M. Capdeboscq, La Licorne, Poitiers, 1997, p. 39-67.

- « Littéralité et intertextualité: un cas limite (et hypothétique) de citation littérale, Soledad primera, 534-539 », Littéralité 3: L’image dans le tapis, Edition dirigée par N. Ly, Bordeaux, PUB, 1997, p. 113-148.

- « Norme et é-normité dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena », in La poésie espagnole à la fin du Moyen Âge et au Siècle d’Or (ouvrage coll. dirigé par J. Battesti), éd. du Temps, Paris, 1997, p. 36-91.

- « Imaginaires prophétiques : les poètes de langue espagnole chantent Walt Whitman », in Actes du Colloque: Mythes et réalités transatlantiques, Bordeaux, 1997, p. 279-300.

- « L’Adam des poètes », in Magazine littéraire, n° 358, Cervantès ou l’invention du roman moderne, Octobre 1997, p. 31-33.

- « Garcilaso: l’effet de naturel. Pour une poétique du plaisir mimétique ». in Les Langues Néo-Latines, N° 303-304, 1997-1998, p. 135-160.

- « Quelle langue pour un poème? », in Pays de la langue, pays de la poésie, Laboratoire de Recherches en Langues et Littératures Romanes de l’Université de Pau et Editions Covedi, Pau, 1998, p. 199-210.

- « Analyse d’un fragment de Así que pasen cinco años de Federico García Lorca (Duo “Le Jeune Homme et le Mannequin” », in Le théâtre impossible de Lorca, ouvrage collectif coordonné par Michèle Ramond, Éditions du Temps, 1998, p. 19-40.

- « Laberinto de Fortuna : Rhétorique et poétique, l’argument du langage », in Les Langues Néo-Latines, N° 307, 4° trim. 1998, p. 45-63.

- «  Grammaire et dramaturgie du temps dans Así que pasen cinco años », in Les Langues Néo-Latines, N° 307, 4° trim. 1998, p. 129-164.

- « El orden de las palabras : orden lógico, orden analógico (la sintaxis figurativa en las Soledades) », Bulletin hispanique, Tome 101, N° 1, Janvier-Juin 1999, Bordeaux, p. 219-246.

- « Chorégraphie linguistique de l’illusion dans La vida es sueño : l’écriture du trompe-l’œil, in Aspects du théâtre de Calderón », Ouvrage collectif coordonné par Nadine Ly, Paris, éditions du Temps, 1999, p. 41-82.

- « Commentaire du premier monologue de Segismundo, La vida es sueño (I, v. 102-174) », in Commentaires de textes et de documents, ouvrage coll. dirigé par Jean Franco, Paris, Ellipses, 1999, 48 p.

- « La pulsion anthologique (Anthologies de poésie espagnole: 1975-1996) », in Le phénomène anthologique dans le monde ibérique contemporain, ouvrage collectif coordonné par Nadine Ly et Geneviève Champeau, PUB-MPI, Bordeaux, 2000, p. 35-56.

- « L’effet-texte ou le parti-pris de la littéralité » in Théories du texte et pratiques méthodologiques, MRSH Caen, Presses universitaires, 2000, p. 69-78.

- « La théâtralité du langage dans La vida es sueño », Les Langues Néo-Latines, Janvier 2000, p. 5-34.

- « Raconter l’Histoire, raconter des histoires, La deuxième Eglogue de Garcilaso, le livre central de La Diana de Montemayor, le Quichotte de Cervantès », Colloque Psy-propos, Blois, décembre 2000.

- « La interlocución en el teatro del Siglo de Oro : una poética de la interferencia », Colloque International de la Casa de Velázquez, Madrid, 3 et 4 avril 2000, Criticón, Toulouse-le-Mirail, 2001, p. 9-28.

- « “La première adresse” : primer acercamiento a la tipología », in La primera réplica, Criticón, 83, Toulouse-Le-Mirail, 2001, p. 61-104.

- « La trame du tramail (l’écriture de Góngora) », in L’Unebévue. Les bigarrures de Jacques Lacan, N° 17, avril 2001, p. 11 à 26.

- « Mémoire théorique, mémoire de l’âme : la matière de poésie et la poésie dans La Dorotea de Lope de Vega, in La Dorotea (ouvrage coordonné par N. Ly), éd. du Temps, 2001, p. 137- 224.

- « La Dorotea : la question du genre », Les Langues Néo-Latines, 4e trim. 2001, p. 41-68.

- « Avant-propos » et « Nommer, de l’anonymat des noms, de l’anonymat des choses », in Littéralité 4, Nommer, Ouvrage coordonné par N. Ly, février 2002, p. 5-56.

- « Propiedad lingüística y verdad de las cosas: “deleyte de la palabra, deleyte de la cosa” (A propósito del anti-barroquismo de Machado) », in Góngora hoy : I-II-III. Autores varios. Edición de Joaquín Roses. Colección EG, Estudios gongorinos, Cordoue, 2002, p. 145-178.

- « Le babélisme hispanique : textes babéliques et polyglottes », in Expansions/ Expansionnismes dans le monde transatlantique, sous la direction de Christian Lerat et Nicole Ollier, MSHA, Pessac, 2002, p. 197-215.

- « La Dorotea de Lope : Acción en prosa. Réflexions sur un sous-titre », in Bulletin Hispanique, Hommage à François Lopez, N° 2, Bordeaux, Décembre 2002, p. 767-810.

« Le miroitement de la vraisemblance dans le Persiles ou : de l’invention d’un ressort romanesque », Les Langues Néo-Latines, Décembre 2003, p. 39-72.

- « La poética de un diccionario : Autoridades », in Bulletin Hispanique, Penser la littérature espagnole, Juin 2004 (Actes du colloque de la Casa Velázquez de juin 2003), p. 253-316.

- « Langue et Littérature » in Les contenus culturels dans l’enseignement scolaire des langues vivantes, Colloque organisé par le MEN, Paris, les 4 et 5 décembre 2003 (publié sur Internet).

- « Violence et violences dans le Quichotte », in Délits, violences et conflits dans la littérature espagnole, Actes du Colloque-Hommage au Professeur Claude Allaigre (2002), sous la direction de Christian Manso, L’Harmattan, 2004, p. 21-54.

- in Miguel de Cervantes, Don Quijote, ed. Francisco Rico, Volumen complementario, Lecturas del «Quijote» Notice : II, Cap. L, ed. del Instituto Cervantes, 2004 (1998), p. 191-195.

- « Pour une lecture poétique du Persiles de Cervantès », Colloque international de la Casa de Velázquez, Mai 2004, in La parole poétique : poèmes, fables, proverbes ... (approches linguistiques d’un énoncé), Bulletin Hispanique, Juin 2005, p. 71-108.

- «Vraisemblance, ressemblance et reconnaissance dans la Philosophía antigua poética et le théâtre du Siècle d’Or », in Similitud y verosimilitud en el teatro del Siglo de Oro / Vraisemblance et ressemblance dans le théâtre du Siècle d’Or, Ouvrage coordonné par Isabel Ibañez, Actes du colloque de Pau, 21 et 22 novembre 2003, Pampelune, EUNSA, 2005, p. 17-31.

- « Figures de l’entre-deux (littérature espagnole du Moyen Âge et du Siècle d’Or) », in Penser l’entre-deux. Entre hispanité et américanité, Actes du Colloque international de l’Université Antilles-Guyane (10-11 mars 2005), Publications de l’APHM-CEREAH, Manuscrit-Université, 2005, p. 129-145.

- « L’art du détail dans le Libro de buen amor », in « Libro de buen amor » de Juan Ruiz, Éditions du Temps, Paris, 2005, p. 91-122.

- « La voz de las mujeres en el Quijote », in Los personajes femeninos y el Quijote, El Escorial, Août 2005, Communication non publiée.

- « Du Dieu des autos du XVIe siècle au Dieu des autos sacramentales du XVIIe siècle : l’invention d’un personnage », in Dieu et les dieux dans le théâtre de la Renaissance, Jean-Pierre Bordier, André Lascombes, eds., Actes du XLVe Colloque International d’Études Humanistes, 01-06 juillet 2002, Brepols, 2006, p. 71-98.

- « Circé(s) : De quelques figures féminines de Lope de Vega », in Crisoladas, La femme dans la littérature et l’iconographie du Siècle d’Or : Vénus, Ève, Marie … ? Textes réunis par Nathalie Dartai - Maranzana et Emmanuel Marigno, Lyon, décembre 2007, p. 14-41.

- « El duende de Cervantes », in Retos del Hispanismo en la Europa Central y del Este, Actas del Congreso Internacional, Cracovia, 14-15 de octubre de 2005, Madrid, Palafox & Pezuela, 2007, p. 273-286.

- « Figures du discontinu » (Avant- Propos), in : Littéralité 5Figures du discontinu, GRIAL - PUB, Coll. Maison des Pays Ibériques et Ibéro-américains, Bordeaux, 2007, p. III – XXXVIII.

- « Avant-propos » (p. III-VII) et article : « Corps parfait, corps exact : écrire le corps (Luis Antonio de Villena, Juan Antonio González Iglesias » in : Littéralité 6, Écritures du corps masculin (Poésie espagnole contemporaine), GRIAL-PUB, Coll. Maison des Pays Ibériques et Ibéro-américains, Bordeaux, 2008, p. 169-198.

- « Autour de l’explicit. Littératures des Espagnes », in Atala, Les Espagnes, N° 11, Cercle de réflexion universitaire du Lycéee Chateaubriand, Rennes, 2008, p. 139-154.

3. À paraître

- « La otra cara del héroe : las desaprensiones de don Quijote (Variación sobre dos preposiciones y un verbo) », XIX Coloquio Cervantino Internacional de Guanajuato (Mexique), Novembre 2007.

- « De leños, barcos y barquillas : la invención de Lope », Conférence plénière,  VIII Congreso de la Asociación Internacional Siglo de Oro (AISO), Santiago de Compostela, Juillet 2008.

- « Mitología y polémica : “El agravio a nuestra lengua”, a propósito de La Filomena », VI Congreso Internacional Lope de Vega : Lope polemista, Barcelone, Novembre 2008.

- « Thèmes et poétiques : pour une esthétique homoérotique », Poétique homoérotique : défense de dire, défense du dire, Colloque international, 26-28 mars 2009, coordonné par Annick Allaigre et Daniel Lecler.

- « Gramática gongorina del hipérbaton », Simposio internacional : Góngora 1609-1615, Universidad de Sevilla, 16, 17 y 18 de noviembre de 2009.

- « Sonnets espagnols : du visible au lisible », dans Le sonnet et les arts visuels, ouvrage coordonné par Bénédicte Mathios, CELIS, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

- « Formes poétiques fixes et clôture textuelle : finir un sonnet », in Genres littéraires et clôture textuelle, 12 et 13 novembre 2009, organisé par Frédéric Bravo, GRIAL - EA 3656 AMERIBER, Université Michel de Montaigne Bordeaux.

- « En los claustros del alma..., ou de l’expansion “infinie” de la clôture poétique », in Clôtures et mondes clos, Colloque de l’EA 3656 AMERIBER, 10, 11, 12 juin 2010, Université Michel de Montaigne Bordeaux.

- « La dicción de la naturaleza en la poesía áurea : la tórtola de Juan de la Cruz a Góngora », Colloque international La Nature dans la littérature espagnole, 15 et 16 avril 2010, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

- « Aquel aquello : Lecture du sonnet 21 de Miguel Hernández (El rayo que no cesa) », in Hommage à Miguel Hernández, ouvrage coordonné par Frédéric Bravo, GRIAL, EA 3656 AMERIBER, Université Michel de Montaigne Bordeaux.

Haut de page

Notes

1  Cervantes, Don Quijote de la Mancha, ed. del Instituto Cervantes, 1605-2005, dirigida por Francisco Rico, Galaxia Gutenberg, Círculo de lectores, Centro para la edición de los Clásicos españoles, 2004, Vol. I, p. 311. J’ai présenté au Cervantino de Guanajuato, en 2008, une analyse plus détaillée de ce fragment, « La otra cara del héroe o las desaprensiones de don Quijote : variación sobre dos preposiciones y un verbo», actuellement sous presse, étude à laquelle je renvoie pour d’autres références critiques. L’analyse que je présente aujourd’hui reprend certains de ses éléments dans la perspective stricte des problèmes que pose la littéralité de l’épisode cervantin.

2 Dans ce même volume, Fernando Lázaro (vol. I, p. XXXIV) : « Dirige a Dulcinea los más encendidos, castos y retóricos conceptos ; pero, tras contar el picante cuento de la viuda que, desdeñando para la cama a los sabios teólogos del convento, prefirió a un fraile motilón y rollizo, apostillará rijoso, casi obsceno : « Así que, Sancho, por lo que yo quiero a Dulcinea del Toboso, tanto vale como la más alta princesa de la tierra » (I, 25, 311). Los personajes cambian cien veces de tono y de retórica como lo hacemos todos los hablantes. Y esto sucede así, de modo continuo, por primera vez en el Quijote ».
Et Francisco Rodríguez Marín (El Ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha de Miguel de Cervantes Saavedra, Nueva edición crítica, con el comento refundido y mejorado y más de mil notas nuevas, dispuesta por Francisco Rodríguez Marín, Tomo II, Madrid, 1947, p. 274) : « Don Quijote, en el cuento que acaba de contar y en la moraleja que saca de él, desautoriza un poco o dos pocos, el concepto de platónico continente de que se ha de preciar en la segunda parte respondiendo al eclesiástico que le reprehende en el castillo de los Duques. Bien que ya antes, en la escena del moro encantado de la venta, aunque no quiere faltar a la fe debida a su dama, así y todo, con un no sé qué o sí sé qué de morosa delectación “asió fuertemente de una muñeca” a Maritornes, “y tirándola hacia sí …, la hizo sentar sobre la cama” … Al fin, don Quijote era hombre y no espíritu angélico. Voltaire, que leía y releía con frecuencia el Quijote, reparó en esto más de una vez, con su peculiar gracia satírica : “Don Quichotte, qui adorait Dulcinea del Toboso dans les bras de Maritorne” » …

3 L’historiette n’a pas manqué de retenir l’attention d’Augustin Redondo qui la commente dans « Del personaje de Aldonza Lorenzo al de Dulcinea del Toboso : algunos aspectos de la invención cervantina », Anales cervantinos, XXI, 1983, 36 ; « Las dos caras del erotismo en la primera parte del Quijote », in Erotismo y literatura clásica, Edad de Oro, X, 1990, p. 251-269 ; et, dans Otra manera de leer el Quijote : historia, tradiciones culturales y literatura, Madrid, Castalia, 1997, 3a ed. 2005 : I, 5. « Las dos caras del erotismo en la primera parte del Quijote », p. 162 et II, 3. : « De Aldonza Lorenzo a Dulcinea », p. 245-246. A. Redondo observe à juste titre que la tournure érotique de la comparaison établie par don Quichotte entre lui-même et la veuve est annulée par la suite de son discours : « Sin embargo, don Quijote saca conclusiones erróneas del cuento al decirle al escudero : “por lo que yo quiero a Dulcinea, tanto vale como la más alta princesa de la tierra”. En efecto, el erotismo potencial implicado por la comparación se halla anulado por lo que afirma luego el caballero [...] » (Otra manera de leer el Quijote, op. cit., I,5. « Las dos caras ... », p. 162). Le propos que je développe ici a pour objectif de montrer que tout – erreur ou subtile finesse de don Quichotte – commence à la préposition por de sa réplique et dépend de la manière dont on lit cette préposition.

4 Ed. cit., p. 310-311. La note 90 (p. 311) évoque un sens obscène possible pour les deux activités de ‘carder du lin’ et de ‘battre le blé’, qui expliquerait la réponse bouffonne et ambiguë de don Quichotte.

5 Vicente Gaos, par exemple, à la note 368a de son édition critique (Gredos, Madrid, 1987, I) : « “por lo que yo quiero”, y, dos renglones antes, “para lo que yo le quiero”, ya que “por” y “para” a veces son preposiciones intercambiables ».

6 Ibíd., p. 513, note 368b.

7 Dans son commentaire du conte, Rodríguez Marín (ed. cit., note 11, p. 273-274) cite d’autres fragments de Cervantès, dans lesquels apparaissent des réponses analogues à celles de la petite veuve :
« Más de una vez se encuentran en las obras de Cervantes reminiscencias de este desenfadado cuentecillo. En la jorn. II de La casa de los Zelos, en donde Clori alude a la frecuencia con que Rústico le regala preseas de algún valor » (Ocho comedias …, fol. 43) : :
« Clori. ¡ Ah simple ! ¡ Ah simple !
Rústico. Y ¿ haslo visto, Clori ?
Por ti la burla siento y no por otrie.
Clori. Calla, que para aquello que me sirves,
Más sabes que trescientos Salomones.
Y en el
Entremés de la Cueva de Salamanca (Ibíd., fol. 249 vuelto), donde hace decir a Cristina : « Para lo que yo he menester a mi barbero, tanto Latin sabe, y aun más, que supo Antonio de Nebrija … ».

8 In En lisant, en écrivant, Paris, José Corti, 1980, p. 256 : « Nul moyen de communication autre que la langue qui m’est donnée – sinon peut-être un jour par la lente érosion, surrection et sédimentation du temps – n’est concevable qui n’augmente la cacophonie mentale et ne se prive en même temps faute de long usage (comme l’espéranto) de tout le caprice et de tout le mœlleux de ses harmoniques : je fais avec ce que j’ai ».

9 Michel Moner, dans la Notice qu’il consacre au Quichotte (Cervantès, Don Quichotte précédé de La Galatée, Œuvres romanesques complètes, I, Bibliothèque de La Pléiade, Gallimard, 2001, p. 1501), souligne les contradictions qui lézardent l’édifice idéalisé de Dulcinée. La dame ne serait plus « cet insaisissable objet du désir que le héros serait incapable de conquérir ». Prudemment, il définit les propos, ici analysés, de don Quichotte tout à la fois de malicieux et d’ambigus : « Les propos malicieux que don Quichotte adresse à Sancho sur ce point sont suffisamment ambigus pour qu’il soit permis d’en douter (1). En réalité, rien n’indique que don Quichotte ait jamais attendu autre chose de Dulcinée que de lui fournir un prétexte à divagations ». De ces divagations, on l’a vu, don Quichotte s’explique aussitôt après : elles sont semblables à celles des poètes et configurent la trame même d’une écriture. La note (1) inclinerait plutôt vers une interprétation plaisante, sinon piquante, de la réponse de don Quichotte qui découle, semble-t-il, d’une lecture uniforme des deux répliques, même si celle de don Quichotte assigne à Dulcinée, selon Moner, la fonction de « prétexte à divagations » : « (1). Don Quichotte justifie sa dévotion à Dulcinée du Toboso, alias Aldonza Lorenzo, en citant en exemple à Sancho l’héroïne d’une anecdote traditionnelle à qui on reprochait le choix d’un amant inculte et grossier et qui s’en expliquait en disant que, pour ce qu’elle en avait à faire, l’homme en savait autant sinon plus qu’Aristote (I, XXV). »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Ly, « Littéralité ou je fais avec ce que j’ai... », Bulletin hispanique, 112-1 | 2010, 13-37.

Référence électronique

Nadine Ly, « Littéralité ou je fais avec ce que j’ai... », Bulletin hispanique [En ligne], 112-1 | 2010, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://bulletinhispanique.revues.org/1083

Haut de page

Auteur

Nadine Ly

Directrice du Bulletin Hispanique, GRIAL - EA 3656 AMERIBER, Université Michel de Montaigne Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page